Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 733.69 PTS
+0.71 %
6 747.50
+0.99 %
SBF 120 PTS
5 268.64
+0.67 %
DAX PTS
15 542.98
+0.46 %
Dow Jones PTS
35 677.02
+0.21 %
15 355.07
-0.87 %
1.164
0. %

Wall Street consolide, à l'écoute du feuilleton chinois Evergrande

| Boursier | 297 | Aucun vote sur cette news

La cote américaine, qui alignait hier une deuxième séance de vive progression (+1,48% sur le DJIA et +1,04% sur le Nasdaq), reperd du terrain avant...

Wall Street consolide, à l'écoute du feuilleton chinois Evergrande
Credits Reuters

La cote américaine, qui alignait hier une deuxième séance de vive progression (+1,48% sur le DJIA et +1,04% sur le Nasdaq), reperd du terrain avant bourse ce vendredi, craignant de nouveau une faillite désordonnée du Chinois Evergrande. Le Dow Jones est attendu en retrait de 0,2% et le S&P 500 en baisse de 0,3%, tandis que le Nasdaq cède 0,6%. Le baril de brut WTI grappille 0,1% à 73,4$. L'once d'or avance de 0,3% à 1.755$. L'indice dollar régresse de 0,3% face à un panier de devises de référence. Le bitcoin remonte de 3% environ sur 24 heures, autour des 45.000$.

C'est donc une fois encore le feuilleton Evergrande qui ravive les inquiétudes des marchés. Certains détenteurs d'obligations offshore de China Evergrande n'auraient pas reçu le paiement des intérêts d'un emprunt obligataire à la date-limite de jeudi, selon deux sources proches du dossier citées par l'agence Reuters. L'éventuelle faillite du géant chinois de l'immobilier vient donc tourmenter encore les opérateurs, d'autant que Pékin a déjà préparé les autorités régionales chinoises à une telle possibilité. Evergrande, qui affiche un lourd fardeau d'endettement évalué à 300 milliards de dollars, n'a publié aucune information sur le paiement des 83,5 millions de dollars d'intérêts obligataires qu'il devait verser jeudi. Le groupe a 30 jours pour régulariser sa situation. Un autre paiement de 47,5 millions de dollars doit être en principe versé la semaine prochaine, ce qui devrait donner lieu au même suspense. Les marchés espèrent toutefois que Pékin intervienne ultimement pour éviter toute contagion.

La place américaine avait été soutenue cette semaine par une intervention mesurée de 'Jay' Powell. Le président de la Réserve fédérale américaine, Jerome Powell, a indiqué mercredi soir que la Fed pourrait commencer à réduire le montant de ses achats d'actifs dès le mois de novembre, et que le processus de 'tapering' pourrait être achevé "vers le milieu de l'année prochaine". Lors de sa traditionnelle conférence de presse suivant la réunion de politique monétaire de la Fed, M. Powell a dit que le "tapering pourrait commencer aussi tôt que la prochaine réunion", qui se tiendra les 2 et 3 novembre prochains. Powell a cependant ajouté que le calendrier de la Fed ne serait "pas un signal direct concernant le début du relèvement des taux directeurs de la Fed", qui dépendra d'autres facteurs.

Les nouvelles projections macro-économiques de la Fed, publiées mercredi soir, ont montré qu'elle pourrait procéder à une première hausse de ses taux directeurs dès 2022, et non en 2023 comme attendu jusqu'ici par les marchés financiers. Le taux des 'fed funds', actuellement proche de zéro, est désormais attendu à 0,3% fin 2022, 1% fin 2023 et 1,8% fin 2024.

La Fed a laissé sa politique monétaire inchangée, mais a signalé qu'une réduction du montant de son programme d'achat d'actifs (le "tapering") "pourrait bientôt être nécessaire", si les progrès observés vers les objectifs de la Fed en matière d'inflation et d'emploi se poursuivent globalement comme attendu. Rappelons que pour faire face à la crise provoquée par la pandémie de coronavirus, la Fed achète chaque mois 120 milliards de dollars d'actifs, dont 80 Mds$ de bons du Trésor et 40 Mds$ de créances adossées à des prêts immobiliers.

Le calendrier évoqué par M. Powell semble correspondre à peu près aux attentes des marchés, qui tablaient sur une réduction des achats, plutôt à partir de décembre, au rythme de 15 milliards de dollars par mois. A ce rythme, il faudrait 8 mois à la Fed pour ramener ses achats à zéro

Le patron de la Fed, qui a par ailleurs refusé de commenter les rumeurs selon lesquelles Joe Biden le reconduirait pour un 2e mandat de 4 ans, a ajouté que "de nombreux membres de la Fed pensent que l'objectif des "progrès substantiels" a d'ores et déjà été atteint sur le front de l'emploi. Pour sa part, il a estimé que cet objectif était "en grande partie atteint". Powell a ajouté qu'il y avait "un large soutien pour le calendrier du tapering" au sein du comité FOMC de politique monétaire de la Fed.

Powell a appelé le Congrès américain a voter aussi vite que possible pour relever le plafond de la dette fédérale et éviter le risque d'un défaut des Etats-Unis sur sa dette, un événement aussi inédit qu'inimaginable pour les marchés financiers. "Je pense que nous sommes tous d'accord pour dire que les Etats-Unis ne devraient faire défaut sur aucune de leurs obligations... et que personne ne devrait penser que la Fed ou qui que ce soit d'autre serait capable de protéger les marchés ou l'économie si un tel défaut se produisait", a prévenu M. Powell.

Ces dernières semaines, les tensions politiques à Washington autour du budget et des vastes projets d'investissement de Joe Biden ont fait craindre que les élus ne jouent avec le feu en retardant l'échéance concernant le plafond de la dette... La secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen, a prévenu ces derniers jours que les fonds spéciaux alloués fin août à l'Etat pourraient être épuisés dès la mi-octobre, jugeant urgent que le Congrès agisse pour permettre à l'Etat fédéral de continuer à payer ses factures, son personnel et a refinancer sa dette.

Le consensus de marché semble être que le Congrès américain évitera une fermeture du gouvernement et parviendra à un accord pour augmenter ou suspendre le plafond de la dette. Cependant, les économistes et les stratèges mettent de plus en plus en garde contre l'incertitude élevée et le risque global associé - ainsi que le risque de relance budgétaire supplémentaire. En ce qui concerne l'impact potentiel sur le marché, Goldman Sachs a déclaré que les fermetures du gouvernement américain n'avaient généralement pas eu d'impact significatif sur les performances des actions. Les données historiques ne montrent aucun impact important sur le S&P des fermetures ou des récentes confrontations sur la question du plafond de la dette.

L'agence de notation Moody's a averti néanmoins que le 'non-relèvement' de la limite d'endettement pourrait plomber les actions... de près d'un tiers, anéantissant près de 15 000 milliards de dollars de richesse et coûtant jusqu'à 6 millions d'emplois à l'économie, ce qui entraînerait une augmentation du taux de chômage à environ 9%...

Sur le front économique outre-Atlantique ce vendredi, les ventes de logements neufs du mois d'août seront publiées à 16 heures (consensus FactSet 710.000). Raphael Bostic, Esther George, David Bowman et Richard Clarida de la Fed, interviennent ce jour, mais c'est une fois encore le président de la digne institution monétaire américaine, Jerome Powell, qui retiendra l'attention. Compte tenu des éléments déjà fournis à l'occasion de la réunion monétaire de cette semaine, il est toutefois peu probable que les discours des différents responsables de la banque centrale américaine offrent ce jour une quelconque surprise.

Ailleurs dans le monde ce vendredi, le PMI manufacturier japonais du mois de septembre est ressorti inférieur aux attentes à 51,2, alors que le CPI national du Japon a baissé plus que prévu en glissement annuel pour le mois d'août, mais est demeuré stable 'hors denrées périssables'.

L'indice Ifo allemand du climat des affaires pour septembre est ressorti proche du consensus à 98,8, avec une composante de la situation actuelle de 100,4 inférieure aux attentes, mais une composante des anticipations supérieure au consensus à 97,3.

Dans l'actualité des entreprises à Wall Street ce jour, Nike décroche après sa publication trimestrielle, tandis que Costco progresse. Carnival publie ses comptes trimestriels ce vendredi.

Les valeurs

Costco Wholesale, le géant américain de la distribution, a annoncé pour son quatrième trimestre fiscal un bénéfice ajusté par action de 3,90$, contre 3,55$ de consensus et 3,13$ un an auparavant. Les revenus ont totalisé 62,7 milliards de dollars sur la période close en août, proches des attentes du consensus, contre 53,4 milliards de dollars sur la période correspondante de l'an dernier. La pandémie de Covid-19 a même permis au groupe de réaliser sur l'ensemble de l'exercice sa meilleure croissance annuelle depuis les années 90.

La chaîne d'entrepôts accessibles sur adhésion uniquement a aussi décidé de restaurer les limitations d'achat sur certains articles, dont l'eau en bouteille ou l'essui-tout, sur fond "d'achats en panique" de certains clients, face à la croissance du nombre de cas covid. Pour le trimestre clos, la croissance à comparable de l'activité, hors impact de l'essence et fluctuations de changes, a été de 9,4% en glissement annuel, contre 8% de consensus. La croissance des ventes consolidées a atteint 17,5%. Le bénéfice net a représenté 1,67 milliard de dollars et 3,76$ par titre, contre 1,39 milliard un an avant.

Sur l'exercice, le bénéfice net s'est ainsi établi à 5,01 milliards de dollars et 11,27$ par titre, contre 4 milliards un an avant. Les revenus de l'exercice ont progressé de 17,7% à plus de 192 milliards de dollars.

Nike a publié jeudi soir un bénéfice net supérieur aux attentes pour son 1er trimestre fiscal, mais son chiffre d'affaires a légèrement manqué le consensus des analystes financiers. Le bénéfice net du numéro un mondial des équipements sportifs a atteint 1,87 milliard de dollars pour le trimestre achevé le 31 août, en hausse de 23% par rapport à la même période de 2020. Le bénéfice net par action s'est établi à 1,16$, supérieur au 1,12$ attendu par le consensus. Les ventes du groupe ont progressé de 16% par rapport à la même période de 2020 (et de 12% à taux de change constant), pour atteindre 12,2 milliards de dollars, un chiffre toutefois un peu inférieur aux attentes des analystes, qui tablaient sur 12,47 Mds$.

Les ventes du groupe aux Etats-Unis ont grimpé de 15% à 4,88 Mds$, mais ont été plus faibles que prévu par les marchés (5,05 Mds$), en raison des difficultés liées à la chaîne d'approvisionnement sur fond de propagation du variant delta du coronavirus. La croissance des ventes en Chine (+11%) a aussi été jugée un peu juste, comparée à celle des autres régions du monde.

Les ventes en ligne de la marque Nike ont bondi de 29% sur un an (+25% à taux de change constant) et les ventes directes ont elles aussi bondi de 28% (+25% à TCC) pour atteindre 4,7 Mds$.

IAC/Interactive serait en discussions avancées pour l'acquisition de Meredith Corp dans le cadre d'un deal valorisé plus de 2,5 milliards de dollars, indique le Wall Street Journal, citant des sources proches de la question. IAC se positionnerait devant un rival de private equity sur le dossier, et un accord pourrait être trouvé dans les prochaines semaines.

Parker-Hannifin. Le Royaume-Uni pourrait enquêter sur le rachat de Meggitt par le conglomérat américain Parker-Hannifin, précise le Daily Mail, citant une source au sein de l'industrie. Ainsi, la Competition and Markets Authority pourrait étudier le deal afin de déterminer s'il menace la sécurité nationale britannique. Cela pourrait repousser l'opération d'au moins quelques mois.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/10/2021

Du 1er janvier au 30 septembre 2021, le chiffre d'affaires consolidé de SAINT JEAN GROUPE, principalement constitué du chiffre d'affaires de SAINT...

Publié le 22/10/2021

Une Journée Investisseurs se tiendra le 14 décembre 2021

Publié le 22/10/2021

Séché Environnement a publié un chiffre d’affaires contributif de 183,4 millions d'euros au troisième trimestre 2021, en progression de 14,1% par rapport à la même période de 2020. Sur 9…

Publié le 22/10/2021

A un prix abordable...

Publié le 22/10/2021

ErametLe groupe minier publiera son chiffre d'affaires du troisième trimestre.IcadeLe groupe immobilier publiera (avant Bourse) ses résultats du troisième trimestre.MichelinLe fabricant de…

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne