En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 813.13 PTS
+0.68 %
4 785.0
+0.27 %
SBF 120 PTS
3 831.94
+0.73 %
DAX PTS
10 788.09
-0.21 %
Dowjones PTS
24 388.95
-2.24 %
6 613.28
-3.30 %
1.139
-0.02 %

VTC: le ministère accusé d'entraver l'accès à la profession

| AFP | 496 | Aucun vote sur cette news
La ministre des Transports Elisabeth Borne sortant du conseil des ministres le 25 octobre 2017 à Paris
La ministre des Transports Elisabeth Borne sortant du conseil des ministres le 25 octobre 2017 à Paris ( Patrick KOVARIK / AFP )

Des plateformes de voitures avec chauffeur ont accusé mercredi le ministère des Transports de "créer des obstacles" aux personnes souhaitant obtenir le statut de chauffeur VTC, à l'approche d'une échéance cruciale.

"Ce sont les manquements de l'Etat qui étouffent le secteur des VTC, pas les plateformes", a affirmé la Fédération française du transport de personnes sur réservation (FFTPR), qui rassemble des plateformes françaises, mais pas l'américaine Uber, leader du marché.

Ces professionnels réagissaient à des déclarations de la ministre des Transports Elisabeth Borne à la feuille spécialisée Contexte, qui excluait d'accorder un délai aux chauffeurs, au-delà de fin décembre, pour obtenir le statut de VTC (sur dossier ou sur examen).

Cette échéance est prévue par la loi Grandguillaume de décembre 2016, qui vise à "créer les conditions d'une concurrence saine" entre taxis et VTC et lutter contre l'emprise des plateformes de VTC sur les chauffeurs, et le "détournement juridique" du statut de Loti (transport collectif à la demande) pour du transport individuel.

D'ici fin décembre, les chauffeurs Loti (statut qui était plus facile à obtenir que VTC), peuvent donc encore exercer pour des plateformes VTC.

Mais, remarque la FFTPR, les deux voies d'accès au statut de VTC vont laisser beaucoup de monde de côté. "Il faut au minimum six mois à un candidat pour boucler dans son ensemble l'obtention de la carte VTC par voie d'examen, qui affiche un taux de réussite global de 10%", dit-elle.

Elle ajoute que "les chauffeurs ayant déposé leurs dossiers d'équivalence VTC en préfecture constatent des délais de traitement extrêmement longs (atteignant six mois dans la plupart des cas), des dossiers refusés pour des motifs kafkaïens, et une absence totale d'information sur l'état de traitement de leurs dossiers".

"Le ministère (...) ne cesse de créer des obstacles aux chauffeurs qui souhaitent devenir VTC. Le but inavoué (...) est de retirer 10.000 chauffeurs du marché et peu lui importe que cela conduise à autant de chômeurs supplémentaires", accuse la FFTPR.

Contacté par l'AFP, le ministère des Transports assure que la priorité est "d'assurer une bonne transition qui permette à tous les chauffeurs Loti ayant vocation à devenir VTC de pouvoir le faire".

Il est "nécessaire", a ajouté un porte-parole de Mme Borne, "qu'ils aient engagé des démarches avant cette échéance" de fin décembre "sur laquelle nous n'entendons pas revenir".

"Nous avons pris des dispositions pour accélérer le traitement des dossiers", a-t-il poursuivi, assurant que le gouvernement allait faire preuve de "pragmatisme, et nous ne souhaitons pas que cette échéance du 31 décembre soit un couperet". Il a promis des annonces "dans les prochains jours" sur "l'accompagnement que nous prévoyons pour réussir cette transition".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 07/12/2018

Au seul mois de novembre, l'avionneur européen a reçu 43 commandes et livré 89 appareils.

Publié le 07/12/2018

Les souscriptions n'ont pas atteint le montant minimum de 75% de l'offre...

Publié le 07/12/2018

FR0000185621,EN

Publié le 07/12/2018

"Nous sommes satisfaits de ces résultats précliniques qui démontrent que Sarconeos accélère la différenciation des cellules musculaires squelettiques...

Publié le 07/12/2018

Bouygues Telecom et de Keyyo ont approuvé unanimement le projet de rapprochement. Ainsi, MM. Philippe Houdouin, Silvère Baudouin, Christophe Sollet, Michel Picot, Eric Saiz, Dominique Roche, ainsi…