En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 116.79 PTS
-
5 136.50
+0.39 %
SBF 120 PTS
4 103.77
-
DAX PTS
11 589.21
-
Dowjones PTS
25 379.45
-1.27 %
7 116.09
+0.00 %
1.145
-0.02 %

Vols de technologies: le procès Waymo, filiale de Google, contre Uber reporté

| AFP | 224 | Aucun vote sur cette news
Le patron de Waymo, John Krafcik, lors du Web Summit de Lisbonne, le 7 novembre 2017
Le patron de Waymo, John Krafcik, lors du Web Summit de Lisbonne, le 7 novembre 2017 ( PATRICIA DE MELO MOREIRA / AFP/Archives )

Le procès opposant Waymo, la filiale de voitures autonomes d'Alphabet/Google à Uber, accusé de vols de technologies, ne s'ouvrira pas lundi comme prévu, en raison d'un nouvel élément apporté au dossier, a-t-on appris mardi auprès des deux parties.

Selon la presse, ce nouvel élément est une lettre émanant d'un ancien employé d'Uber, qui affirme que le groupe avait mis en place un système destiné à récupérer des informations sur ses concurrents et les régulateurs puis à les stocker sur des serveurs informatiques secrets.

Le juge de San Francisco qui a reporté le procès n'a pas fixé de nouvelle date.

"La pièce (...) révélée partiellement aujourd'hui (mardi) au tribunal est importante et troublante", a réagi auprès de l'AFP un porte-parole de Waymo. A l'inverse, selon une porte-parole d'Uber, cela "ne change rien au fond du dossier".

Tout a démarré en février par une plainte de Waymo. Selon la société, un de ses anciens responsables, Anthony Levandowski, a téléchargé en 2015 des milliers de documents confidentiels avant de partir fonder sa propre entreprise, Otto, ensuite rachetée par Uber en 2016. Cette dernière travaille, comme la plupart des constructeurs automobiles et entreprises technologiques, sur la voiture autonome.

L'ingénieur avait ensuite rejoint Uber pour diriger son département conduite autonome.

La justice américaine avait estimé en mai qu'Uber "savait ou aurait dû savoir" que M. Levandowski était en possession de ces documents. Ce même juge avait donc alors ordonné à l'ingénieur de les restituer à Waymo mais Uber avait peu après renvoyé l'intéressé, affirmant qu'il avait refusé de collaborer aux investigations.

Ce conflit judiciaire est loin d'être le seul pour Uber, englué dans les scandales depuis des mois. Uber est notamment soupçonné d'avoir utilisé des logiciels illégaux pour espionner la concurrence ou échapper aux contrôles des autorités, ou encore d'avoir corrompu des responsables officiels étrangers.

Dernier avatar en date, le groupe se retrouve visé par plusieurs enquêtes après la révélation la semaine dernière du piratage des données de 57 millions de ses utilisateurs à travers le monde.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

Trader sur le CAC40 avec du levier
Mardi 6 novembre de 12h15 à 13h15

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/10/2018

Le chiffre d'affaires de Rémy Cointreau s’est élevé à 571,4 millions d'euros au premier semestre de l’exercice 2018-19, en croissance publiée de 5% et en croissance organique (à devises et…

Publié le 19/10/2018

Au 30 septembre 2018, le chiffre d'affaires consolidé d'Icade ressort en hausse de 5,5% à 1...