En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 840.38 PTS
-
4 836.00
-
SBF 120 PTS
3 859.34
-
DAX PTS
11 071.54
-0.17 %
Dowjones PTS
24 575.62
+0.70 %
6 658.76
+0.18 %
1.138
+0.03 %

Volkswagen et les répercussions du scandale des moteurs truqués

| AFP | 388 | Aucun vote sur cette news
Le logo de Volkswagen à Wolfsburg en Allemagne, 26 juillet 2016
Le logo de Volkswagen à Wolfsburg en Allemagne, 26 juillet 2016 ( Philipp von Ditfurth / dpa/AFP/Archives )

La tricherie de Volkswagen sur des millions de moteurs diesel a des répercussions depuis deux ans sur l'ensemble de l'industrie automobile mondiale.

Outre qu'elle coûte très cher au constructeur allemand, elle accélère la défiance des usagers et des pouvoirs publics à l'égard de ce type de carburant. Retour sur les origines et les retombées du "dieselgate" planétaire.

- D'où est venu le scandale? -

Le 18 septembre 2015, l'agence environnementale américaine (EPA) accuse le constructeur d'avoir enfreint des réglementations anti-pollution à l'aide d'un logiciel truqueur installé sur des centaines de milliers de véhicules diesel fabriqués à partir de 2009. Très vite, le "dieselgate" prend de l'ampleur: Volkswagen reconnaît avoir équipé de ce logiciel 11 millions de véhicules dans le monde, dont 8,5 millions en Europe.

Le logiciel incriminé enclenchait un mécanisme interne de limitation des gaz polluants pendant les contrôles anti-pollution.

- Comment a réagi Volkswagen? -

Le patron de l'époque Martin Winterkorn a dû démissionner. Il est remplacé par Matthias Müller, alors patron de Porsche.

M. Müller a fait acte de contrition et engagé un vaste rappel, toujours en cours, des véhicules. Il a présenté une nouvelle stratégie axée sur le développement de l'électrique.

Le groupe plaide coupable de fraude aux Etats-Unis et accepte de payer plus de 22 milliards de dollars au total pour contenter autorités, clients et concessionnaires dans le pays.

- Les conséquences pour Volkswagen? -

En 2015, le groupe essuie une perte historique de 1,6 milliard d'euros en raison de l'argent mis de côté pour affronter les poursuites judiciaires dans le monde. Dès 2016, il réussit toutefois à revenir dans le vert.

Volkswagen a déjà soldé le gros des litiges aux Etats-Unis, mais n'en a pas fini avec les ennuis judiciaires. Des investisseurs lui réclament par exemple des milliards d'euros, accusant le groupe d'avoir communiqué trop tardivement sur la tricherie.

Du côté des ventes, Volkswagen a souffert en 2015, mais s'est rapidement remis en selle, aidé par la demande chinoise et européenne alors que la désaffection des clients américains perdure.

La marque a annoncé en novembre la suppression de 30.000 postes.

En parallèle, la justice de plusieurs pays poursuit ses enquêtes contre cadres et dirigeants du groupe.

- Les conséquences pour les clients? -

Aux Etats-Unis, où les normes anti-pollution sont plus strictes, le groupe a accepté de débourser plus de 16 milliards de dollars pour réparer ou racheter près de 600.000 voitures incriminées, et de verser à leurs propriétaires des indemnités.

En Europe, Volkswagen n'entend pour l'heure pas dédommager ses clients car la situation et la législation sont selon lui différentes.

Le gros des rappels concerne l'Europe, avec plus de 2 millions en Allemagne et environ 900.000 en France.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/01/2019

SNCF Transilien et MND Group, spécialiste du transport par câble à travers sa filiale LST, s’associent pour concevoir et promouvoir des solutions de transport par câble sur certains pôles…

Publié le 23/01/2019

Voltalia a réalisé au quatrième trimestre 2018 un chiffre d'affaires de 51,4 millions d'euros, en baisse de 4 %. A taux constant, les ventes ont ont grimpé de 7 %. Sur l'année, le chiffre…

Publié le 23/01/2019

FONCIÈRE EURIS Société Anonyme au capital de 149 158 950 euros 83, rue du Faubourg Saint-Honoré - 75008 Paris 702 023 508 RCS PARIS     Paris, le 23 janvier…

Publié le 23/01/2019

Pour l'année 2018, le chiffre d'affaires de Seb s'établit à 6...

Publié le 23/01/2019

JCDecaux annonce qu’Hannelore Majoor a été nommée directrice générale de sa filiale néerlandaise, JCDecaux Pays-Bas. Hannelore Majoor a débuté sa carrière chez JCDecaux en octobre 2016 en…