En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 160.52 PTS
-
5 168.50
-
SBF 120 PTS
4 093.58
-
DAX PTS
11 309.21
+0.09 %
Dowjones PTS
25 891.32
+0.03 %
7 066.61
+0.16 %
1.135
+0.12 %

Vin: la France regarde au large

| AFP | 186 | Aucun vote sur cette news
Les deux co-présidents de du premier salon Wine Paris Pierre Clément (G) et Fabrice Rieu à Paris le 11 février 2019
Les deux co-présidents de du premier salon Wine Paris Pierre Clément (G) et Fabrice Rieu à Paris le 11 février 2019 ( Eric Feferberg / AFP )

Avec la baisse de la consommation intérieure et les succès des vins des Amériques, la France dépend de plus en plus des exportations pour commercialiser ses crus.

Aussi, vignerons et négociants misent beaucoup sur le premier salon Wine Paris qui réunit depuis lundi, pour la première fois dans la capitale, l'ensemble des terroirs viticoles français en un même lieu. Dans l'espoir de relancer les ventes à l'étranger.

"A Paris, il nous manquait un salon comme celui-ci" explique à l'AFP Thomas Laydis, du Château Roc de Calon, propriété familiale de Montagne Saint Emilion dans le Bordelais, dont il est en train de relancer la distribution.

"La France doit reprendre des parts de marché à l'export, et ce salon inédit doit aider à y parvenir" complète Pascale Ferranti, directrice du salon.

Selon elle, la France doit "réagir par rapport à toute la concurrence des marchés producteurs proches comme l'Espagne et l'Italie", mais "encore plus celle des vins lointains comme l'Australie ou le Chili qui sont très offensifs commercialement et progressent sur les grands marchés à l'export comme les Etats-Unis ou l'Asie".

Le sujet est d'autant plus sensible que vins et spiritueux représentent le second excédent commercial de la France, juste derrière l'aéronautique.

Lundi, le Comité interprofessionnel du champagne a lancé un discret signal d'alarme: les ventes de champagne ont baissé de 1,8% en 2018, en raison essentiellement d'un recul de 4,2% de la consommation de bulles en France, alors que les marchés hors Europe progressaient de 2,1%.

Du coup, les exportations de champagne représentent désormais plus de la moitié des ventes totales: un "renversement de tendance par rapport au siècle dernier", selon le CIVC.

Pour l'ensemble des vins français, les chiffres totaux d'exportation en 2018 seront dévoilés mercredi par la Fédération des exportateurs de vins et spiritueux.

Un vin français à 10 dollars, "c'est important"

Au premier semestre 2018, les exportations avaient reculé de 1%, mais le chiffre d'affaires avait progressé de 5% à 4,2 milliards d'euros, confirmant le positionnement de plus en plus luxueux des vins français à l'étranger.

Un état de choses que Valérie Pajotin, directrice de la fédération Anivin, essaie de combattre en faisant la promotion des "Vins de France".

Pour s'adapter aux marchés anglo-saxons, cette troisième catégorie de vins, lancée depuis dix ans, n'est pas liée à un terroir, mais d'abord à un cépage, chardonnay, sauvignon, cabernet franc, syrah, grenache, chenin ou le célèbre merlot.

Elle complète les traditionnels vins de terroir, signature des trois grands pays viticoles européens que sont la France, l'Italie et l'Espagne: AOC ou AOP (Appellation d'origine contrôlée ou protégée) et IGP (Indication géographique protégée).

"Et ils sont la seule catégorie en progression en France, représentant désormais 15% des exportations de vins tranquilles (non pétillants, NDLR) en volume" souligne Mme Pajotin.

La France "est capable de servir toutes les tranches de marché et toutes les attentes de consommateurs, jusqu'aux vins ultra-élitistes qui sont les plus connus dans le monde entier, mais je pense que c'est important aussi qu'un consommateur, à 10 dollars, achète quand même du vin français" martèle Mme Pajotin.

Constat confirmé par Dionisio Chaves, sommelier brésilien consultant pour la chaîne de supermarchés brésiliens Zona Sul, qui dit -en français à l'AFP- être venu chercher à Paris "des vins de très bonne qualité à des petits prix".

"Les vins français ne représentent que 13% du marché brésilien, alors que les chiliens sont à 53%" dit-il.

Surfant sur l'appel du grand large, les vins de Loire, parfois boudés par les Français mais en plein renouveau, jouent à fond la carte de l'étranger. Les exportations d'anjou, saumur, touraine et muscadet ont doublé en volume et triplé en valeur en dix ans vers les Etats-Unis, selon l'interprofession InterLoire.

"Beaucoup des tendances nouvelles en France donnent le +la+ pour les développements à venir dans le monde du vin" résume Bob Paulinski, acheteur pour le site Stellar Bottles à San Francisco.

Lui, ne cherche pas des vins de cépage, grande spécialité des vins américains.

Il goûte et achète des vins produits en biodynamie, avec des critères encore plus exigeants que le bio: "Les consommateurs veulent du vin propre, pur, et authentique (...) Ici, à Paris, on ne parle que de ça".

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/02/2019

Le patrimoine immobilier de Selectirente est constitué de 344 murs de commerces d'une valeur de 233 ME...

Publié le 19/02/2019

  RÉSULTATS 2018 EN PROGRESSION   Paris, 19 février 2019       RÉSULTATS FINANCIERS 2018[1] SUPÉRIEURS AUX OBJECTIFS Chiffre d'affaires : 4,1…

Publié le 19/02/2019

Le produit net des opérations se chiffre à environ 21 ME, ce qui porte la valeur de la coentreprise Proseat à 8,5 fois l'Ebitda moyen (2016-2018)...

Publié le 19/02/2019

Cette acquisition permet au groupe français de devenir un des leaders de ce marché aux USA...

Publié le 19/02/2019

Paris, le 19 février 2019, 19h00   Chiffre d'affaires T4 2018 Priorité au retour à la rentabilité sur le nouveau périmètre     …