5 515.89 PTS
+0.38 %
5 516.0
+0.38 %
SBF 120 PTS
4 412.23
+0.39 %
DAX PTS
13 410.80
+0.97 %
Dowjones PTS
26 017.81
+0.00 %
6 811.38
+0.00 %
Nikkei PTS
23 808.06
+0.19 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Vignes gelées: les vignerons bordelais apprennent une nouvelle taille

| AFP | 178 | 3 par 1 internautes
La taille des vignes partiellement gelées,
La taille des vignes partiellement gelées, "c'est un vrai casse-tête", se désole André Faugère (ici en photo), du Gaec de Londre, à Escoussans, où se tient l'un de ces ateliers organisés en décembre et janvier par la chambre d'agriculture du département pour optimiser la taille.  ( MEHDI FEDOUACH / AFP )

"Regardez ! Ca c'est dû au gel: la nécrose s'est installée par le haut. Faites attention à ça, il faut couper!", montre Joël Ortiz, conseiller viticole à la chambre d'agriculture en Gironde. Sécateur en main, il coupe les bois "brûlés" par le froid devant une vingtaine de viticulteurs venus apprendre cette taille inédite de la vigne.

Huit mois après le gel qui a frappé dans la nuit du 20 au 21 avril puis du 27 au 28 avril, les séquelles sont encore lourdes, en particulier dans le Bordelais où 80.000 des 114.000 hectares de vignes ont été touchés.

A Escoussans, village de l'Entre-deux-Mers au sud-est de Bordeaux, de nombreux vignerons sont venus chercher des réponses lors de cette démonstration car la taille, de mi-novembre à mars, doit être effectuée de manière bien différente des autres années en raison de cet épisode de gel, qui amputera probablement de moitié la récolte 2017.

"J'avais un peu peur pour l'année prochaine de ne pas avoir assez de raisins. Aujourd'hui, j'ai eu le retour de ceux qui ont connu un épisode de gel similaire en 1991 et, a priori, on ne va pas avoir de problèmes de quantité grâce à une bonne taille pour les récoltes 2018 et 2019", note, rassurée, Mathilde, jeune viticultrice dans une petite propriété à Saint-Germain-de-Grave.

Huit mois après le gel qui a frappé dans la nuit du 20 au 21 avril puis du 27 au 28 avril, les séquelles sont encore lourdes, en particulier dans le Bordelais où 80.000 des 114.000 hectares de vignes ont été touchés.
Huit mois après le gel qui a frappé dans la nuit du 20 au 21 avril puis du 27 au 28 avril, les séquelles sont encore lourdes, en particulier dans le Bordelais où 80.000 des 114.000 hectares de vignes ont été touchés. ( MEHDI FEDOUACH / AFP )

Pour les vignes qui ont complétement gelé, comme en 1991, la taille se fait sans problème, quasiment comme les autres années, en coupant notamment les nouveaux rameaux.

Mais pour celles partiellement gelées, "c'est un vrai casse-tête", se désole André Faugère, du Gaec de Londre, à Escoussans, où se tient l'un de ces ateliers organisés en décembre et janvier par la chambre d'agriculture du département pour optimiser la taille.

- Surcoût de main d'oeuvre -

A Escoussans, la taille, de mi-novembre à mars, doit être effectuée de manière bien différente des autres années en raison de cet épisode de gel, qui amputera probablement de moitié la récolte 2017.
A Escoussans, la taille, de mi-novembre à mars, doit être effectuée de manière bien différente des autres années en raison de cet épisode de gel, qui amputera probablement de moitié la récolte 2017. ( MEHDI FEDOUACH / AFP )

"D'habitude, on taille de façon automatique. Mais là, tout le haut du pied a gelé, pas le bas. La végétation est repartie, donnant un aspect buissonnant et du bois de petite taille, ce qui rend l’exécution de la taille difficile", reconnaît-il, avec 65 à 70% de ses 37 hectares de vignes gelées partiellement.

Ce vigneron se voit contraint de laisser davantage de bourgeons sur ces rameaux, ressemblant cette année à une main aux longs doigts tordus. Car au lieu d'avoir une belle branche longiligne, plusieurs ont poussé après le gel.

"Elles sont de qualité plus faibles, donc potentiellement plus fragiles et moins fertiles, c'est pourquoi on les coupe moins court que d'habitude pour laisser davantage de bourgeons", explique David Perrier, conseiller viticole à la chambre d'agriculture.

Sur les vignes blanchies par le froid du matin, il supprime également les baguettes devenues noires à l'intérieur. Cette nécrose l'oblige à tailler au ras du cep le bois mort.

Une vingtaine de viticulteurs sont venus apprendre cette taille inédite de la vigne.
Une vingtaine de viticulteurs sont venus apprendre cette taille inédite de la vigne. ( MEHDI FEDOUACH / AFP )

"Dans le Bordelais, la taille de la vigne en Guyot, c'est-à-dire une taille longue, est de mise mais cette année, on alternera entre taille en Guyot et taille courte en cordon lorsque les bois sont trop détériorés", poursuit M. Perrier, qui qualifie cette méthode de "réfléchie, pragmatique".

"Il va falloir se poser la question à chaque pied comme quand on apprend à tailler car chaque pied, traumatisé, réagit différemment à la gelée. Donc, il faut qu'on s'adapte en fonction de sa réaction", renchérit la vigneronne Mathilde, bonnet sur la tête.

Le temps de taille sera par conséquent allongé de 25 à 30%, provoquant un surcoût de main d'oeuvre. Mais pour le conseiller viticole, "une fois la taille passée, on aura tourné la page du gel 2017". Au moins sur le terrain.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 3
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 24/10/2017

Un tracteur passe la herse rotative pour préparer un semis d'engrais, le 23 octobre 2017 à Gardegan-et-Tourtirac ( MEHDI FEDOUACH / AFP )"Ce serait une bonne chose d'interdire le glyphosate",…

Publié le 15/10/2017

Un plant de cannabis avec en arrière plan un vignoble, dans la vallée de la Bekaa, au Liban, le 3 octobre 2017 ( JOSEPH EID / AFP )Assis dans sa vigne de la Bekaa libanaise, entre des plants de…

Publié le 17/08/2017

Christophe Ritzenthaler, chercheur à l'Institut de biologie moléculaire des plantes de Strasbourg ( PATRICK HERTZOG / AFP )Immuniser les vignes contre un virus ravageur grâce à des gênes…

Publié le 15/08/2017

Le chercheur à l'Institut de biologie moléculaire des plantes de Strasbourg, Christophe Ritzenthaler, dans son laboratoire à Strasbourg le 26 juillet 2017 ( PATRICK HERTZOG / AFP )Immuniser les…

Publié le 17/07/2017

Warda al-Jassem porte de l'eau pour arroser sa vigne, en revenant chez elle à Jazra, banlieue à l'ouest de Raqa, le 15 juillet 2017, cinq semaines après avoir fui les combats contre le groupe…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/01/2018

Moody's a fait savoir, dans un commentaire sur Carrefour, que la notation Baa1 qu'elle attribue au distributeur "repose sur la perspective que Carrefour va progressivement stabiliser sa rentabilité".…

Publié le 19/01/2018

Le calendrier s'étoffe (un peu)...

Publié le 19/01/2018

Résultats trimestriels...

Publié le 19/01/2018

PSA annonce que sa politique de l’emploi pour l’année 2018 (DAEC) vient d’être approuvée par le Comité Central d’Entreprise du groupe. Ainsi, cinq organisations syndicales sur six (CFDT,…

Publié le 19/01/2018

Schlumberger a fortement creusé sa perte nette au quatrième trimestre, à plus de 2 milliards de dollars contre 204 millions un an plus tôt. Elle intègre notamment des dépréciations des actifs…

CONTENUS SPONSORISÉS