5 349.30 PTS
-0.15 %
5 355.0
+0.10 %
SBF 120 PTS
4 267.01
-0.16 %
DAX PTS
13 103.56
+0.27 %
Dowjones PTS
24 651.74
+0.58 %
6 466.32
+1.20 %
Nikkei PTS
22 553.22
-0.62 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Vers le retour du cornichon made in France

| AFP | 179 | Aucun vote sur cette news
En fin de chaîne, un employé prépare une cargaison de bocaux de cornichons dans l'entreprise Reitzel, le 9 octobre 2017 à Connerré
En fin de chaîne, un employé prépare une cargaison de bocaux de cornichons dans l'entreprise Reitzel, le 9 octobre 2017 à Connerré ( JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP )

L'entreprise franco-suisse Reitzel a fait le pari de relancer la culture du cornichon en France - où elle a quasiment disparu au profit du cornichon indien - en passant des contrats avec les agriculteurs qui travaillent avec elle.

Il y a 25 ans, des cornichons étaient produits en France, mais comme une seule récolte par an est possible, alors qu'en Inde on peut en faire trois, "progressivement, les industriels de l'époque sont allés se fournir en Inde. Les producteurs français n'avaient plus de débouchés et la culture a disparu", raconte à l'AFP le directeur général de Reitzel, Emmanuel Bois.

Aujourd'hui, 80% des 60 millions de bocaux de cornichons vendus chaque année en France viennent d'Inde, et 20% des pays de l'Est.

Il reste une toute petite production nationale : 1.424 tonnes de cornichons produits sur 116 hectares en 2016, selon Agreste, le service statistiques du ministère de l'Agriculture. Une production artisanale "vendue en épicerie fine", selon M. Bois.

Des cornichons en cours de traitement dans l'entreprise Reitzel, le 9 octobre 2017 à Connerré
Des cornichons en cours de traitement dans l'entreprise Reitzel, le 9 octobre 2017 à Connerré ( JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP )

Dans ses deux usines françaises, d'où sortent 25 millions de pots par an, Reitzel va produire en 2017, sous la marque Le Jardin d'Orante, 400.000 bocaux de cornichons issus des exploitations de cinq agriculteurs qui ont tenté l'aventure avec l'industriel, contre 110.000 en 2016, année du lancement de l'initiative.

"Moi tout seul, je n'aurais pas pu commercialiser les cornichons et Reitzel cherchait des producteurs qui connaissaient déjà un peu cette culture", raconte Olivier Corbin, l'un des agriculteurs sarthois en contrat avec l'industriel. "Mes parents en faisaient, donc je connais cette culture là", explique-t-il à l'AFP.

Mais, s'il s'est lancé c'est parce qu'il "avait une garantie derrière : Reitzel s'est engagé sur un prix et un volume minimum récolté".

Et l'engagement va plus loin : "Nous avons pris sur nous de les assurer, s'il n'y a pas de cornichons produits, ils ne perdent pas d'argent", assure M. Bois.

L'année dernière, en raison des inondations en juin, "j'ai perdu pas loin de 50% de la récolte", raconte M. Corbin, et Reitzel "a remboursé ce qu'on avait mis pour mettre en place la culture et un petit plus pour valoriser le temps de travail", assure-t-il.

La contractualisation, qui est l'un des thèmes majeur des Etats généraux de l'alimentation, va plus loin, puisqu'elle intègre également les distributeurs.

- Recréer une filière "durable" -

Des cornichons en cours de traitement dans l'entreprise Reitzel, le 9 octobre 2017 à Connerré
Des cornichons en cours de traitement dans l'entreprise Reitzel, le 9 octobre 2017 à Connerré ( JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP )

Selon M. Bois, "l'opération n'aurait pas été possible sans l'appui des distributeurs. Dès la première année, nous avions un accord avec Intermarché, Carrefour et Monoprix, qui ont accepté de prendre les deux produits qu'on proposait".

L'ambition de Reitzel était en effet de recréer une filière industrielle française "durable, donc rentable".

Or, les cornichons sont très chers à récolter et "avec des agriculteurs payés le juste prix, il faut des volumes, donc des produits, vendus à des prix acceptables", rappelle M. Bois.

Quand 1 kilo de cornichons venu d'Inde arrive à l'usine au prix de 1 euro, les cornichons français sont, eux, à 5 ou 6 euros le kg.

"Mais si le bocal était vendu 6 fois plus cher on ne le vendrait jamais, donc on a baissé notre marge et fait bénéficier les agriculteurs français de notre productivité", indique M. Bois.

Résultat, les prix des cornichons français en rayon sont un peu plus élevés que ceux des cornichons indiens, mais ne sont pas pour autant multipliés par six.

Pour Reitzel, l'opération reste donc un défi : "si on n'a pas de volume, on est mort, car les frais fixes sont importants". Mais c'est aussi une fierté : "ça montre ce qu'est la philosophie de la boîte", raconte son directeur général.

Et Reitzel France, qui a réalisé un chiffre d'affaires de 34 millions d'euros en 2016, ne manque pas d'ambition : "aujourd'hui, avec les cornichons français, on flirte avec 1% du marché et l'ambition est d'atteindre 10% dans une dizaine d'années", en doublant chaque année la production, selon le directeur général.

Celui-ci souligne l'"enjeu éducatif" de ce pari : "faire comprendre la différence aux consommateurs qui achètent de façon mécanique". Le groupe a donc mis en ligne des webdocs qui expliquent sa démarche (https://www.youtube.com/watch?v=bPMy3pfCGjs).

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 15/12/2017

Le conseil d'administration de SoLocal Group a pris acte de la démission de Monica Menghini et a décidé, sur proposition du comité des nominations, de coopter Marie-Christine Levet en qualité…

Publié le 15/12/2017

En prévision de son départ de Wendel le 31 décembre prochain, Frédéric Lemoine a présenté sa démission du conseil d'administration de Bureau Veritas à compter du 31 décembre 2017. En…

Publié le 15/12/2017

André François-Poncet remplace Frédéric Lemoine au Conseil d'administration de Bureau Veritas à compter du 1er janvier 2018   Neuilly-sur-Seine, le 15 décembre…

Publié le 15/12/2017

L'objectif d'Immobilière Dassault est de lancer un projet de restructuration de ce bâtiment

Publié le 15/12/2017

Immobilière Dassault a finalisé l'achat d'un immeuble situé au 16 rue de la Paix, Paris 2ème, dont elle avait annoncé avoir signé une promesse le 23 octobre dernier. Il est rappelé que cet…

CONTENUS SPONSORISÉS