En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 919.75 PTS
-
5 916.50
-
SBF 120 PTS
4 658.29
-
DAX PTS
13 283.51
-
Dow Jones PTS
27 691.49
+0. %
8 263.79
+0.27 %
1.101
+0.02 %

Vers la fermeture de la plupart des prestigieux magasins Barneys aux Etats-Unis

| AFP | 524 | Aucun vote sur cette news
Le grand magasin new-yorkais Barneys, référence historique de la mode à l'américaine, devrait fermer la plupart de ses enseignes dans le cadre d'un plan de reprise
Le grand magasin new-yorkais Barneys, référence historique de la mode à l'américaine, devrait fermer la plupart de ses enseignes dans le cadre d'un plan de reprise ( TIMOTHY A. CLARY / AFP/Archives )

Le grand magasin new-yorkais Barneys, référence historique de la mode à l'américaine, devrait fermer la plupart de ses enseignes dans le cadre d'un plan de reprise validé jeudi, nouvel épisode de la crise des grands magasins.

Lors de son dépôt de bilan, début août, le groupe avait déjà annoncé la fermeture de trois grands magasins et de 12 autres points de vente plus petits, des magasins d'usine et des "concept stores".

L'un des avocats de Barneys, Josh Sussberg, a confirmé à l'AFP qu'une juge fédérale de Manhattan avait adopté le plan qui prévoit la reprise, pour 271 millions de dollars, par Authentic Brands Group (ABG), société spécialisée dans le rachat de marques en difficulté.

Une porte-parole d'ABG a confirmé la décision à l'AFP, précisant que la transaction serait finalisée vendredi.

"Il existe encore une possibilité que certains magasins restent ouverts, mais il est probable que cinq points de vente ferment, ainsi que le centre de distribution, et que des milliers d'emplois disparaissent", a indiqué Josh Sussberg, du cabinet Kirkland & Ellis.

Barneys ne possède plus aujourd'hui que cinq grands magasins, dont le plus prestigieux sur Madison Avenue, ainsi que quelques magasins d'usine.

"Nous discutons encore avec d'autres groupes qui soutiendraient une reprise d'activité de nature à maintenir tous les magasins ouverts", a expliqué l'avocat de Barneys.

Fondé par l'homme d'affaires Barney Pressman en 1923, Barneys était à l'origine une enseigne bon marché, proposant des vêtements masculins de marque à prix cassés.

Le fils du fondateur, Fred Pressman, a transformé l'identité du grand magasin à partir de la fin des années 50, au point d'incarner le luxe vestimentaire à l'américaine.

En effectuant des choix pointus et en mettant en avant des créateurs européens, il a contribué à façonner le style new-yorkais moderne.

"Un discret sac noir Barneys en dit plus sur quelqu'un que ses chaussures ou son adresse", écrivait ainsi Jennifer Steinhauser du New York Times en 1996, après le décès de Fred Pressman.

Barneys n'est pas le premier grand magasin à faire les frais de la "fast fashion" et de la montée du commerce en ligne.

Lord & Taylor a été racheté en août par le spécialiste de la location de vêtements par abonnement Le Tote, et avait déjà fermé son magasin emblématique début janvier.

En septembre 2018, le groupe L Brands avait annoncé la fermeture des magasins de luxe Henri Bendel, notamment le plus prestigieux, situé sur la célèbre 5e Avenue.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

Privatisation de La Française des Jeux du 7 au 19 novembre 2019

Ouvrez dès aujourd’hui votre compte chez Bourse Direct : c'est rapide, gratuit et 100% en ligne !

Investir dans des instruments financiers comporte des risques de perte en capital, pouvant aller jusqu'à une perte totale du capital investi pour les investissements en titres de capital (actions).Le rendement et la performance d'un investissement en actions ne sont pas garantis. Nous vous invitons à consulter notre guide investisseur.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 12/11/2019

Séché Environnement recompose son Conseil d'Administration...

Publié le 12/11/2019

Rendez-vous les 20 et 21 novembre......

Publié le 12/11/2019

L'action Walt Disney progresse mardi à Wall Street, malgré quelques problèmes techniques au démarrage de son service de vidéo en streaming Disney+.

Publié le 12/11/2019

Lacroix confirme la forte croissance du résultat annuel et l'atteinte de l'objectif de résultat opérationnel courant de 19 ME...

Publié le 12/11/2019

Dans un contexte de transformation et d'investissements soutenus, la maîtrise des coûts reste un des enjeux importants pour UFF....