En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 591.69 PTS
+0.20 %
5 535.00
+0.28 %
SBF 120 PTS
4 424.76
+0.21 %
DAX PTS
12 235.51
+0.11 %
Dowjones PTS
26 656.39
+0.55 %
7 810.71
+1.26 %
1.122
-

Vente de Rafale à l'Inde: Paris a effacé la dette fiscale d'un proche de Modi

| AFP | 429 | Aucun vote sur cette news
Un Rafale pret à faire une demonstration à Bangalore, le 21 février 2019
Un Rafale pret à faire une demonstration à Bangalore, le 21 février 2019 ( MANJUNATH KIRAN / AFP )

La France a annulé en 2015 un redressement fiscal visant une entreprise appartenant à un homme d'affaires proche du Premier ministre indien, Narendra Modi au moment où se négociait la vente de 36 avions de combat Rafale à l'Inde, affirme samedi Le Monde.

La France a annulé un redressement fiscal d'un montant global de 143,7 millions d'euros, pourtant réclamé depuis des années, en faveur d'une entreprise française appartenant au groupe Reliance Communications, de l'homme d'affaires indien Anil Ambani.

"Le litige a été réglé entre février et octobre 2015, au moment même où l'Inde et la France négociaient la vente des trente-six avions de combat", précise le quotidien.

L'entreprise française Reliance Flag Atlantic France, détenue par Anil Ambani, connaissait, à l'époque des faits "de gros soucis financiers" et sa solvabilité était mise en péril par une importante dette fiscale, selon le journal.

Elle était sous le coup de deux redressements fiscaux d'un montant total de 151 millions d'euros. Un contentieux finalement réglé par un paiement de 7,6 millions d'euros, soit une économie de 143,7 millions d'euros d'impôts.

Le quotidien, qui cite un mail interne d'Airbus ayant fuité dans la presse indienne, affirme que l'homme d'affaires indien, devenu entre-temps un acteur clé dans le contrat des Rafale, a rencontré le lundi 23 mars 2015, plusieurs conseillers du ministre de la Défense de l'époque, Jean-Yves Le Drian, aujourd'hui ministre des Affaires étrangères.

Le Monde affirme également qu'un proche collaborateur d'Anil Ambani s'est vanté auprès du journal, d'avoir rencontré avec M. Ambani au début de l'année 2015, Emmanuel Macron dans son bureau à Bercy, pour y régler le contentieux fiscal.

Dans un communiqué relayé par la presse indienne, le groupe Reliance a démenti "tout favoritisme et bénéfice" tirés de son accord avec le fisc français.

Elle confirme que le contentieux fiscal s'est réglé par un accord "dans le cadre légal accessible à toutes les entreprises opérant en France" portant sur le règlement de 520 millions de roupies (7,2 millions d'euros).

Sollicitée par l'AFP, l'administration fiscale a indiqué "ne pouvoir donner d'informations sur un dossier en particulier sans contrevenir à loi".

Fin novembre 2018, l'ONG française Sherpa, a déposé plainte sur des soupçons de corruption et de trafic d'influence entourant la vente de Rafale à l'Inde en 2016 par Dassault Aviation.

L'organisation dénonce en particulier les conditions qui ont entouré le choix de son partenaire indien, Reliance.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 23/04/2019

A Wall Street, le Nasdaq et le S&P 500 ont grimpé mardi à de nouveaux records. ( Johannes EISELE / AFP )Wall Street a terminé en nette hausse mardi et porté le S&P 500 et le Nasdaq à de…

Publié le 23/04/2019

La Première ministre britannique Theresa May le 11 avril 2019 à Bruxelles, en Belgique ( Philippe HUGUEN / AFP/Archives )Le nouveau parti anti-Brexit Change UK a lancé mardi sa campagne en vue…

Publié le 23/04/2019

A l'issue de l'exercice 2018, Groupe Bogart affiche un chiffre d'affaires de 164,3 ME en croissance de +28,4%, tiré par la progression de l'activité...

Publié le 23/04/2019

Nicolas Dupont-Aignan le 11 avril 2019 à Paris ( Anne-Christine POUJOULAT / AFP/Archives )Le président de Debout la France (DLF) Nicolas Dupont-Aignan sera mercredi sur un barrage en…

Publié le 23/04/2019

JCDecaux annonce "un engouement sans précédent et des résultats record" pour ses nouveaux services de mobilité déployés à Lyon et Nantes en 2018...

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/04/2019

SOCIETE DE TAYNINH       Paris, le 23 avril 2019     COMMUNIQUE DE PRESSE     RESULTATS ANNUELS 2018     Le Conseil d'administration de la …

Publié le 23/04/2019

A l'issue de l'exercice 2018, AwoX a enregistré un chiffre d'affaires consolidé de 18,8 ME, en progression de +53%...

Publié le 23/04/2019

Les résultats du premier trimestre des valeurs technologiques sont attendus en nette baisse à Wall Street. Au même moment, les valorisations du secteur ont pourtant franchi de nouveaux records.

Publié le 23/04/2019

Le chiffre d'affaires consolidé du 1er trimestre 2019 de Vinci s'élève à 9,7 milliards d'euros2, en hausse de 9,6 % à structure réelle par rapport à...

Publié le 23/04/2019

Le Groupe CIS a décidé de consolider son positionnement au Brésil avec l’acquisition de 100% du capital des sociétés Alternativa et Beta (A&B). Créées en 2006 et 2017, A&B sont deux…