5 357.14 PTS
-
5 340.0
-1.10 %
SBF 120 PTS
4 274.04
-
DAX PTS
13 068.08
-
Dowjones PTS
24 508.66
-0.31 %
6 389.91
-0.07 %
Nikkei PTS
22 506.23
-0.83 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Venezuela: nouveau coup dur pour PDVSA dans la crise de la dette

| AFP | 131 | Aucun vote sur cette news
Le comité spécial de l'Association internationale des produits dérivés (ISDA)a entériné un défaut de paiement sur trois échéances manquées par le groupe pétrolier PDVSA
Le comité spécial de l'Association internationale des produits dérivés (ISDA)a entériné un défaut de paiement sur trois échéances manquées par le groupe pétrolier PDVSA ( Federico PARRA / AFP/Archives )

La compagnie pétrolière d'Etat vénézuélienne PDVSA a subi un nouveau coup dur qui pourrait aggraver la situation de Caracas dans la crise de la dette, en dépit du soutien reçu de la Russie.

Le comité spécial de l'Association internationale des produits dérivés (ISDA), qui tenait sa quatrième réunion sur ce sujet à New York, a annoncé jeudi avoir entériné un défaut de paiement sur trois échéances manquées par le groupe pétrolier.

Cette décision revient à ouvrir une complexe procédure qui va permettre aux détenteurs des produits dérivés (Credit Default Swaps - CDS qui les assurent contre une défaillance de PDVSA) d'être remboursés.

Les modalités de cette procédure seront précisées lors d'une nouvelle réunion qui se tiendra à New York lundi.

Depuis la semaine dernière, le comité de l'ISDA, composé des représentants de 15 sociétés financières, examinait des retards de paiement de PDVSA dont les montants cumulés n'ont pas été communiqués. Des sources avaient précédemment fait état d'un retard de paiement de 1,161 milliard de dollars.

La décision de jeudi est un avertissement de plus, après ceux de deux grandes agences de notation financière, S&P Global Ratings et Fitch, qui ont déjà constaté un défaut partiel de l'État vénézuélien et de PDVSA.

Mis en difficulté par la chute des cours du pétrole qui le prive de liquidités, le gouvernement du président Nicolas Maduro, qui affronte une grave crise politique, n'a désormais pas d'autre choix que de renégocier une dette extérieure estimée à environ 150 milliards de dollars par certains experts, alors que sa population souffre déjà de graves pénuries d'aliments et de médicaments, faute d'argent pour les importer.

Le président vénézuélien Nicolas Maduro et le président russe Vladimir Poutine, au Kremlin à Moscou, le 4 octobre 2017
Le président vénézuélien Nicolas Maduro et le président russe Vladimir Poutine, au Kremlin à Moscou, le 4 octobre 2017 ( Yuri KADOBNOV / POOL/AFP/Archives )

Dans cette perspective de restructuration, le Venezuela a obtenu mercredi un coup de pouce de la part de la Russie, son deuxième plus important créancier après la Chine.

Une délégation du gouvernement a en effet signé à Moscou un accord rééchelonnant un crédit russe de 3,15 milliards de dollars accordé en 2011 accordé pour l'achat d'armements.

Pour autant, le geste de la Russie est loin de résoudre toutes les difficultés financières de Caracas, qui ne dispose plus que de 9,7 milliards de dollars de réserves et doit rembourser au moins 1,47 milliard d'ici à fin 2017, puis 8 milliards en 2018.

Selon Joydeep Mukherji, l'analyste en chef de l'agence de notation Standard and Poor's (S&P) chargé des pays latino-américains, l'initiative russe ne suffit pas à lever les doutes sur d'autres paiements attendus du Venezuela, notamment sur quatre emprunts pour lesquels les échéances de remboursement ont déjà été dépassées.

Les analystes dans leur ensemble sont pessimistes sur les chances de renégociation avec les créanciers - dont 70% sont nord-américains (Etats-Unis et Canada), selon Caracas.

D'autant que le gouvernement américain, qui qualifie le gouvernement vénézuélien de dictature, interdit à ses citoyens et banques d'accepter tout accord des autorités vénézuéliennes.

Ces sanctions empêchent un déroulement normal des négociations sur une restructuration de la dette vénézuélienne, en empêchant les ressortissants américains et les institutions financières implantées aux Etats-Unis d'acheter d'éventuelles nouvelles obligations émises par Caracas.

Le président vénézuélien Nicolas Maduro lors d'une conférence de presse à Caracas, le 17 octobre 2017
Le président vénézuélien Nicolas Maduro lors d'une conférence de presse à Caracas, le 17 octobre 2017 ( FEDERICO PARRA / AFP )

Le président Maduro a déclaré jeudi qu'il exigeait que l'opposition vénézuélienne, qui doit reprendre des discussions avec le gouvernement début décembre, demande aux Etats-Unis de lever leurs sanctions contre Caracas, dans la perspective de l'élection présidentielle vénézuélienne prévue en 2018.

Les responsables de l'opposition doivent "s'engager à parler" avec Washington "pour qu'il y ait une élection présidentielle avec des garanties économiques, pour que cessent les sanctions des Etats-Unis, la persécution financière", a dit M. Maduro.

- Coupé des marchés -

En raison des sanctions, le Venezuela, autrefois le pays le plus riche d'Amérique latine, est coupé des marchés financiers, tout comme PDVSA, et pourrait devoir affronter des poursuites et la saisie d'actifs et filiales à l'étranger à l'instar de ceux de Citgo, la filiale américaine de la compagnie pétrolière publique PDVSA.

En raison des sanctions américaines, le Venezuela est coupé des marchés financiers, tout comme PDVSA
En raison des sanctions américaines, le Venezuela est coupé des marchés financiers, tout comme PDVSA ( FEDERICO PARRA / AFP/Archives )

Outre les emprunts à des Etats, la dette vénézuélienne est surtout constituée de diverses échéances entre entreprises, dans une relative opacité, dont six milliards de dollars versés en avance par le pétrolier semi-public russe Rosneft à PDVSA et non concernés par l'accord de mercredi.

Le Venezuela est aussi sous pression de la communauté internationale, qui dénonce la radicalisation du président Maduro. Lundi, l'Union européenne lui a infligé des sanctions, dont un embargo sur les livraisons d'armes.

Le Venezuela a toujours tenté de privilégier le paiement de sa dette au détriment de la population, pourtant privée de produits de première nécessité.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/12/2017

Selon des sources citées par 'La Tribune' et 'Reuters', le numéro deux d'Airbus pourrait démissionner de son poste de directeur adjoint à l'issue d'un conseil d'administration se tenant jeudi…

Publié le 14/12/2017

Un nouveau contrat d'offre globale de services...

Publié le 14/12/2017

L'édition 2018 du CES de Las Vegas se tiendra du 9 au 12 janvier...

Publié le 14/12/2017

David Jones est nommé Senior Vice-président, Digital Business Unit, Thales, avec effet au 8 décembre...

Publié le 14/12/2017

iSee permet l'obtention de données d'imagerie de haute qualité...

CONTENUS SPONSORISÉS