En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 476.17 PTS
-0.33 %
5 462.50
-0.36 %
SBF 120 PTS
4 384.35
-0.29 %
DAX PTS
12 350.82
-0.64 %
Dowjones PTS
26 578.78
-0.62 %
7 543.09
+0.16 %
1.175
+0.03 %

Venezuela: les économistes prévoient un défaut peu contagieux

| AFP | 300 | Aucun vote sur cette news
Le président vénézuélien Nicolas Maduro, le 17 octobre 2017 à Caracas
Le président vénézuélien Nicolas Maduro, le 17 octobre 2017 à Caracas ( FEDERICO PARRA / AFP/Archives )

L'éventuel défaut de paiement du Venezuela ne déclencherait pas un effet domino sur les pays voisins ou sur d'autres émergents, les marchés ayant anticipé depuis belle lurette cette issue, estiment des économistes interrogés par l'AFP.

Tous les voyants sont au rouge: les trois principales agences de notation (Standard and Poor's, Fitch et Moody's) ont encore abaissé leurs notes respectives du Venezuela, jugeant "hautement probable" que le pays pétrolier cesse de rembourser ses dettes, après l'annonce il y a une semaine par le président Nicolas Maduro d'une restructuration des créances de son pays.

Une restructuration de dette signifie au minimum un rééchelonnement des paiements, et souvent un effacement partiel de créances.

La dette de l'Etat vénézuelien et de sa compagnie pétrolière publique PDVSA est estimée à près de 150 milliards de dollars. Si Caracas faisait défaut sur l'ensemble de ces créances, il s'agirait d'un nouveau record historique en matière de faillite d'Etat, après celui de l'Argentine qui avait suspendu en 2001 le remboursement de 100 milliards de dollars d'emprunts souscrits auprès de créanciers privés.

- Une faillite annoncée -

Et pourtant, les marchés ne semblent pas s'inquiéter outre mesure de cette faillite, annoncée il est vrai depuis plusieurs années.

"Cette détérioration s'est produite au ralenti et a été tellement identifiée que les marchés s'attendent depuis longtemps à un défaut du Venezuela", a affirmé Tony Springer, directeur général de l'agence de notation Fitch pour la dette souveraine, qui estime "très bas" le risque de contagion à d'autres émergents lourdement endettés ou aux pays voisins.

L'économiste vénézuélien Orlando Ochoa confirme: "Il n'y a aucun risque de contagion parce que le Venezuela est un cas particulier en Amérique latine avec une mauvaise gestion économique du président Nicolas Maduro", a-t-il assuré lors de son passage à Paris.

Selon lui, les pays voisins comme la Colombie ont "déjà intégré" la chute des exportations de leurs produits vers le Venezuela, qui a choisi ces dernières années de les diminuer drastiquement afin de pouvoir honorer ses échéances.

"Il y a déjà de fait un cordon sanitaire financier autour de Caracas, mis en place par le gouvernement vénézuélien lui-même, qui a réduit l’accès des entreprises comme des particuliers aux devises étrangères, et donc aux échanges mondiaux", a expliqué Christopher Dembik, responsable de la recherche économique chez Saxo Banque.

Le FMI, qui a reproché vendredi dernier à Caracas d'être "en violation" avec les règles de l'institution en ne donnant pas accès à ses données économiques complètes, avait il y a un mois écarté un effet domino, en disant prévoir "des effets minimes de cette crise sur les autres pays".

- Un défaut compliqué -

Jusqu'à présent, Caracas est parvenu à honorer ses paiements dans les temps, malgré la forte chute du cours du brut ces dernières années, ainsi que la crise qui a plombé son PIB et a plongé le pays dans l'hyper-inflation.

"Mais M. Maduro a reconnu la semaine dernière qu'il ne pourrait pas continuer à respecter les échéances. La production pétrolière continue de chuter et il manque des capacités pour payer l'an prochain", a détaillé M. Ochoa.

La situation financière de ce pays pétrolier est d'autant plus compliquée que le président américain Donald Trump a imposé en août des sanctions financières contre Caracas, interdisant l'achat de nouvelles obligations émises par Caracas ou PDVSA.

"Ce sera sans doute le défaut le plus compliqué de l’histoire, et celui avec le moins d'impact global", prévoit M. Dembik. Un point de vue partagé par M. Stringer, pour qui la réunion prévue lundi entre les autorités vénézuéliennes et les créditeurs sera "le début d'une longue procédure douloureuse".

Le sort du pays latino-américain dépend aussi de l'attitude de ses deux principaux alliés économiques et grands créanciers: la Russie et la Chine. Le ministre russe des Finances Anton Silouanov, cité par l'agence Interfax, a annoncé mercredi que la Russie et le Venezuela avaient "un accord pour la restructuration" de la dette de ce dernier, sans donner de chiffres ni de modalités précises.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

NOUVEAUTÉ - Bourse Direct lance ses Webinaires

Trader sur Indices et Matières 1ères avec les CFD
Lundi 2 octobre de 12h00 à 13h00

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Jeudi 11 octobre de 12h30 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 24/09/2018

Suresnes, le 24 septembre 2018 : Recylex S.A. (Euronext Paris : FR0000120388 - RX) annonce ce jour que le Groupe a obtenu l'accord de l'ensemble des partenaires financiers…

Publié le 24/09/2018

      Communiqué de mise à disposition de documents   Neuilly-sur-Seine, le 24 septembre 2018       Mise à disposition du rapport financier semestriel au 30 juin…

Publié le 24/09/2018

ADLPartner Société anonyme à directoire et conseil de surveillance au capital de 6 478 836 euros 3, avenue de Chartres 60500 - CHANTILLY 393 376 801 R.C.S.…

Publié le 24/09/2018

  RESULTATS SEMESTRIELS 2018                Paris, le 21 septembre 2018     Patrimoine 144,2 Millions d'euros   Résultat net…

Publié le 24/09/2018

 Groupe BIC - Communiqué de presse Clichy - 24 Septembre 2018   Déclaration des Transactions sur Actions Propres du 17 au 21 Septembre 2018   Conformément à la…