En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 492.71 PTS
+0.75 %
5 484.5
+0.60 %
SBF 120 PTS
4 391.47
+0.58 %
DAX PTS
12 394.93
+0.56 %
Dowjones PTS
26 656.98
+0.95 %
7 569.03
+0.00 %
1.177
-0.03 %

USA: Nike prend partie pour Kaepernick, visage de la contestation

| AFP | 135 | Aucun vote sur cette news
Colin Kaepernick, lors d'une soirée qualitative à Los Angeles, le 3 mai 2018
Colin Kaepernick, lors d'une soirée qualitative à Los Angeles, le 3 mai 2018 ( Leon Bennett / Getty/AFP/Archives )

Il n'a plus joué depuis janvier 2017, mais Colin Kaepernick est le joueur de football américain à la fois le plus célébré et le plus détesté aux Etats-Unis pour avoir lancé un mouvement de boycott de l'hymne américain et, depuis lundi, pour être devenu le visage d'une publicité du géant Nike.

Son visage en gros plan est barré d'un slogan sans équivoque: "Croyez dans quelque chose. Même si cela signifie tout sacrifier". Le visuel, en noir et blanc qu'il a été le premier à diffuser sur son compte Twitter, a rapidement embrasé les réseaux sociaux.

Comme souvent depuis que l'ancien quarterback de San Francisco est devenu en 2016 le visage de la révolte contre les violences policières visant les Noirs, la campagne de publicité de Nike a été applaudie par les uns, vitupéré par les autres qui ont promis de boycotter la marque ou/et ont déjà brûlé leurs vêtements et tennis portant la célèbre virgule.

A trois jours du coup d'envoi de la saison 2018 de la Ligue nationale de football américain (NFL), Nike a frappé fort en termes de marketing.

L'équipementier a surtout pris clairement --et c'est une première pour une entreprise de cette taille-- partie sur une question qui divise le pays depuis près de deux ans et qui irrite au plus haut point Donald Trump.

- "Faire bouger le monde" -

Alors que Kaepernick est désormais un paria en NFL où aucune équipe ne l'a recruté depuis l'expiration de son contrat avec San Francisco en janvier 2017, Nike en a fait l'un de ses ambassadeurs aux côtés de la reine du tennis féminin Serena Williams et de la mégastar de la NBA LeBron James pour célébrer le 30e anniversaire de son emblématique slogan "Just do it".

"Nous croyons que Colin est l'un des sportifs les plus charismatiques de sa génération qui utilise la puissance du sport pour faire bouger le monde", a expliqué à la chaîne de télévision ESPN Gino Fisanotti, l'un des dirigeants de Nike.

Le géant américain est allé encore plus loin: il a prolongé son contrat de partenariat avec Kaepernick et s'est engagé à créer une basket à son nom, honneur suprême pour un sportif professionnel, tout en finançant sa fondation d'aide à l'enfance.

Nike prend des risques: il est l'un des équipementiers de la puissante NFL, cette Ligue que Kaepernick poursuit en justice et qu'il accuse de collusion pour l'empêcher de poursuivre sa carrière.

- Antipatriotiques -

La marque connue pour ses campagnes de publicité novatrices s'expose aussi au courroux de Donald Trump.

Colin Kaepernick, alors quarterback de San Francisco, pose son genou à terre, avant un match de NFL, le 2 octobre 2016 à Santa Clara
Colin Kaepernick, alors quarterback de San Francisco, pose son genou à terre, avant un match de NFL, le 2 octobre 2016 à Santa Clara ( Thearon W. Henderson / Getty/AFP/Archives )

S'il n'a pas encore envoyé l'un de ses tweets assassins, le président américain mène depuis l'automne dernier une bataille personnelle contre ces joueurs de football américain qui, inspiré par Kaepernick, posent un genou à terre ou lève un poing, tête baissée, durant l'hymne américain joué avant chaque match.

Pour Trump et une partie de l'opinion publique américaine, ces gestes sont antipatriotiques, une insulte aux militaires qui ont servi et trouvé la mort sous le drapeau américain.

Pour eux, les protestaires sont de mauvais Américains et Trump avait demandé aux propriétaires d'équipes de les sanctionner, voire de les licencier.

La NFL pensait avoir désamorcé une réédition de la crise de 2017 qui a pénalisé ses recettes publicitaires et les audiences TV, en édictant au printemps dernier une réglementation autorisant les joueurs à protester à condition qu'ils restent dans les vestiaires pendant l'hymne.

Mais cette réglementation a depuis été suspendue pour éviter les recours en justice.

C'était avant que Nike ne fasse ressurgir Kaepernick et son combat sur le devant de la scène et ne relance de plus belle la polémique.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/09/2018

Hankuk Glass Industries (HGI), filiale sud-coréenne de Saint-Gobain cotée à la Bourse de Séoul, a lancé une offre publique d'achat pour acquérir les 23% des actions détenues par des…

Publié le 21/09/2018

Le cimentier négocie le rachat de Cipla

Publié le 21/09/2018

Global Bioenergies connait un début de séance très difficile, en forte baisse de 17% à 11,3 euros dans un volume représentant 0,8% du tour de table...

Publié le 21/09/2018

Fort d'un chiffre d'affaires en hausse de 24% au premier trimestre, Geci International indique viser des revenus supérieurs à 32 ME sur l'ensemble de...

Publié le 21/09/2018

Fort effet de levier sur les marges