En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 825.25 PTS
-0.59 %
4 817.5
-0.59 %
SBF 120 PTS
3 834.49
-0.60 %
DAX PTS
10 810.76
-0.51 %
Dowjones PTS
24 100.51
-2.02 %
6 594.96
+0.00 %
1.135
+0.40 %

USA: le Sénat vote la 1ère étape du big bang fiscal

| AFP | 586 | Aucun vote sur cette news
Mitch McConnell, chef des républicains au Sénat, à Washington, le 16 octobre 2017
Mitch McConnell, chef des républicains au Sénat, à Washington, le 16 octobre 2017 ( SAUL LOEB / AFP/Archives )

Le Sénat américain a donné jeudi de justesse son feu vert pour le lancement de la grande réforme de la fiscalité voulue par la majorité républicaine et le président Donald Trump, avec à la clé une gigantesque baisse d'impôts de 1.500 milliards de dollars.

Les 100 élus de la chambre haute ont ainsi préparé le terrain pour cette réforme politiquement explosive en adoptant une résolution établissant les grandes lignes du budget 2018. Cette première étape a obtenu 51 voix pour, 49 contre.

L'intérêt de la résolution votée jeudi est qu'elle autorise une procédure simplifiée, dite de "réconciliation", pour voter dans les prochains mois la réforme de la fiscalité, avec une clause cruciale: les sénateurs n'auront alors besoin que d'une majorité de 51 voix pour adopter la loi fiscale, au lieu des 60 voix généralement requises au Sénat.

Les républicains ne disposant que de 52 sièges, ils n'auraient alors besoin d'aucune voix démocrate, sauf défections côté républicain.

"Avec ce budget, nous sommes sur la voie pour apporter un soulagement si nécessaire aux Américains, aux familles américaines, qui ont supporté le fardeau d'une fiscalité injuste pendant trop longtemps", a déclaré après le vote Mitch McConnell, chef des républicains au Sénat.

Après l'échec de l'abrogation de la loi sur la couverture maladie de Barack Obama, l'adoption de cette réduction d'impôts historique avant la fin de l'année est désormais la priorité des priorités pour le président Trump et ses alliés du Congrès.

"Franchement, je pense que nous avons les voix pour le vote des réductions d'impôts qui suivront assez rapidement", a estimé M. Trump à la Maison Blanche après l'adoption de la résolution. "Nous pouvons faire quelque chose de très, très spectaculaire si nous mettons en place les réductions d'impôts", a ajouté le président républicain.

Les grandes lignes de la réforme sont une baisse de l'impôt sur les sociétés de 35 à 20%, une baisse de l'impôt sur le revenu pour la plupart des ménages, et la suppression de nombreuses déductions fiscales, au nom d'une simplification.

Les démocrates dénoncent vigoureusement une baisse d'impôts profitant selon eux aux plus aisés, au détriment des fonds destinés à l'éducation, à la santé, aux transports et aux infrastructures.

De leur côté, des conservateurs s'inquiètent du fait que cette réduction de la fiscalité puisse faire exploser le déficit public.

Les promoteurs républicains de la réforme affirment, eux, que le regain de croissance économique compensera ces pertes de recettes fiscales.

Selon l'analyse du Tax Policy Center, les 1% de ménages les plus fortunés verraient leurs revenus nets augmenter de 8,5% en 2018, tandis que le gain serait limité à une fourchette de 0,5 à 1,2% pour les 95% de ménages en bas de l'échelle.

Au total, la réforme coûterait 2.400 milliards de dollars aux caisses fédérales sur la première décennie, selon les mêmes experts, ce qui pose la question de son financement.

Mercredi, le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin avait affirmé que le marché boursier chuterait si la réforme des impôts voulue par M. Trump n'était pas adoptée. "Il n'y a pas de doute que la hausse du marché des actions s'explique aussi par les attentes de l'adoption de réductions d'impôts et de la réforme fiscale", avait-il déclaré dans un interview au site Politico Morning.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/12/2018

COMMUNIQUE DE PRESSE                                                             Paris, le 17 Décembre…

Publié le 17/12/2018

Ingenico (-6,45% à 53,68 euros) affiche l’une des plus fortes baisses de l’indice SBF 120, le spécialiste des transactions sécurisées ayant fermé la porte à un rapprochement avec les…

Publié le 17/12/2018

Boeing a livré ce week-end à la compagnie Air China un appareil 737 MAX. L’assemblage de l’appareil a été finalisé sur le site de Zhoushan, situé dans l’est de la Chine. Une première.…

Publié le 17/12/2018

D'un point de vue graphique, le titre est sous pression après avoir stoppé son rebond technique aux environs du niveau de résistance majeur des 37.54 euros. Du côté des indicateurs techniques, le…

Publié le 17/12/2018

Compte tenu des bons résultats de 2CRSi en 2018, une prime a été décidée pour tous les salariés du groupe en France. Pour les salariés ayant un salaire annuel brut inférieur à 25 000 euros,…