5 410.21 PTS
+0.57 %
5 399.50
+0.47 %
SBF 120 PTS
4 298.72
+0.39 %
DAX PTS
13 039.44
+0.24 %
Dowjones PTS
23 526.18
-0.27 %
6 386.12
+0.00 %
Nikkei PTS
22 550.85
+0.12 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Le vice-président de la Fed dénonce la déréglementation bancaire voulue par Trump

| AFP | 869 | Aucun vote sur cette news
Le vice-président de la Réserve fédérale américaine (Fed) Stanley Fischer à Washington, le 9 octobre 2014
Le vice-président de la Réserve fédérale américaine (Fed) Stanley Fischer à Washington, le 9 octobre 2014 ( JIM WATSON / AFP/Archives )

Le vice-président de la Réserve fédérale américaine (Fed) Stanley Fischer a de nouveau dénoncé les tentatives de l'administration Trump d'assouplir la réglementation bancaire adoptée après la crise de 2008, dans un entretien publié jeudi par le Financial Times.

Dix ans après la crise financière, "tout le monde veut revenir à un statu quo d'avant la grande crise financière (...) je trouve cela extrêmement dangereux ", a jugé M. Fischer, ajoutant que cela manquait "extrêmement de clairvoyance".

Il a pointé plus particulièrement du doigt les plaidoyers pour alléger la réglementation concernant les tests de résistance sur les grandes banques, jugeant cela "très très dangereux", rapporte encore le quotidien britannique.

Imposés depuis 2010 par la réforme financière Dodd-Frank, les tests de résistance mesurent la capacité des institutions financières à faire face à une éventuelle crise.

En juin, l'administration Trump a publié une feuille de route pour simplifier la réglementation financière aux Etats-Unis, qui propose notamment un allègement de ces tests.

M. Fischer rappelle que l'économie américaine fait toujours face au "shadow banking system", les prêts accordés en dehors du système bancaire qui ont joué un rôle central dans la crise des crédits immobiliers à risque ayant éclaté en 2007.

"On ne peut pas comprendre pourquoi des gens (...) intelligents arrivent à la conclusion que vous devriez vous débarrasser de tout ce que vous avez mis en place durant les dix dernières années", a-t-il asséné.

Fin avril, M. Fischer s'était déjà montré très critique vis-à-vis des tentatives pour abandonner les réformes post-crise.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 30 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 24/11/2017

Conséquence de Thanksgiving, les investisseurs américains ne seront de retour que pour une demi-journée ce vendredi...

Publié le 24/11/2017

L’équipe de TradingSat.com, séduite par les qualités graphiques de court terme de AXA, entrevoit un potentiel intéressant sur cette action qui constituera le sous-jacent d’un turbo Call…

Publié le 24/11/2017

La Chine a réduit les droits de douane sur des biens de consommation. Les taxes sur certains produits et compléments alimentaires, produits pharmaceutiques, vêtements et articles de divertissement…

Publié le 24/11/2017

Une grosse application a été négociée sur le marché...

Publié le 24/11/2017

Peu d'évolutions sur le dossier Laurent Perrier après les chiffres du premier semestre...

CONTENUS SPONSORISÉS