En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 111.24 PTS
-
6 102.00
-
SBF 120 PTS
4 832.59
-
DAX PTS
13 789.00
-
Dow Jones PTS
29 348.03
+0.4 %
9 718.73
+0.92 %
1.080
-0.1 %

Une fédération de taxis saisit la justice en référé contre Uber

| AFP | 352 | 5 par 1 internautes
Une fédération de taxis a saisi en référé le tribunal de commerce de Paris pour faire cesser l'activité d'Uber en France si la plateforme de voitures avec chauffeurs continuait de refuser de s'inscrire au registre des exploitants de VTC
Une fédération de taxis a saisi en référé le tribunal de commerce de Paris pour faire cesser l'activité d'Uber en France si la plateforme de voitures avec chauffeurs continuait de refuser de s'inscrire au registre des exploitants de VTC ( Robyn Beck / AFP/Archives )

Une fédération de taxis a saisi en référé le tribunal de commerce de Paris pour faire cesser l'activité d'Uber en France si la plateforme de voitures avec chauffeurs continuait de refuser de s'inscrire au registre des exploitants de VTC, a-t-on appris vendredi.

"C'est le droit, il doit s'appliquer. Si jamais Uber ne s'immatricule pas en qualité d'exploitant VTC comme le prévoit la loi, ils vont devoir cesser leur activité en France", a déclaré à l'AFP Me Jonathan Bellaiche, l'avocat de la Fédération française des taxis de province, qui représente 528 adhérents en France.

Uber devra comparaître le 10 mars devant le tribunal de commerce de Paris, selon l'assignation consultée par l'AFP.

La plateforme de voitures avec chauffeurs a été condamnée le 12 décembre par la cour d'appel de Paris pour "concurrence déloyale" et "maraudage électronique" au détriment de la société de VTC Viacab, également défendue par Me Bellaiche.

Du fait de cet arrêt du 12 décembre, "Uber ne peut pas maintenir ses activités en France à défaut d'être immatriculée au registre des exploitants de VTC. A ce jour, Uber n'est toujours pas immatriculée", a affirmé Me Bellaiche.

La société Viacab est associée à la fédération française des taxis de province dans la procédure devant le tribunal de commerce.

La cour d'appel de Paris avait ordonné le 12 décembre "aux sociétés Uber France, Uber BV et Uber International BV de cesser d'inciter les chauffeurs à circuler et stationner sur la voie publique en quête de clients", invalidant ainsi un jugement du 30 janvier 2017 rendu par le tribunal de commerce de Paris.

Les trois sociétés Uber ont été condamnées à payer à Viacab 106.000 euros au titre de dommages et intérêts et 15.000 autres euros en application de l'article 700 du code de procédure civile.

L'arrêt du 12 décembre "concerne l'activité UberPop", un service de mise en relation avec des chauffeurs non professionnels utilisant leur voiture personnelle, "qui est arrêté en France depuis 2015", a affirmé à l'AFP un porte-parole d'Uber.

Me Bellaiche réfute cet argument en soulignant que la condamnation portait aussi sur la "maraude électronique qui n'a rien à voir avec UberPop".

Uber a également indiqué avoir "formé pourvoi en cassation de la décision de la cour d'appel".

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON FÊTE SA 1ÈRE ANNÉE

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 29 février 2020 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/02/2020

Après l'admission, le nombre total d'actions de la société est de 67.673.567.

Publié le 19/02/2020

Dans un contexte dégradé, Eramet pâtit d'une charge d'impôts de -227 ME, principalement liée aux impôts et taxes au Gabon (-147 ME)...

Publié le 19/02/2020

Dalet confirme un niveau record d'entrées en commandes. La société envisage un résultat opérationnel courant 2019 proche de l'équilibre sur son nouveau périmètre...

Publié le 19/02/2020

Gecina a réalisé en 2019 ou sécurisé à fin décembre, la cession d'actifs pour près de 1,2 MdE...

Publié le 19/02/2020

Au-delà des futurs espaces de "La Collective", l'opération intègre une centaine de logements, des commerces et des locaux d'activité...