En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 875.93 PTS
+1.70 %
4 872.00
+1.68 %
SBF 120 PTS
3 888.85
+1.75 %
DAX PTS
11 205.54
+2.63 %
Dowjones PTS
24 706.35
+1.38 %
6 784.61
+0.98 %
1.136
+0.00 %

Un troisième Canadien arrêté en Chine, Ottawa temporise

| AFP | 491 | Aucun vote sur cette news
Le Premier ministre canadien Justin Trudeau et le président chinois Xi Jinping au G20 le 4 septembre 2016 à Hangzhou
Le Premier ministre canadien Justin Trudeau et le président chinois Xi Jinping au G20 le 4 septembre 2016 à Hangzhou ( Greg BAKER / AFP )

Le Canada a confirmé mercredi l'arrestation d'un troisième ressortissant en Chine en quelques jours, mais assuré qu'il n'y avait "pas de raison de croire" que cette affaire soit liée à l'interpellation récente à Vancouver d'une haute responsable du géant chinois des télécoms Huawei.

Le gouvernement de Justin Trudeau "est au courant de la détention d'un citoyen canadien en Chine", a déclaré à l'AFP une porte-parole du ministère canadien des Affaires étrangères, confirmant des informations du journal National Post.

Des "indications préliminaires" laissent entendre que cette détention "n'est pas liée à une question de sécurité nationale pour les Chinois", a dit le Premier ministre Justin Trudeau, lors d'une conférence de presse de fin d'année à Ottawa. "C'est deux situations différentes", l'arrestation du troisième Canadien semblant ressembler à "un cas de routine, d'enjeu de visa ou d'autre chose", a-t-il ajouté.

Interrogée lors d'un point presse, une porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères avait en revanche dit ne pas être au courant de cette nouvelle arrestation.

Ottawa a précisé que "des responsables consulaires (assistaient) la famille" de ce troisième ressortissant canadien, mais qu'en raison des lois sur la vie privée "aucune information supplémentaire ne (pouvait) être dévoilée".

Selon le National Post, le troisième individu n'est ni un diplomate, ni un responsable d'entreprise basé en Chine.

Une source officielle canadienne a souligné à l'AFP qu'il n'y avait "pas de raison de croire que cette affaire soit liée aux autres cas récents de Canadiens arrêtés en Chine".

Le 10 décembre dernier, en pleine crise diplomatique liée à l'affaire Huawei, les autorités chinoises avaient arrêté deux Canadiens vivant en Chine: l'ex-diplomate Michael Kovrig, employé par l'organisme de réflexion International Crisis Group (ICG), et Michael Spavor, un consultant fréquemment en relation avec la Corée du Nord.

"Nous allons très clairement défendre nos citoyens qui sont détenus, nous essaierons de savoir pourquoi, nous allons travailler avec la Chine pour démontrer que ce n'est pas acceptable", avait déclaré la semaine dernière le Premier ministre canadien Justin Trudeau.

Interrogé mercredi sur sa décision de ne pas saisir immédiatement le président chinois Xi Jinping sur ces détentions, M. Trudeau a souligné que "politiser la situation ne contribue pas nécessairement à la résolution des problèmes. Parfois oui, parfois non".

"Sécurité nationale"

Le logo Huawei sur l'un des bâtiments du géant chinois des télécoms, le 18 décembre 2018 à Dongguan
Le logo Huawei sur l'un des bâtiments du géant chinois des télécoms, le 18 décembre 2018 à Dongguan ( Nicolas ASFOURI / AFP )

La Chine soupçonne officiellement ces deux hommes de menace à "la sécurité nationale", mais pour nombre d'observateurs, leur détention constitue un moyen de pression sur Ottawa dans l'affaire Huawei.

Car Pékin, qui assure que ces deux premières arrestations ne sont pas liées, ne décolère pas contre le Canada depuis l'interpellation début décembre de la directrice financière de l'équipementier en télécommunications Huawei, Meng Wanzhou, à la demande de la justice américaine.

Fille du fondateur du géant chinois, Mme Meng a été relâchée sous caution la semaine dernière dans l'attente de son audience d'extradition vers les Etats-Unis, qui la soupçonnent de complicité de fraude pour contourner les sanctions américaines contre l'Iran.

Pékin a menacé Ottawa de "conséquences graves" si elle n'était pas immédiatement libérée. La justice canadienne l'a assignée à résidence à Vancouver, où elle possède deux luxueuses maisons, le temps que soit traitée la demande américaine.

Cette crise, qui pourrait pénaliser les entreprises canadiennes installées en Chine, intervient alors que nombre de pays occidentaux refusent de permettre à Huawei de déployer chez eux son réseau téléphonique 5G, par crainte d'espionnage.

Si Ottawa assure qu'il n'y a eu aucune intervention politique derrière l'arrestation de Meng Wanzhou, le président américain Donald Trump a semé le doute en se disant prêt à intervenir dans cette affaire si elle lui permettait de négocier un bon accord commercial avec la Chine, avec qui il vient de conclure une trêve.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/01/2019

SOITECLe groupe dévoilera son chiffre d'affaires au troisième trimestre.source : AOF

Publié le 18/01/2019

A la suite du communiqué du 7 décembre 2018, MM. Philippe Houdouin, Silvère Baudouin, Christophe Sollet, Michel Picot, Éric Saiz, Dominique Roche, HIFIC ainsi que Financière Arbevel ont annoncé…

Publié le 18/01/2019

En 2018, Biosynex a réalisé un chiffre d'affaires de 31,2 millions d'euros, en hausse de 2,3%. La tendance est similaire à celle constatée au premier semestre avec notamment une forte dynamique de…

Publié le 18/01/2019

Iliad annonce la mise en oeuvre d'un partenariat stratégique avec la société Jaguar Network, fournisseur de service à destination des entreprises et des marchés publics, à travers une prise de…

Publié le 18/01/2019

                                Paris, le 18 janvier 2019    Alliance stratégique entre Iliad et Jaguar Network       Le Groupe Iliad annonce la mise en…