En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 479.10 PTS
-
5 467.50
-
SBF 120 PTS
4 386.46
-
DAX PTS
12 374.66
+0.19 %
Dowjones PTS
26 492.21
-0.26 %
7 563.19
+0.19 %
1.176
-0.02 %

Dépenses militaires: Trump affirme avoir fait plier les Alliés

| AFP | 1923 | 3 par 1 internautes
Le président américain Donald Trump au côté de son secrétaire d'Etat Mike Pompeo, lors de sa conférence de presse à l'issue du sommet de l'Otan à Bruxelles le 12 juillet 2018.
Le président américain Donald Trump au côté de son secrétaire d'Etat Mike Pompeo, lors de sa conférence de presse à l'issue du sommet de l'Otan à Bruxelles le 12 juillet 2018. ( LUDOVIC MARIN / AFP )

Donald Trump a affirmé jeudi avoir obtenu l'engagement des Alliés des Etats-Unis à accélérer la cadence pour augmenter leurs dépenses militaires, se déclarant "très content" à l'issue d'un sommet de l'Otan sous tension à Bruxelles.

"Ils ont accepté de payer et de payer plus rapidement", s'est félicité le président américain lors d'une conférence de presse non programmée avant de quitter Bruxelles pour Londres.

"Grand succès aujourd'hui à l'Otan! Des milliards de dollars supplémentaires payés par les membres depuis mon élection. Bon esprit!", a ensuite tweeté Donald Trump depuis la capitale britannique.

"Depuis l'élection de M. Trump, de l'argent frais est arrivé: 41 milliards de dollars supplémentaires pour les dépenses militaires des Alliés, ce qui est substantiel. Nous avons besoin de nouvelles augmentations substantielles", a précisé le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg lors de la conférence de presse clôturant le sommet.

L'engagement souscrit en 2014 de consacrer 2% de leur PIB aux dépenses de défense pour 2024 reste inscrit noir sur blanc dans la déclaration commune agréée mercredi par les leaders des 29 pays membres de l'Alliance.

Mais une quinzaine de pays, dont l'Allemagne, le Canada, l'Italie, l'Espagne et la Belgique sont encore très loin de l'objectif, avec moins de 1,4% de leur PIB pour la Défense en 2018, et certains se disent incapables de respecter leur parole en 2024 en invoquant leurs contraintes budgétaires. Ce qui a ulcéré le locataire de la Maison Blanche.

Les chefs d'Etat et de gouvernement des 29 pays de l'Otan lors d'un dîner de travail au parc du Cinquantenaire à Bruxelles le 11 juillet 2018
Les chefs d'Etat et de gouvernement des 29 pays de l'Otan lors d'un dîner de travail au parc du Cinquantenaire à Bruxelles le 11 juillet 2018 ( YVES HERMAN / POOL/AFP )

Donald Trump était arrivé à Bruxelles mardi soir décidé à leur forcer la main. Il n'a eu de cesse de mettre le sommet sous pression à coup de messages sur Twitter et de déclarations peu amènes à l'adresse des mauvais payeurs.

Cible privilégiée de sa vindicte: l'Allemagne, accusée de débourser des milliards pour des achats de gaz et de pétrole à la Russie au lieu de contribuer aux dépenses de défense. L'Allemagne a prévu de consacrer 1,5% de son PIB aux dépenses militaires en 2025.

- "Je crois en l'Otan" -

M. Trump a renouvelé ses exigences jeudi, lors de la seconde journée du sommet, et Jens Stoltenberg a été contraint de convoquer en urgence une réunion extraordinaire pour désamorcer un risque de crise majeure.

"Je m'attendais à une discussion franche et c'est ce qui s'est passé hier et aujourd'hui. Les Alliés ont compris que le président Trump était très sérieux sur la question des dépenses", a reconnu le chef de l'Otan.

Le président américain a revendiqué une victoire. "Les Alliés pouvaient être inquiets, car hier j'étais extrêmement insatisfait de ce qui se passait et ils ont considérablement renforcé leurs engagements. Maintenant, nous sommes très heureux d'avoir une Otan très puissante, très forte, beaucoup plus forte qu'il y a deux jours", s'est-il félicité.

"J'aurais pu utiliser la menace (de quitter l'Otan) mais cela n'a pas été nécessaire", a-t-il assuré.

"J'ai obtenu des progrès extraordinaires par rapport à mes prédécesseurs", a-t-il soutenu. "L'Allemagne a accepté d'accélérer le tempo pour augmenter ses dépenses militaires", a expliqué Donald Trump.

Mais la chancelière Angela Merkel s'est contentée de rappeler que "les Allemands savent qu'ils "doivent faire plus et que nous le faisons depuis un certain temps". Elle a simplement confirmé l'objectif d'1,5% du PIB allemand en 2025.

Les chefs des gouvernements italien et espagnol, Giuseppe Conte et Pedro Sanchez, ont promis que leurs pays respecteraient les engagements souscrits par leurs prédecesseurs, mais en excluant d'augmenter les contributions.

Dépenses militaires des Etats de l'Otan
Dépenses militaires des Etats de l'Otan ( Gillian HANDYSIDE / AFP )

Après les menaces, l'apaisement: "Je crois en l'Otan. L'Otan est plus fort qu'il y a deux ans", a lancé le président américain à l'issue du sommet.

Un sentiment partagé par son homologue français: "L'Otan sort plus fort" de son sommet, a renchéri Emmanuel Macron.

La France respectera ses engagements pour parvenir à consacrer 2% de son PIB à ses dépenses militaires. "Nous y serons en 2025", soit après le délai imparti, a réaffirmé jeudi la ministre des Armées Florence Parly.

"Nous sommes pleinement en ligne avec ce qui a été acté dans la déclaration finale qui a été adoptée mercredi de manière consensuelle", a-t-elle argué.

- Poutine à Helsinki -

Après le sommet, le président américain est arrivé jeudi après-midi au Royaume-Uni pour une visite officielle, au cours de laquelle il rencontrera la reine Elizabeth II et la Première ministre Theresa May.

Il se rendra ensuite à Helsinki pour un sommet bilatéral historique avec le président russe Vladimir Poutine lundi.

La déclaration finale du sommet de l'Otan est un véritable réquisitoire contre la politique étrangère de Vladimir Poutine.

Jens Stoltenberg a averti que "toute interférence" dans le processus d'adhésion engagé avec l'ancienne République Yougoslave de Macédoine serait "inacceptable" pour l'Otan.

Vladimir Poutine "n'est pas mon ennemi (...) En fin de compte, c'est un concurrent, il représente la Russie, je représente les États-Unis", a déclaré Donald Trump.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 3
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

NOUVEAUTÉ - Bourse Direct lance ses Webinaires

Trader sur Indices, Matières Premières, Devises...
Lundi 2 octobre de 12h00 à 13h00

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Jeudi 11 octobre de 12h30 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 25/09/2018

Le résultat net, qui intègre désormais un IS à taux plein en raison de la fin en 2017 des déficits reportables, atteint 0,94 ME en croissance de +310,3%...

Publié le 25/09/2018

Pour l'exercice 2018, le Groupe DOM Security maintient sa prévision de chiffre d'affaires de 180 ME hors croissance externe...

Publié le 25/09/2018

Le groupe reste optimiste pour la poursuite de son exercice...

Publié le 25/09/2018

Au 30 juin 2018, les capitaux propres s'élèvent à 11,71 ME...

Publié le 25/09/2018

Le résultat net des entreprises consolidées s'élève à 10,9 ME sur le 1er semestre...