5 453.58 PTS
+0.74 %
5 425.50
+1.14 %
SBF 120 PTS
4 351.13
+0.79 %
DAX PTS
12 500.47
+0.63 %
Dowjones PTS
24 391.82
+1.28 %
6 671.19
+2.41 %
Nikkei PTS
22 319.61
-
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Un sommet à Paris pour créer un "choc" en faveur du climat

| AFP | 630 | Aucun vote sur cette news
Le président français Emmanuel Macron accueille le 12 décembre 2017 à Paris la Première ministre du Bangladesh Sheikh Hasina pour un sommet sur le climat
Le président français Emmanuel Macron accueille le 12 décembre 2017 à Paris la Première ministre du Bangladesh Sheikh Hasina pour un sommet sur le climat ( CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP )

Le président français Emmanuel Macron a réclamé mardi une "mobilisation beaucoup plus forte" pour le climat, juste avant d'accueillir des dizaines de dirigeants pour un sommet qui veut relever le défi du financement insuffisant de la lutte contre le réchauffement.

"Sans une mobilisation beaucoup plus forte, un choc dans nos propres modes de production et de développement, nous (ne) parviendrons pas" à contenir la hausse des températures sous les 2°C, a-t-il déclaré dans une interview au journal Le Monde, deux ans jour pour jour après la signature de l'Accord de Paris a entériné cet objectif de 2°C.

Des hommes d'affaires, dont Bill Gates, Michael Bloomberg et Richard Branson, à l'Elysée pour une rencontre avec le président Emmanuel Macron le 12 décembre 2017
Des hommes d'affaires, dont Bill Gates, Michael Bloomberg et Richard Branson, à l'Elysée pour une rencontre avec le président Emmanuel Macron le 12 décembre 2017 ( CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP )

Sur la base des engagements pris par les Etats, la planète se dirige toujours vers +3°C par rapport à l'ère pré-industrielle, un seuil synonyme de dérèglements qui rendraient de nombreuses régions du monde inhabitables.

Le chef de l'Etat français avait lancé l'idée de ce "One Planet Summit" après l'annonce par Donald Trump du retrait américain du pacte historique de 2015 contre le réchauffement terrestre.

Juste avant la réunion, il a de nouveau interpellé, dans une interview à la chaîne américaine CBS, son homologue américain sur sa "responsabilité face à l'Histoire", tout en se disant "assez certain" qu'il allait "changer d'avis dans les mois ou les années à venir".

Frank Bainirama, le Premier ministre des Fidji, au
Frank Bainirama, le Premier ministre des Fidji, au "One planet summit" sur le climat le 12 décembre 2017 près de Paris ( Philippe LOPEZ / AFP )

"Le défi est immense, nous devons tout faire pour le relever", a insisté de son côté le Premier ministre fidjien Frank Bainimarama, président de la 23e Conférence de l'ONU sur le climat (COP23) à l'ouverture de la réunion que les autres chefs d'Etat et de gouvernement rejoindront dans l'après-midi.

"Nous savons que c'est la différence entre la vie ou la mort de millions de personnes vulnérables à travers le monde", a-t-il ajouté, soulignant la nécessité d'accélérer "le profond basculement en train de se produire dans les investissements mondiaux".

-3.500 milliards par an -

Pour atteindre les objectifs de Paris, il faudra des investissements massifs.

100 milliards par an pour le climat, promesse en suspens
100 milliards par an pour le climat, promesse en suspens ( Iris ROYER DE VERICOURT / AFP )

"L'Agence internationale de l'Energie estime qu'il faudra en moyenne 3.500 milliards de dollars (d'investissements dans le secteur énergétique) chaque année pendant 30 ans pour contenir l'augmentation des températures à un minimum de 2°C", a souligné le président de la Banque mondiale Jim Yong Kim il y a quelques jours.

Une soixantaine de chefs d'Etat et de gouvernement sont annoncés sur l'île Seguin, à l'ouest de Paris, dont le Mexicain Enrique Pena Nieto, des présidents africains et de petites îles, ainsi que le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres. Mais la Chine, l'Inde ou le Canada, grands émetteurs de gaz à effet de serre, ne doivent être représentés qu'au niveau ministériel.

Et les Etats-Unis, dont le président n'était pas invité, par un chargé d'ambassade. Mais d'autres Américains ont fait le déplacement, comme l'ancien maire de New York Michael Bloomberg, le gouverneur de Californie Jerry Brown, son prédécesseur Arnold Schwarzenegger, le milliardaire Bill Gates.

L'accord de Paris pour le climat
L'accord de Paris pour le climat ( Simon MALFATTO / AFP )

Le négociateur chinois pour le climat Xie Zhenhua a, lui, souligné l'engagement de son pays contre le réchauffement. "La Chine a accompli un grand nombre de choses, des choses nécessaires pour le développement durable de la Chine", a-t-il déclaré, évoquant les investissements dans les énergies renouvelables et la volonté de "basculer" vers une économie bas-carbone.

- Pas une conférence des donateurs -

Les pays du Nord ont promis de porter à 100 milliards de dollars par an d'ici 2020 leurs financements climat aux pays du Sud, qui réclament des assurances sur cette promesse, en particulier pour pouvoir s'adapter aux impacts des dérèglements (digues, surélévation des habitats, systèmes d'alerte météo etc).

Manifestation d'ONG contre le réchauffement climatique au Panthéon à Paris le 12 décembre 2017
Manifestation d'ONG contre le réchauffement climatique au Panthéon à Paris le 12 décembre 2017 ( GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP )

"La pièce manquante du puzzle est le financement pour aider les pays les plus pauvres à avoir accès à une énergie propre", a commenté Mohamed Adow, de l'ONG Christian Aid.

Mais le sommet de mardi n'est pas une conférence des donateurs, et doit se concentrer sur des "solutions concrètes". Parmi les annonces attendues: des dons de fondations, des coalitions pour la "neutralité carbone" ou contre le charbon et des engagements d'entreprises privées.

Manifestation d'ONG pour le climat devant le Panthéon le 12 décembre 2017
Manifestation d'ONG pour le climat devant le Panthéon le 12 décembre 2017 ( GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP/Archives )

L'assureur Axa a par exemple annoncé un désengagement accéléré de l'industrie du charbon, une "importante étape" applaudie par les Amis de la Terre et l'ONG allemande Urgewald qui juge que le Français va "beaucoup plus loin que les autres investisseurs internationaux".

Un groupement de plus de 200 grands investisseurs a de son côté décidé de mettre la pression sur 100 entreprises parmi les plus émettrices de gaz à effet de serre, pour qu'elles adaptent leur modèle à la lutte contre le réchauffement.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 26/04/2018

Cependant, et les ventes de Boiront reculent en France et en Europe...

Publié le 26/04/2018

Avec cet investissement, Arkema consolide sa position de leader mondial sur cette activité...

Publié le 26/04/2018

      Issy-les-Moulineaux, le 26 avril 2018         Communiqué Information Réglementée   SUSPENSION DU CONTRAT DE LIQUIDITE DE LA SOCIETE…

Publié le 26/04/2018

Un centralien à la tête d'Affine...

Publié le 26/04/2018

Sword Group Résultat du 1er trimestre 2018   Sword Group Q1 2018 (1) (2) Croissance Organique à taux de change et périmètre constants : + 12,1 % Marge d'EBITDA consolidée :…