En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 422.54 PTS
+0.24 %
5 427.50
+0.34 %
SBF 120 PTS
4 340.58
+0.16 %
DAX PTS
12 661.54
+0.80 %
Dowjones PTS
25 089.24
+0.10 %
7 370.88
+0.18 %
Nikkei PTS
22 697.36
+0.44 %

Un quart des personnes se sentent déclassées par rapport à leur père

| AFP | 203 | Aucun vote sur cette news
Les femmes se sentent souvent plus déclassées que les hommes, relève l'étude de l'Insee
Les femmes se sentent souvent plus déclassées que les hommes, relève l'étude de l'Insee ( THOMAS SAMSON / AFP/Archives )

Un quart des 30-59 ans estiment que le niveau ou le statut de leur profession est "plus bas" ou "bien plus bas" que celui de leur père, malgré une progression globale de l'emploi vers des métiers plus qualifiés, selon une étude de l'Insee publiée mercredi.

Près de 36% des personnes interrogées en 2014-2015 expriment à l'inverse un sentiment d'ascension sociale. Environ 22% des personnes jugent que leur profession est équivalente à celle de leur père au moment où elles terminaient leurs études, et 9% qu'elle n'est pas comparable.

"Le sentiment de déclassement est donc minoritaire au sein de la population", note l'institut.

Les employés et les ouvriers représentent près de 60% des personnes qui se sentent déclassées.

Ce sentiment varie toutefois fortement : il est élevé chez les employés et ouvriers non qualifiés - comme les ouvriers agricoles (45% d'entre eux se sentent déclassés), les caissiers (43%) ou les serveurs (40%) - moins élevé chez les employés et ouvriers qualifiés, comme ceux de l'industrie (21%), ou encore les militaires, les policiers et les pompiers (17%).

Minoritaire chez les cadres et assimilés, le sentiment de déclassement en concerne tout de même environ un sur cinq (18%). Il est particulièrement marqué chez les professionnels de l'information, des arts et des spectacles.

Les femmes se sentent plus souvent déclassées que les hommes : 27% d'entre elles estiment occuper une position sociale plus basse que leur père, contre 23% des hommes. "Cet écart s'explique en grande partie par les inégalités de genre sur le marché du travail", où les femmes sont encore surreprésentées dans les emplois non qualifiés, explique l'Insee.

Le sentiment de déclassement n'atteint que 10% lorsque les personnes interrogées se comparent à leur mère (contre 25% comparativement au père), illustrant le fait que ces inégalités étaient plus prononcées encore pour la génération des parents.

Afin de confronter le ressenti des personnes interrogées à leur mobilité sociale effective, l'Insee a comparé ces résultats avec une typologie de trajectoires sociales, établie en fonction de la catégorie socioprofessionnelle occupée par les 27.000 personnes interrogées et de celle de leurs parents.

Selon cette typologie, seule environ une personne sur cinq (21,7%) connaît effectivement une "mobilité sociale descendante", selon l'institut.

Toutefois, le lien reste fort entre la mobilité sociale établie et la mobilité ressentie. Environ 53% des personnes qui connaissent une mobilité sociale descendante se sentent effectivement déclassés par rapport à leur père. Ce sentiment augmente d'autant plus que la catégorie d'origine du père et celle de la personne interrogée sont éloignées.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/07/2018

L'indice parisien reste (pour le moment) au-dessus des 5.400 points...

Publié le 17/07/2018

Eurazeo Croissance, pôle d'Eurazeo spécialisé dans l'accompagnement des entreprises en forte croissance, annonce aujourd'hui l'entrée en négociation...

Publié le 17/07/2018

GTT a reçu une nouvelle commande du chantier coréen Hyundai Samho Heavy Industries (HSHI), portant sur la conception des cuves de deux méthaniers de...

Publié le 17/07/2018

  Lille, le 17 juillet 2018   Avis de mise à disposition du bilan semestriel 2018 du contrat de liquidité du Crédit Agricole Nord de France     La Caisse régionale du Crédit…