En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 799.87 PTS
-1.11 %
4 762.5
-1.72 %
SBF 120 PTS
3 812.18
-1.18 %
DAX PTS
10 772.20
-0.86 %
Dowjones PTS
23 711.42
-1.61 %
6 476.92
-1.79 %
1.135
+0.40 %

Marche arrière à Cuba, qui renonce à brider l'activité privée

| AFP | 490 | Aucun vote sur cette news
Un taxi se gare devant un restaurant à La Havane, à Cuba, le 3 décembre 2018
Un taxi se gare devant un restaurant à La Havane, à Cuba, le 3 décembre 2018 ( Yamil LAGE / AFP/Archives )

Le revirement est inattendu, et totalement inhabituel: le gouvernement cubain a annoncé mercredi qu'il revenait sur une partie des lois plus restrictives pour les entrepreneurs privés, prévues pour entrer en vigueur vendredi.

Reconnaissant que ces 20 lois, publiées au Journal officiel le 10 juillet, avaient généré un certain malaise et de l'incompréhension dans le secteur privé, la ministre du Travail Margarita Gonzalez a annoncé à la télévision qu'une partie d'entre elles seraient modifiées.

Ainsi, la norme la plus polémique, qui limitait à une licence d'activité par personne et par local, empêchait, en théorie, un restaurant d'avoir une partie bar ou une maison d'hôtes à servir à manger à ses clients. Elle est supprimée dans la nouvelle mouture.

De même, la limitation à 50 chaises (donc 50 couverts) par restaurant est elle aussi levée.

Le nombre de convives autorisés "sera en adéquation avec la capacité du local", a expliqué la ministre, qui a précisé que les salariés du privé sont passés de 157.000 en 2010 à 588.000 fin octobre 2018, soit 13% de la population occupée.

Les nouvelles lois incluaient l'obligation pour chaque entrepreneur d'avoir un compte bancaire, ce qui ne sera finalement plus le cas, sauf pour certaines activités spécifiques.

Expansion menacée

L'ensemble de ces normes étaient vues par les entrepreneurs comme par de nombreux économistes comme risquant de freiner l'expansion du secteur privé, dix ans après son autorisation sur l'île socialiste.

L'avocat Julio Antonio Fernandez les avait ainsi qualifiées, dans un entretien à l'AFP, de "coup dévastateur pour énormément de gens", car elles "limit(ai)ent fortement l'activité privée individuelle".

L'emploi à Cuba
L'emploi à Cuba ( Nicolas RAMALLO / AFP )

Apparus en 2008, les "cuentapropistas" (travailleurs à leur compte) tiennent des restaurants, réparent des vélos, confectionnent des habits, conduisent un taxi, coupent les cheveux... et on estime qu'au moins 1,5 million de personnes dépendent de leurs revenus, dans une île de 11,2 million d'habitants.

La nouvelle Constitution, soumise à référendum le 24 février prochain, semblait pourtant leur faire les yeux doux, en reconnaissant pour la première fois le marché et la propriété privée.

Le restaurant
Le restaurant "Franco" à La Havane, le 3 décembre 2018 ( Yamil LAGE / AFP/Archives )

Une manière d'apporter une base légale à l'actualisation du modèle économique cubain initiée par l'ex-président Raul Castro, qui a permis à des particuliers de lancer leur activité privée.

"On voit que le président (Miguel) Diaz-Canel (son successeur depuis avril, ndlr) va poursuivre sur la voie de transformations progressives mais sans toucher la colonne vertébrale du système centralisé, ni le monopole de l'entreprise d'Etat", explique à l'AFP l'économiste cubain Pavel Vidal de l'université Javeriana, en Colombie.

Ne pas s'enrichir

Au moment où la croissance est à la peine (1,1% au premier semestre), le gouvernement cubain semble surtout intéressé par les investissements étrangers, plus que par un fourmillement en interne de son économie, que les nouvelles lois visaient à remettre en ordre.

Les catégories de métiers autorisés, redessinées, passent de 201 à 123.

La législation interdit tout négoce avec des entreprises étrangères, pourtant chaque jour plus présentes à Cuba, et introduit de nouveaux types d'infractions, avec des amendes plus élevées.

L'objectif officiel est de lutter contre la fraude fiscale et le travail au noir... avec en toile de fond, ce mot d'ordre: ne pas s'enrichir, dans une société qui se veut égalitaire et où le salaire moyen, dans le public, est de 30 dollars par mois.

Un vendeur de fruits et légumes dans les rues de La Havane, le 3 décembre 2018
Un vendeur de fruits et légumes dans les rues de La Havane, le 3 décembre 2018 ( Yamil LAGE / AFP/Archives )

La nouvelle Constitution, qui réaffirme le caractère socialiste du pays, précise justement que la propriété privée ne doit pas être "concentrée", ce que beaucoup de Cubains ont lu comme l'interdiction de trop réussir dans son activité privée.

Ce passage doit être plus explicite, estime Julio Antonio Fernandez, "sinon on empêche l'entrepreneur qui veut aller de l'avant, qui veut progresser".

Si l'on exige aux entrepreneurs "autant de restrictions, de régulations et de démarches bureaucratiques pour pouvoir travailler", alors "on se demande vraiment s'ils sont les bienvenus ou non dans notre économie", observe le politologue et économiste Esteban Morales.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 17/12/2018

Le président exécutif de Nissan Hiroto Saikawa répond aux journalistes le 17 décembre 2018 à Yokohama ( Behrouz MEHRI / AFP )Le groupe automobile japonais Nissan, dans la tourmente depuis…

Publié le 17/12/2018

Une photo de Chérif Chekatt, l'auteur présumé de l'attentat du marché de Noël de Strasbourg, obtenue par l'AFP le 12 décembre 2018 ( Handout / AFP )L'enquête sur l'attentat de Strasbourg…

Publié le 17/12/2018

Photo d'un combattant yéménite des forces progouvernementales sur une route de Hodeida, dans l'ouest du Yémen, aux mains des rebelles Houthis, le 15 décembre 2018 ( - / AFP )Un cessez-le-feu…

Publié le 17/12/2018

Des gendarmes fouillent un terrain ayant appartenu au tueur en série Michel Fourniret, le 17 décembre à Floing, près de Sedan ( FRANCOIS NASCIMBENI / AFP )Une première phase de fouilles a…

Publié le 17/12/2018

Le président américain Donald Trump et le président de la Banque centrale américaine Jerome Powell, le 2 novembre 2017 à la Maison Blanche ( SAUL LOEB / AFP/Archives )Le président…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/12/2018

  ADLPartner Société anonyme à directoire et conseil de surveillance au capital de 6 478 836 euros 3, avenue de Chartres 60500 - CHANTILLY 393 376 801 R.C.S.…

Publié le 17/12/2018

Saint-Gobain a finalisé l’acquisition de SIG RoofSpace Solutions (« RoofSpace ») au Royaume- Uni. Cette acquisition complète le portefeuille de produits du groupe dans ce pays et y accélère…

Publié le 17/12/2018

  CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL ALPES…

Publié le 17/12/2018

Carmat et la Banque Européenne d’Investissement (BEI) ont signé un accord de prêt d’un montant de 30 millions d'euros, soutenu par le Fonds européen pour les investissements stratégiques…

Publié le 17/12/2018

Les actionnaires d’Itesoft ont adopté à la majorité le versement d’un dividende de 0,163 euro par action. Sa mise en paiement interviendra le 21 décembre et la date de détachement de ce…