En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 840.38 PTS
-0.15 %
4 836.00
-0.19 %
SBF 120 PTS
3 859.34
-0.23 %
DAX PTS
11 071.54
-0.17 %
Dowjones PTS
24 569.29
+0.68 %
6 652.99
+0.09 %
1.138
+0.17 %

Un ministre rompt les rangs sur le Brexit et met Theresa May dans l'embarras

| AFP | 539 | Aucun vote sur cette news
Le ministre britannique des Entreprises Greg Clark, ici le 26 novembre 2018 quittant le 10, Downing Street, a mis en garde le 10 janvier 2019 contre la une situation désastreuse
Le ministre britannique des Entreprises Greg Clark, ici le 26 novembre 2018 quittant le 10, Downing Street, a mis en garde le 10 janvier 2019 contre la une situation désastreuse" que serait un Brexit sans accord ( Ben STANSALL / AFP/Archives )

Le refus d'un ministre britannique d'endosser la possibilité d'un Brexit sans accord a mis un peu plus en lumière jeudi la faiblesse de Theresa May qui semble avoir complètement perdu la main sur ce dossier, à quelques jours d'un vote crucial au Parlement.

Une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne sans filet de sécurité, le 29 mars, serait "une situation désastreuse", avec des échanges commerciaux régis par les règles de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) et ainsi réduits à leurs "termes les plus basiques avec nos partenaires les plus proches", a déclaré le ministre des Entreprises, Greg Clark, sur la BBC.

Ces propos contredisent la position officielle du gouvernement conservateur de Theresa May, qui n'exclut pas un Brexit brutal en cas de rejet, très probable, de l'accord de divorce négocié pendant de longs mois avec Bruxelles.

Ils sont également un signe supplémentaire des divisions sur le Brexit, qui ont conduit l'exécutif à essuyer deux défaites cuisantes à la chambre des Communes cette semaine, mauvais présage pour le vote sur l'accord de divorce prévu mardi, qui mécontente tant les Brexiters que les europhiles.

Theresa May, ici le 9 janvier 2019 devant la chambre des Communes, Theresa May, n'exclut officiellement pas un Brexit brutal en cas de rejet, très probable, de l'accord de divorce négocié pendant de longs mois avec Bruxelles.  AFP PHOTO /JESSICA TAYLOR / UK Parliament 
Theresa May, ici le 9 janvier 2019 devant la chambre des Communes, Theresa May, n'exclut officiellement pas un Brexit brutal en cas de rejet, très probable, de l'accord de divorce négocié pendant de longs mois avec Bruxelles. AFP PHOTO /JESSICA TAYLOR / UK Parliament  ( Jessica TAYLOR / UK PARLIAMENT/AFP )

Les règles de l'OMC fixent notamment des droits de douane pour la circulation des marchandises. Une rupture brutale des liens avec le bloc européen est particulièrement redoutée par les milieux économiques et plongerait le Royaume-Uni dans la crise, selon la Banque d'Angleterre, avec un effondrement de la livre et une montée en flèche du chômage.

En difficulté sur le plan intérieur, Theresa May a trouvé jeudi un allié en la personne de Shinzo Abe, son homologue japonais, en visite au Royaume-Uni, qui a offert son "soutien total" à l'accord de Brexit.

"Nous espérons sincèrement qu'un Brexit sans accord sera évité, et c'est d'ailleurs le souhait du monde entier", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse conjointe avec la dirigeante.

Cette dernière a de nouveau appelé les députés britanniques à adopter l'accord: "Il y a un bon accord, et pour ceux qui veulent éviter un +no deal+, la chose à faire, c'est de soutenir cet accord".

Appel à des élections

Face aux divisions, Greg Clark a appelé à l'unité. "Je suis persuadé que nous devons nous rassembler. Nous devons agir pour éviter un +no deal+ parce que, selon moi, on est très loin d'une majorité au Parlement qui tolérera cela".

La route vers le Brexit
La route vers le Brexit ( Gillian HANDYSIDE / AFP )

"Nous devrions nous comporter en vertu de ce que notre réputation internationale a toujours été: nous montrer pragmatiques et fiables", a-t-il ajouté.

La marge de manoeuvre de Theresa May s'est nettement réduite avec la révolte des députés, qui tentent de mettre en échec sa menace d'un +no deal+, avec la complicité de conservateurs europhiles de la majorité.

Mercredi, ils ont adopté un amendement obligeant l'exécutif à présenter sous trois jours, en cas de rejet de l'accord, un "plan B" qu'ils pourront amender.

La veille, ils avaient adopté un autre amendement à une loi budgétaire, visant à limiter le pouvoir du gouvernement pour modifier la politique fiscale en cas de Brexit sans accord.

Voulant capitaliser sur le chaos ambiant, le leader de l'opposition travailliste, Jeremy Corbyn, a appelé jeudi à des élections générales anticipées pour résoudre "l'impasse", qu'il privilégie à la tenue d'un second référendum sur le Brexit.

"Si le gouvernement ne peut faire passer ce texte extrêmement important, alors il doit y avoir une élection le plus tôt possible", a-t-il réclamé, répétant que le Labour voterait contre le "mauvais accord" de Mme May et réclamerait le vote d'une motion de censure si l'échec se concrétisait.

Le chef du Labour Jeremy Corbyn a appelé le 10 janvier 2019 à de nouvelles législatives pour sortir de l'impasse
Le chef du Labour Jeremy Corbyn a appelé le 10 janvier 2019 à de nouvelles législatives pour sortir de l'impasse ( Oli SCARFF / AFP )

Pour tenter de rallier le vote des députés travaillistes, Theresa May réfléchit à accepter leur amendement garantissant les droits des travailleurs après le Brexit, a confirmé son porte-parole jeudi.

La dirigeante espère toujours aussi pouvoir retourner la situation à son avantage en tentant d'obtenir de l'UE des "assurances" supplémentaires, susceptibles de rassurer les députés.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/01/2019

SNCF Transilien et MND Group, spécialiste du transport par câble à travers sa filiale LST, s’associent pour concevoir et promouvoir des solutions de transport par câble sur certains pôles…

Publié le 23/01/2019

Voltalia a réalisé au quatrième trimestre 2018 un chiffre d'affaires de 51,4 millions d'euros, en baisse de 4 %. A taux constant, les ventes ont ont grimpé de 7 %. Sur l'année, le chiffre…

Publié le 23/01/2019

FONCIÈRE EURIS Société Anonyme au capital de 149 158 950 euros 83, rue du Faubourg Saint-Honoré - 75008 Paris 702 023 508 RCS PARIS     Paris, le 23 janvier…

Publié le 23/01/2019

Pour l'année 2018, le chiffre d'affaires de Seb s'établit à 6...

Publié le 23/01/2019

JCDecaux annonce qu’Hannelore Majoor a été nommée directrice générale de sa filiale néerlandaise, JCDecaux Pays-Bas. Hannelore Majoor a débuté sa carrière chez JCDecaux en octobre 2016 en…