En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 835.05 PTS
-0.38 %
4 831.0
-0.31 %
SBF 120 PTS
3 843.16
-0.38 %
DAX PTS
10 858.83
-0.06 %
Dowjones PTS
24 100.51
-2.02 %
6 594.96
+0.00 %
1.133
+0.21 %

Un Brexit sans accord causerait un effondrement de 25% de la livre selon la Banque d'Angleterre

| AFP | 229 | Aucun vote sur cette news
Le gouverneur de la Banque d'Angleterre Mark Carney à Londres le 28 novembre 2018
Le gouverneur de la Banque d'Angleterre Mark Carney à Londres le 28 novembre 2018 ( Daniel LEAL-OLIVAS / POOL/AFP )

Un Brexit sans accord causerait un choc énorme pour l'économie britannique avec un effondrement de 25% de la livre, a prévenu mercredi la Banque d'Angleterre (BoE) dans son évaluation des différents scénarios de sortie de l'UE.

La BoE ajoute que dans le cas de ce scénario le plus noir, le produit intérieur brut (PIB) britannique serait amputé de 7,8% à 10,5% d'ici à 2024, par rapport à ce qu'il aurait été sans Brexit. Plus tôt dans la journée, un rapport du gouvernement avait évalué la perte de PIB à 9,3% en 15 ans.

La banque centrale dresse un tableau particulièrement inquiétant en cas de sortie de l'Union européenne sans accord, qui verrait le taux de chômage monter en flèche à 7,5%, tout comme l'inflation à 6,5%, tandis que les prix de l'immobilier plongeraient de 30%.

Même dans le cas du maintien d'une relation étroite avec l'UE, le PIB serait amoindri entre 1,2% et 3,8% d'ici 2024, précise la BoE, qui avait accueilli plutôt favorablement l'accord de Brexit négocié par la Première ministre, Theresa May.

L'institution, qui a par ailleurs publié les résultats des tests de résistance sur le secteur financier, a assuré que les grandes banques britanniques avaient les niveaux de capitaux nécessaires pour faire face à "un choc économique sévère qui serait associé à un Brexit désordonné", c'est-à-dire sans accord.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/12/2018

Désormais plus forte baisse de l’indice SBF 120, Ingenico Group chute de 6,24% à 53,80 euros après avoir décidé de ne pas donner suite aux approches préliminaires dont il a fait l'objet en vue…

Publié le 17/12/2018

Le groupe va rester indépendant...

Publié le 17/12/2018

H&M recule de 4,86% à 149,88 couronnes suédoises après avoir vu ses ventes augmenter au quatrième trimestre de son exercice 2017-2018, mais moins que prévu. Celles-ci progressent de 6%, contre un…

Publié le 17/12/2018

Île-de-France Mobilités a sélectionné le groupement Worldline / Conduent pour construire le système central du Smart Navigo...

Publié le 17/12/2018

Par courrier reçu le 14 décembre 2018 par l'AMF, la société new-yorkaise BlackRock Inc...