En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 771.03 PTS
+1.76 %
4 749.0
+1.52 %
SBF 120 PTS
3 758.82
+1.34 %
DAX PTS
11 761.53
+0.89 %
Dow Jones PTS
25 594.85
+0.18 %
9 468.17
+0.28 %
1.105
+0.41 %

UE: l'inflexibilité de La Haye dénoncée par Paris après l'échec d'une réunion

| AFP | 2369 | 4.90 par 10 internautes
Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire (g) s'adresse par visioconférence avec son homologue allemand depuis Bercy le 7 avril 2020 pour le sommet de l'Eurogroupe
Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire (g) s'adresse par visioconférence avec son homologue allemand depuis Bercy le 7 avril 2020 pour le sommet de l'Eurogroupe ( Thomas SAMSON / AFP )

Une réunion marathon des Etats membres de l'UE pour trouver une réponse économique commune face au coronavirus s'est achevée mercredi sur un échec, La Haye notamment refusant de céder aux demandes des pays du sud, une attitude dénoncée par Paris.

"Après 16 heures de discussion, nous nous sommes rapprochés d'un accord, mais nous n'y sommes pas encore", n'a pu que constater mercredi matin Mario Centeno, président de l'Eurogroupe, l'instance qui réunit les ministres des Finances de la zone euro.

Il a convoqué une nouvelle réunion par visioconférence jeudi à partir de 17H00 (15H00 GMT), qui risque elle aussi de s'éterniser face à l'inflexibilité des Pays-Bas.

La présidente de la Banque centrale européenne (BCE), Christine Lagarde, a mis la pression mercredi soir sur les membres de la zone euro pour qu'ils s'entendent. "Il est vital que le volet budgétaire en réaction à cette crise soit suffisamment puissant dans l'ensemble de la zone euro. Les gouvernements doivent être côte à côte pour déployer ensemble des politiques optimales face à un choc commun dont nul n'est responsable", a-t-elle écrit dans une tribune mise en ligne par quotidien français Le Monde.

L'échec des ministres mercredi suit celui d'un Conseil européen des chefs d'Etat et de gouvernement le 26 mars, qui avait vu s'affronter pays du nord et du sud sur la réponse économique à apporter face à la récession annoncée.

Un nouvel échec pèserait lourdement sur l'unité de la zone euro et renverrait la balle aux chefs d'Etat et de gouvernement.

Le blocage des Pays-Bas a été dénoncé par la présidence française. D'autres sources européennes leur avaient auparavant attribué l'échec de la réunion par leur refus de céder aux demandes italiennes sur les prêts susceptibles d'être octroyés aux Etats en difficulté par le fonds de secours de la zone euro.

Un blocage "incompréhensible"

Le blocage des Pays-Bas sur le Mécanisme européen de stabilité (MES) est "contreproductif, incompréhensible et ne peut pas durer", a accusé la présidence française.

Ce blocage "ne peut être accepté", a-t-on ajouté, exprimant l'espoir d'une plus grande flexibilité de ce pays d'ici jeudi.

Les ministres proposent que le Mécanisme européen de stabilité (MES), créé en 2012 lors de la crise de la dette de la zone euro et financé par les Etats membres, puisse prêter de l'argent à un Etat en difficulté jusqu'à concurrence de 2% de son PIB, soit jusqu'à 240 milliards d'euros pour l'ensemble de la zone euro.

L'option est rejetée par l'Italie, pays européen le plus touché par l'épidémie (plus de 17.127 morts), tant que ces prêts s'accompagnent de conditions comme des demandes de réformes, ce qu'exige La Haye.

"L'utilisation de ce budget doit être assortie de certaines conditions", surtout "à long terme", avait insisté le ministre néerlandais des Finances, Wopke Hoekstra, même si "une exception" peut être envisagée s'il s'agit par exemple de "couvrir les frais de santé".

Le président de l'Eurogroupe le Portugais Mario Centeno s'adresse à la presse à Lisbonne après une téléconférence avec les ministres des Finances européens, le 4 mars 2020
Le président de l'Eurogroupe le Portugais Mario Centeno s'adresse à la presse à Lisbonne après une téléconférence avec les ministres des Finances européens, le 4 mars 2020 ( CARLOS COSTA / AFP/Archives )

Selon une source européenne, La Haye est soutenue par l'Autriche, la Suède, le Danemark et, dans une moindre mesure, la Finlande.

Laxisme

Face à l'impasse, le ministre italien de l'Economie, Roberto Gualtieri, a appelé à la solidarité. "C'est le moment de la responsabilité commune, de la solidarité et des choix courageux et partagés", a-t-il plaidé dans un tweet mercredi.

Outre l'utilisation du MES, les discussions sont restées difficiles sur la création d'un instrument pour relancer l'économie après l'épidémie.

Les pays les plus affectés par le virus, en particulier l'Italie, réclament qu'il puisse être financé par de la dette commune, sous la forme d'euro-obligations parfois appelées "coronabonds" ou "eurobonds".

Parmi ces pays figurent aussi l'Espagne et la France, ainsi que la Grèce, Malte, le Luxembourg ou l'Irlande, selon des sources concordantes.

Or la mutualisation des dettes constitue une ligne rouge pour Berlin et La Haye, qui refusent de s'engager avec des Etats très endettés du sud, jugés laxistes dans leur gestion.

Les ministres allemand et néerlandais ont campé sur cette position après la réunion, Wopke Hoekstra estimant notamment que des "eurobonds" créeraient "plus de problèmes que de solutions".

Une relance est possible "avec des instruments très classiques" et déjà existants "comme par exemple le budget de l'Union européenne", a déclaré le ministre allemand, Olaf Scholz.

Une source européenne souligne cependant que "les +coronabonds+ n'étaient pas le problème" lors de cette réunion.

Les deux autres axes de réponse des Européens face au virus ont été plus consensuels.

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire dans son bureau à Bercy le 7 avril 2020 avec Odile Renaud-Basso (g) directrice du Trésor, lors de la visioconférence avec les ministres de l'Eurogroupe
Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire dans son bureau à Bercy le 7 avril 2020 avec Odile Renaud-Basso (g) directrice du Trésor, lors de la visioconférence avec les ministres de l'Eurogroupe ( Thomas SAMSON / AFP )

Le premier vise à créer, via la Banque européenne d'investissement (BEI), un fonds de garantie qui permettrait de mobiliser jusqu'à 200 milliards d'euros pour les entreprises.

Le second consiste à valider le projet de la Commission européenne de créer un instrument pour garantir à hauteur de 100 milliards d'euros maximum les plans nationaux de chômage partiel, renforcés ou créés en raison de l'épidémie.

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
10 avis
Note moyenne : 4.90
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON FÊTE SA 1ÈRE ANNÉE

Découvrez le contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mai 2020 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 28/05/2020

(Zonebourse.com) Nous soldons le turbo call infini Vontobel OD45V portant sur la parité EUR/USD à 9.1 EUR. Ce produit dérivé a été conseillé…

Publié le 28/05/2020

Avec la transformation inéluctable du commerce physique

Publié le 28/05/2020

Moody’s a dégradé jeudi la note de crédit de long terme de Renault de « Ba1 » à « Ba2 ». Le groupe au losange s’enfonce donc encore un peu plus dans la catégorie spéculative. La…

Publié le 28/05/2020

Amundi a obtenu le flatteur statut de 'Super Management Company' en Irlande...

Publié le 28/05/2020

Casino gagne 3,2% à 34,2 euros sur la place parisienne...