5 357.14 PTS
-0.78 %
5 361.0
-0.71 %
SBF 120 PTS
4 274.04
-0.71 %
DAX PTS
13 068.08
-0.44 %
Dowjones PTS
24 623.81
+0.16 %
6 415.39
+0.32 %
Nikkei PTS
22 694.45
-0.28 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

UE: Schäuble plaide pour améliorer les règles de sauvetage bancaire

| AFP | 315 | Aucun vote sur cette news
Le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, le 23 mai 2017, lors d'une réunion de l'Ecofin au siège de l'Union Européenne à Bruxelles
Le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, le 23 mai 2017, lors d'une réunion de l'Ecofin au siège de l'Union Européenne à Bruxelles ( JOHN THYS / AFP/Archives )

Le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, a plaidé lundi pour améliorer les règles européennes concernant les sauvetages bancaires, tout en estimant que les derniers cas récents en Italie s'étaient finalement plutôt bien déroulés.

"Nous devons examiner concrètement, à la lumière des cas récents, si nos instruments sont suffisants, s'ils sont les bons et ce qu'on peut faire en plus", a dit le grand argentier allemand à propos des sauvetages fin juin des activités saines de deux banques vénitiennes, ainsi que de la restructuration début juillet de BMPS, troisième établissement financier d'Italie.

Il a regretté les différences existant entre les droits nationaux de faillites bancaires et les règles européennes. "Il faut qu'on discute de la manière dont on peut changer cela à l'avenir", a-t-il dit.

Néanmoins, il n'a pas jeté la pierre à Rome, qui a largement mis à contribution le contribuable italien pour sauver ses banques en difficulté malgré des règles européennes qui prêchent le contraire.

Selon différents diplomates européens, M. Schäuble doit dîner lundi soir avec ses homologues français, Bruno Le Maire, et italien, Pier Carlo Padoan.

"Je crois que l'Italie s'est finalement bien sortie d'une situation difficile", a dit M. Schäuble en arrivant à une réunion à Bruxelles, où les 19 ministres de la zone euro doivent être informés en détail des sauvetages italiens par la Commission européenne, la Banque centrale européenne (BCE) et le conseil de résolution unique, sorte de pompier (en fonction depuis 2016) des banques de la zone euro.

- 'Plus de tranquillité' -

Son homologue autrichien, Hans Jörg Schelling, s'est montré plus virulent: "il faut qu'enfin tout le monde s'en tienne aux règles". Selon lui, la banque autrichienne Hypo Alpe Adria a été jusqu'ici la seule à avoir été assainie conformément aux règles européennes. Pour cette raison, M. Schelling a réclamé une discussion sur les cas italiens, où le droit national l'a emporté sur les règles européennes.

Le vice-président de la Commission européenne, Valdis Dombrovskis (G) discute avec le président de l'Eurogroupe, le ministre néerlandais des Finances, Jeroen Dijsselbloem, lors d'une réunion de l'eurogroupe le 10 juillet 2017 à Bruxelles
Le vice-président de la Commission européenne, Valdis Dombrovskis (G) discute avec le président de l'Eurogroupe, le ministre néerlandais des Finances, Jeroen Dijsselbloem, lors d'une réunion de l'eurogroupe le 10 juillet 2017 à Bruxelles ( JOHN THYS / AFP )

De son côté, le vice-président de la Commission européenne, Valdis Dombrovskis, a estimé qu'"il fallait à la lumière des cas passés voir ce qu'il fallait ajuster", tout en estimant que l'union bancaire européenne fonctionnait.

Le président de l'Eurogroupe, le ministre néerlandais des Finances, Jeroen Dijsselbloem, a, lui, plaidé pour une accélération de l'harmonisation des droits nationaux sur les faillites au sein de l'UE.

Quant à M. Padoan, il a déclaré en arrivant à Bruxelles qu'"on avançait pour construire une union bancaire plus solide dans laquelle on pourrait travailler avec plus de tranquillité".

Créée dans le sillage de la crise financière de 2008 et adoptée début 2014 par le Parlement européen, l'Union bancaire a été constituée par les Etats de l'UE pour empêcher que les gouvernements européens ne se retrouvent à nouveau, comme pendant la crise, à débourser des montants colossaux pour sauver leurs banques, se mettant eux-mêmes en difficulté.

Mardi, les 28 ministres des Finances de l'UE veulent adopter un "plan d'action" pour s'attaquer au problème des créances douteuses des banques, qui risque de se répercuter sur l'ensemble de l'économie européenne si leur montant n'est pas réduit, selon eux.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/12/2017

Adeunis annonce son chiffre d'affaires du 1er semestre 2017/2018...

Publié le 14/12/2017

Vallourec a annoncé avoir finalisé Value 17, une augmentation de capital réservée à ses salariés à travers le monde. Près de 10 000 salariés, dans onze pays, représentant 52 % des effectifs…

Publié le 14/12/2017

Au cours de sa séance du 13 décembre 2017, le Conseil d'administration de Bic a décidé de procéder à une augmentation du capital par création de 87 584 actions consécutive à la levée…

Publié le 14/12/2017

Bonne tenue des ventes PME-PMI et croissance très significative de l'activité liée aux clients Grands Comptes.

Publié le 14/12/2017

Le prix de cession est de 57,5 millions d'euros

CONTENUS SPONSORISÉS