En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 614.38 PTS
+0.65 %
5 605.50
+0.49 %
SBF 120 PTS
4 424.03
+0.61 %
DAX PTS
12 430.97
+0.35 %
Dowjones PTS
27 325.14
-0.12 %
7 920.32
-0.58 %
1.121
-0.40 %

L'UE enfin d'accord sur son état-major, deux femmes aux postes clés

| AFP | 1243 | 4 par 5 internautes
La ministre allemande de la Défense Ursula von der Leyen, dont le nom est cité pour diriger la Commission européenne, photographiée le 1er juillet 2019 à Aerzen en Allemagne.
La ministre allemande de la Défense Ursula von der Leyen, dont le nom est cité pour diriger la Commission européenne, photographiée le 1er juillet 2019 à Aerzen en Allemagne. ( Swen Pförtner / dpa/AFP )

Après 48 heures de marchandages, les dirigeants européens se sont entendus mardi sur leur casting pour diriger l'UE, qui verra deux femmes occuper pour la première fois deux postes clés: la ministre allemande Ursula von der Leyen à la Commission et la Française Christine Lagarde à la BCE.

La présidence du Conseil européen sera occupée par le Premier ministre libéral belge Charles Michel, tandis que le ministre socialiste espagnol Josep Borrell hérite du poste de Haut représentant pour les Affaires étrangères.

L'actuel président du Conseil européen, Donald Tusk, s'est félicité d'un "parfait équilibre entre les sexes" avec deux hommes et deux femmes.

Les principales familles politiques sont représentées: deux femmes de droite, un libéral et un socialiste.

La chancelière allemande Angela Merkel, le 2 juillet 2019 à Bruxelles
La chancelière allemande Angela Merkel, le 2 juillet 2019 à Bruxelles ( Bertrand GUAY / AFP )

Les quatre dirigeants sont tous issus d'Europe de l'Ouest, même si l'Est pourrait hériter de la présidence du Parlement européen, sur lequel les eurodéputés se prononcent mercredi à Strasbourg. Le nom du socialiste bulgare Sergueï Stanichev circule.

Inconnue à l'étranger, la ministre allemande de la Défense, Ursula von der Leyen, une proche d'Angela Merkel, sera la première femme et seulement la deuxième Allemande à la tête de la Commission. A partir du 1er novembre et pour cinq ans.

Son nom a été proposé par le président français Emmanuel Macron, ce qui a ouvert la voie à une Française, Christine Lagarde, pour prendre la tête de la Banque centrale européenne (BCE). Là aussi une première pour une femme.

"Acte 2"

L'ancienne ministre française des Finances (63 ans), qui sera nommée pour 8 ans, s'est dite "très honorée".

"Elle va occuper ce nouveau poste avec beaucoup de prudence et d'engagement", a estimé Angela Merkel.

Le ticket von der Leyen/Lagarde permet à la France et à l'Allemagne d'obtenir chacune un poste d'envergure, et à la droite européenne de conserver la tête de la Commission.

UE : les nominations clés
UE : les nominations clés ( Gillian HANDYSIDE / AFP )

Le futur président du Conseil européen, le libéral Charles Michel (43 ans), a promis de préserver "l'unité, la diversité et tout spécialement la solidarité" dans l'UE.

"L'Espagne est de retour avec force pour représenter la politique étrangère et de défense de l'UE", s'est félicité le Premier ministre socialiste espagnol Pedro Sanchez à propos de Josep Borrell (72 ans), son ministre des Affaires étrangères proposé pour la diplomatie de l'UE.

Ce compromis met fin à de profondes divisions entre les dirigeants européens qui étaient apparues au grand jour sur la constitution de la nouvelle équipe.

Médecin de formation, mère de sept enfants, Ursula von der Leyen parle couramment français et anglais et a occupé plusieurs postes ministériels.

"Je l'ai défendue avec beaucoup de force. J'ai pu apprécier ces dernières années son courage et sa détermination sur des sujets difficiles", a commenté Emmanuel Macron.

A 60 ans, cette native de Bruxelles a toutefois un bilan controversé au ministère de la Défense allemand.

Hostilité

Signe de l'hostilité qui entoure son nom dans son pays, Angela Merkel a été contrainte de s'abstenir mardi lors du vote du sommet européen, pour ne pas froisser ses alliés sociaux-démocrates au sein de la coalition gouvernementale. Mais aucun des 27 autres Etats membres ne s'est opposé à elle.

Le groupe socialiste au Parlement européen a lui fait part de sa déception. Or, la nomination d'Ursula von der Leyen devra être approuvée par un vote dans l'hémicycle.

Le président français Emmanuel Macron, le 2 juillet 2019 à Bruxelles
Le président français Emmanuel Macron, le 2 juillet 2019 à Bruxelles ( GEOFFROY VAN DER HASSELT / POOL/AFP )

L'Allemande a en revanche obtenu l'indispensable soutien des quatre pays du Groupe de Visegrad (Hongrie, Slovaquie, République tchèque, Pologne), qui s'étaient frontalement opposés dans la matinée à un autre candidat, le socialiste néerlandais Frans Timmermans.

Quant à l'Allemand Manfred Weber, chef de file du PPE (droite) au Parlement et qui a pour cette raison longtemps revendiqué la Commission, il a officiellement abandonné en fin d'après-midi. Il renonce aussi à une candidature à la présidence du Parlement.

Après une nuit de marchandages stériles entre dimanche et lundi, les 28 s'étaient promis de se mettre d'accord pour éviter de prêter le flanc aux attaques des populistes en offrant l'image d'une Europe divisée.

Le renouvellement de ces postes a été rendu complexe par le morcellement du paysage politique européen.

Les élections de mai ont vu le tandem PPE et social-démocrate perdre le contrôle de la majorité qu'il détenait au Parlement européen.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
5 avis
Note moyenne : 4
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/07/2019

Le chiffre d’affaires de Virbac au deuxième trimestre s’est élevé à 246,1 millions d'euros, en progression de 4,1% à taux réels et 3% hors effet favorable des taux de change. La croissance…

Publié le 16/07/2019

La situation de trésorerie au 30 juin 2019 met en évidence une réduction de l'encours significative par rapport à la situation au 31 décembre 2018

Publié le 16/07/2019

Theraclion annonce la signature du premier accord commercial pour la solution de traitement des varices Sonovein. Ce lancement marque le début de l'échothérapie en routine clinique des varices,…

Publié le 16/07/2019

Sur le premier semestre 2019, Prodware affiche un chiffre d’affaires consolidé de 90,3 millions d'euros, en hausse de 0,4 % (-3,3 % à périmètre comparable). La croissance est portée par les…

Publié le 16/07/2019

Ce lancement marque le début de l'échothérapie en routine clinique des varices