En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 102.45 PTS
-0.28 %
5 099.50
-0.26 %
SBF 120 PTS
4 087.99
-0.38 %
DAX PTS
11 573.28
-0.14 %
Dowjones PTS
25 544.12
+0.65 %
7 190.10
+1.04 %
1.149
+0.31 %

Le casse-tête du glyphosate se prolonge pour l'UE

| AFP | 353 | Aucun vote sur cette news
Des militants de
Des militants de "Stop Glyphosate" manifestent à Bruxelles, le 25 octobre 207 ( JOHN THYS / AFP )

L'UE n'a pas trouvé mercredi de solution qui permette de rassembler une majorité d'Etats membres sur le sort du glyphosate, renvoyant la décision sur cet herbicide controversé, dont la licence expire en décembre, à une date ultérieure.

"Plusieurs options ont été discutées", a déclaré, sans plus de détails, une porte-parole de la Commission. L'exécutif européen espérait pourtant organiser un vote mercredi à l'occasion d'une réunion à huis clos d'un comité d'experts représentant les 28.

Il va maintenant prendre le temps de "réfléchir" avant de proposer "sous peu" une nouvelle date de réunion.

Le ministère danois de l'Environnement a expliqué sur Twitter qu'il avait été "impossible de s'entendre sur la proposition de la Commission".

Cette dernière a abandonné son premier projet, qui était de proposer une reconduction de l'autorisation du glyphosate pour 10 ans.

Vote du Parlement européen sur le glyphosate
Vote du Parlement européen sur le glyphosate ( Simon MALFATTO / AFP )

La saga dure depuis plus de deux ans dans l'UE. Agacée de voir les Etats membres se défiler, la Commission répète inlassablement depuis l'été que la décision doit être une "responsabilité partagée". Elle en a pris plus d'un par surprise en annonçant mardi après-midi qu'elle était désormais ouverte à une autorisation pour entre cinq et sept ans.

Plusieurs Etats membres -France, Autriche, Italie, Belgique- ont publiquement exprimé leur opposition à une autorisation valable pour encore une décennie.

En Allemagne, en pleines négociations pour une coalition de gouvernement, le sujet "va devoir être discuté" entre conservateurs, écologistes et libéraux, a reconnu Steffen Seibert, le porte-parole du gouvernement.

Sans les poids lourds en termes de population de l'UE, difficile d'obtenir une majorité qualifiée (55% des Etats membres et 65% des habitants).

La Commission a assuré mercredi que son objectif restait de "trouver une solution qui bénéficie du soutien le plus large possible, qui assure un haut niveau de protection de la santé humaine et de l'environnement, en conformité avec la législation européenne et fondée sur les données scientifiques disponibles".

- Elimination progressive -

Le glyphosate
Le glyphosate ( Alain BOMMENEL, Laurence SAUBADU, Kun TIAN / AFP )

A l'image de la France, la Belgique s'est rangée à l'idée d'une disparition progressive du glyphosate des sols de l'UE. La question est alors de savoir quel délai est nécessaire pour préparer les cultivateurs à la perspective d'une agriculture sans glyphosate, plébiscité pour son efficacité et son faible coût.

Pour les eurodéputés, la réponse est cinq ans. Dès la fin de l'année même pour tout usage non-professionnel. Ils se sont exprimés mardi en faveur d'une élimination progressive d'ici à fin 2022, avec des mesures d'accompagnement pour les agriculteurs.

"Le Parlement européen a clairement indiqué à la Commission européenne la direction de la sortie, en excluant toute référence à un possible renouvellement", ont souligné les parlementaires socialistes Eric Andrieu et Marc Tarabella.

La Commission ne manque pas de souligner que même si le glyphosate est autorisé au niveau de l'UE, les Etats membres gardent la possibilité d'interdire sur leur territoire national des produits qui en contiennent.

- Situation renversée -

Le glyphosate en France
Le glyphosate en France ( Sabrina BLANCHARD / AFP )

Pour Franziska Achterberg, un "renversement de situation" s'est opéré. "Aujourd'hui, la Commission n'est pas parvenue pour la cinquième fois d'affilée à obtenir un soutien suffisant des gouvernements européens (...) A moins que la Commission ne soutienne une interdiction, elle continuera d'échouer", a estimé la militante.

Des ONG, Greenpeace en tête, font depuis de longs mois une campagne intensive à Bruxelles contre la substance, et une pétition paneuropéenne a obtenu plus de 1,3 million de signatures, un des plus gros succès pour ce type d'initiative citoyenne dans l'UE.

De sujet de discussions techniques entre spécialistes des produits phytosanitaires, le glyphosate est devenu un enjeu politique, au grand dam de l'industrie.

"C'est décevant qu'il n'y ait toujours pas de décision claire", a commenté Graeme Taylor, de l'Association européenne des producteurs de pesticides (ECPA). "La science est maintenant écartée dans une partie de roulette politique où les enjeux sont très élevés, pour décider pour combien de temps l'autorisation devrait être accordée", a-t-il déploré.

Partisans et opposants s'affrontent autour de l'évaluation scientifique de la toxicité du glyphosate, depuis la publication en 2015 du rapport du Centre international de recherche sur le cancer, un organe de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), qui a classé la substance "cancérogène probable".

A cet égard, c'est sur l'avis des agences européennes, l'Efsa (sécurité des aliments) et l'Echa (produits chimiques), que s'appuie la Commission pour proposer une reconduction de l'autorisation de la substance.

Sont venues s'ajouter au débat les accusations d'influence exercée par le géant de l'agrochimie Monsanto sur le contenu des études scientifiques publiées.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

Trader sur le CAC40 avec du levier
Mardi 6 novembre de 12h15 à 13h15

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/10/2018

Comme nous l'avions prévu, les risques de baisse sur FAURECIA se sont avérés réels. Nous conseillons donc d'encaisser rapidement la plus-value sur le turbo put (V932S). Recommandé le 16/10/2018…

Publié le 19/10/2018

Un accord salarial a été conclu vendredi entre Air France et les organisations syndicales représentatives CFDT, CFE-CGC/UNAC, FO/SNPNC, SPAF et UNSA aérien Air France (sol et PNC). Ces…

Publié le 19/10/2018

Bigben Interactive émet 295.575 actions nouvelles d'une valeur nominale de 2 euros chacune en paiement d'une partie de la transaction...

Publié le 19/10/2018

Cheops Technology, 'Cloud Builder et Cloud Service Provider', enregistre pour l'année fiscale 2017/2018 des résultats en nette augmentation...

Publié le 19/10/2018

Suite à sa dernière publication récente, le titre LVMH a fortement baissé, cumulant une baisse de prés de 16% en trois semaines. Au regard de fondamentaux solides et d'un support technique…