En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ browserName + ' ' + browserVersion }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 387.38 PTS
+1.34 %
5 365.50
+0.98 %
SBF 120 PTS
4 318.04
+1.13 %
DAX PTS
12 579.72
+0.54 %
Dowjones PTS
24 580.89
+0.49 %
7 197.51
-0.28 %
Nikkei PTS
22 516.83
-0.78 %

UE: Bruxelles veut une taxe sur les plastiques pour ses budgets post-Brexit

| AFP | 544 | 1 par 1 internautes
Le commissaire européen chargé du budget, Günther Oettinger, le 28 juin 2017 à Bruxelles
Le commissaire européen chargé du budget, Günther Oettinger, le 28 juin 2017 à Bruxelles ( EMMANUEL DUNAND / AFP/Archives )

La Commission européenne a proposé mercredi l'instauration d'une taxe sur les plastiques pour nourrir les budgets de l'UE, qui vont pâtir de la perte de la contribution britannique après le Brexit tout en faisant face à de nouvelles dépenses.

L'exécutif européen "envisage une taxe sur les plastiques comme une nouvelle source de recettes pour le budget de l'UE et pour réduire les déchets", a indiqué devant la presse le commissaire chargé du budget, Günther Oettinger.

Le commissaire allemand n'a pas donné plus de détails sur les contours de cette taxe ou sur les gains attendus, rappelant que la Commission publierait en mai des propositions détaillées pour le prochain "cadre financier pluriannuel" couvrant la période après 2020.

Le cadre actuel couvre la période 2014-2020 et, malgré son départ en 2019, le Royaume-Uni s'est engagé à verser sa part lors d'une période de transition jusqu'à 2020 inclus. Mais l'UE devra ensuite faire sans sa contribution nette, évaluée par la Commission entre 12 et 14 milliards d'euros par an.

L'exécutif européen propose aux 27 pays qui resteront dans l'UE de combler ce "trou" pour moitié par la recherche de nouvelles ressources et pour moitié par des mesures d'économies, notamment sur les subventions de la Politique agricole commune (PAC) et de la politique de cohésion, deux domaines représentant ensemble plus de deux tiers du budget de l'UE.

De nouvelles politiques européennes, comme la défense et la gestion des frontières, vont créer de nouveaux besoins "d'une dizaine de milliards d'euros" par an, a par ailleurs estimé M. Oettinger, proposant de les financer à 80% par de nouvelles ressources.

Outre la taxe sur le plastique, la Commission souhaite que l'UE dispose d'une autre nouvelle source propre de revenus au travers de la taxation des échanges de quotas de carbone, qui bénéficie actuellement aux Etats membres.

Côté recettes, l'exécutif européen demande surtout une hausse des contributions nationales au budget de l'UE, actuellement plafonnées à 1% du PIB des Etats membres. "Je dirais entre 1,1 et 1,2%", a dit mercredi M. Oettinger.

Les dirigeants des pays de l'UE auront une première occasion d'échanger entre eux sur les budgets post-Brexit lors d'un sommet informel le 23 février à Bruxelles.

Les décisions entre Etats membres sur le budget de l'UE sont prises à l'unanimité. Elles sont marqués traditionnellement par un bras de fer entre les gros contributeurs comme l'Allemagne, peu enclins à donner davantage, et les principaux bénéficiaires de fonds européens, inquiets à l'idée de recevoir moins.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 1
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/06/2018

L'Assemblée générale fut également l'occasion de détailler les conditions de réalisation du résultat de l'exercice 2017...

Publié le 22/06/2018

Bluelinea a réalisé une augmentation de capital avec maintien du droit préférentiel de souscription des actionnaires (DPS), pour un montant de 1,5 million d'euros. Cette augmentation de capital…

Publié le 22/06/2018

Biocorp annonce le lancement d'une augmentation de capital par émission d'actions nouvelles, avec suppression du droit préférentiel de souscription. Le montant cible de l'opération est de 4,5…

Publié le 22/06/2018

Bluelinea annonce la réalisation d'une augmentation de capital avec maintien du droit préférentiel de souscription des actionnaires (DPS), pour un...

Publié le 22/06/2018

Nouvelle histoire en cinq épisodes.