5 372.38 PTS
-
5 371.00
+0.03 %
SBF 120 PTS
4 288.39
-
DAX PTS
12 991.28
+0.01 %
Dowjones PTS
23 328.63
+0.71 %
6 108.82
+0.27 %
Nikkei PTS
21 675.93
+1.02 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Uber fait appel de son interdiction à Londres

| AFP | 76 | Aucun vote sur cette news
Uber a déposé vendredi son appel devant un tribunal de Londres afin de contester la décision de l'Autorité des transports londoniens (TfL) de lui retirer sa licence.
Uber a déposé vendredi son appel devant un tribunal de Londres afin de contester la décision de l'Autorité des transports londoniens (TfL) de lui retirer sa licence. ( Ben FATHERS / AFP/Archives )

La compagnie américaine de voitures privées Uber a fait appel vendredi contre la décision de Londres de lui retirer sa licence, en insistant sur sa volonté de dialoguer avec les autorités.

"Nous avons déposé ce matin notre appel sur la décision concernant la licence à Londres" auprès d'un tribunal de Westminster, indique Uber dans un communiqué.

La première comparution devrait avoir lieu le 11 décembre prochain dans cette affaire.

La compagnie rappelle qu'elle peut continuer à exercer dans les rues de la capitale britannique tant que la procédure judiciaire est en cours.

"Bien que nous ayons déposé notre appel, ce qui permet aux Londoniens de continuer à utiliser notre application, nous espérons poursuivre les discussions constructives avec Transport for London", a indiqué un porte-parole d'Uber.

"Comme l'a dit notre nouveau directeur général, nous sommes déterminés à mettre les choses dans le bon sens", a-t-il complété.

Le 22 septembre, TfL avait décidé de ne pas renouveler la permission accordée à Uber de faire circuler ses voitures avec chauffeurs privés dans la ville. La décision a eu un retentissement considérable à Londres où Uber affirme compter près de 40.000 chauffeurs et 3,5 millions de clients.

La société américaine avait immédiatement annoncé son intention de faire appel, mais a attendu la date butoir pour le déposer formellement devant la justice britannique.

Uber avait fustigé dans un premier temps la décision londonienne avant que le patron Dara Khosrowshahi, arrivé depuis peu à la tête de la société, calme le jeu, présentant notamment ses excuses pour "les erreurs" de sa compagnie et soulignant sa volonté de "travailler avec Londres pour rectifier les choses".

- Laxisme -

Il s'est ensuite rendu à Londres début octobre et a tenu une réunion "constructive" avec le chef de l'autorité londonienne des transports, de l'avis des deux parties.

La veille de cette rencontre, la responsable d'Uber pour l'Europe du Nord, région qui chapeaute notamment le Royaume-Uni, avait annoncé son départ de la société, sans dire explicitement si cette décision était liée aux déboires londoniens.

Pour justifier sa décision, TfL avait mis en avant le laxisme d'Uber dans la dénonciation des crimes et des failles dans les contrôles des casiers judiciaires et des certificats médicaux de ses conducteurs. L'autorité avait également déploré l'utilisation d'un logiciel permettant aux chauffeurs d'éviter de se faire repérer dans les zones où ils n'ont pas le droit d'exercer.

Présente dans plus de 70 pays, l'entreprise a eu maille à partir avec de nombreuses autorités dans le monde, dont la France où elle a écopé de plusieurs amendes. Elle avait été brièvement bannie des rues de New Delhi après un viol commis par un chauffeur et a été dernièrement interdite en Hongrie et au Danemark en vertu de nouvelles lois.

La société, qui a perdu plus de 600 millions de dollars au deuxième trimestre, doit affronter de surcroît plusieurs enquêtes judiciaires sur des soupçons de corruption de responsables étrangers.

C'est dans ce contexte sulfureux que la compagnie vient de se doter d'un nouveau PDG, l'ex-patron d'Expedia Dara Khosrowshahi, après le départ de son ancien patron-fondateur Travis Kalanick, accusé d'avoir entretenu une culture d'entreprise sexiste et brutale.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 15 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/10/2017

Communiqué de Presse    Montrouge, France, le 20 Octobre; 10:35 pm CET DBV Technologies annonce les résultats de l'étude clinique de phase III chez les…

Publié le 20/10/2017

Le gestionnaire d'actifs Amundi, filiale du Crédit Agricole, prévoit de supprimer 134 postes en France, selon des sources citées vendredi par le site de 'L'Agefi'.

Publié le 20/10/2017

Le titre General Electric a connu une journée de montagnes russes vendredi à Wall Street, avec un écart de 7% en cours de séance.

Publié le 20/10/2017

La politique de dividende reste fondée sur l'évolution du Cash-flow net courant par action.

Publié le 20/10/2017

Retour d'Assemblée générale...

CONTENUS SPONSORISÉS