5 366.15 PTS
+0.48 %
5 362.50
+0.52 %
SBF 120 PTS
4 270.60
+0.45 %
DAX PTS
13 167.54
+0.83 %
Dowjones PTS
23 605.32
+0.75 %
6 374.47
+1.04 %
Nikkei PTS
22 416.48
+0.70 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Trump réclame une vaste réforme fiscale mais reste avare en détails

| AFP | 192 | Aucun vote sur cette news
Le président américain Donald Trump à Springfield, dans le Missouri, le 30 août 2017
Le président américain Donald Trump à Springfield, dans le Missouri, le 30 août 2017 ( JIM WATSON / AFP )

"Nous n'avons pas le choix!": Donald Trump a exhorté mercredi le Congrès à adopter une vaste réforme fiscale "pro-croissance et pro-emplois", mais est resté évasif sur le contenu et le financement de cette transformation qu'il appelle de ses voeux.

Depuis Springfield dans le Missouri, première étape d'une série de déplacements sur ce thème qui fut l'une de ses principales promesses de campagne, le président américain a jugé indispensable de "réduire le poids des impôts sur nos entreprises et nos travailleurs".

Appelant tous les membres du Congrès - démocrates, républicains et indépendants - à soutenir une réforme "qui permette de mettre plus d'argent dans les poches des travailleurs américains", le locataire de la Maison Blanche n'a pas dit un mot sur la façon dont il entendait la financer.

Si les républicains sont en position de force à la Chambre des représentants comme au Sénat, la majorité est loin d'être à l'unisson et les discussions s'annoncent âpres sur ce dossier aussi complexe techniquement que délicat politiquement. Nombre d'élus du "Grand Old Party" sont vent debout contre tout accroissement du déficit public.

Frustré par l'absence d'avancées législatives majeures depuis son arrivée au pouvoir, avec en particulier un revers cinglant sur l'abrogation de l'Obamacare, le président américain a une nouvelle fois lancé un avertissement aux élus de son parti, avec qui il entretient des relations électriques.

"Je ne veux pas être déçu par le Congrès. Vous m'entendez? Vous m'entendez?", a-t-il lâché. "Je pense que le Congrès va se ressaisir, en tout cas je l'espère", a-t-il ajouté.

Le président américain Donald Trump à Springfield, dans le Missouri, le 30 août 2017
Le président américain Donald Trump à Springfield, dans le Missouri, le 30 août 2017 ( JIM WATSON / AFP )

Rappelant que la dernière refonte en profondeur de ce dernier remontait à 1986, sous Ronald Reagan, le président américain a appelé de ses voeux un nouveau texte "simple, équitable et facile à comprendre", soulignant que les Américains les plus modestes ne disposaient pas d'une "armée de comptables" pour les aider.

"Notre code des impôts auto-destructeur a coûté aux Américains des millions et des millions d'emplois et des milliards de dollars", a martelé M. Trump, affirmant que le document était six fois plus long qu'en 1955.

- 'Bien au-delà' de 3% de croissance -

Jugeant qu'une réforme des impôts pourrait permettre d'atteindre le cap des 3% de croissance, il s'est déclaré convaincu qu'il était possible d'aller "bien au-delà".

"Au lieu d'exporter nos emplois, nous exporterons nos produits", a-t-il ajouté dans une allocution évoquant par moment ses discours de campagne.

L'exécutif cherche désormais à faire adopter cette réforme d'ici la fin de l'année. Mais nombre de questions cruciales restent à ce jour en suspens sur ce texte qui est au coeur du projet de l’administration Trump.

Quelle sera la portée exacte de la refonte annoncée ? La réduction à 15% de l'impôt sur les sociétés, avancée par l'exécutif en avril, sera-t-elle retenue où la baisse sera-t-elle, comme le pensent nombre d'observateurs, de moindre ampleur?

Lors de son discours de Sprinfield, Donald Trump est resté très prudent sur ce thème alors que les négociations avec les élus ont commencé en coulisses. "Idéalement, nous aimerions arriver à le faire baisser à 15%", s'est-il contenté d'affirmer.

Le conseiller économique en chef de Donald Trump, Gary Cohn, le 5 juin 2017 à Washington
Le conseiller économique en chef de Donald Trump, Gary Cohn, le 5 juin 2017 à Washington ( NICHOLAS KAMM / AFP )

Le taux d'imposition des entreprises doit être "aussi bas que possible pour que les entreprises aient envie de créer des emplois", avait répondu il y a quelques jours, également très prudent, le conseiller économique de Donald Trump, Gary Cohn, l'un des deux architectes de la réforme en cours d'élaboration.

Dans une sortie très remarquée, ce dernier, ancien numéro deux de Goldman Sachs, a récemment pris ses distances avec Donald Trump, critiquant à mots à peine voilés sa réaction après les violences racistes de Charlottesville.

A la tribune à Springfield, mercredi, Donald Trump a salué la présence de nombre de membres de son équipe, dont celle de Steven Mnuchin, secrétaire au Trésor. A aucun moment il n'a mentionné le nom de Gary Cohn.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 30 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/11/2017

Le chiffre d'affaires du 3e trimestre de l'exercice 2017 d'ESI s'établit à 24,9 ME, en recul de 2,4% à taux constants par rapport à la même période...

Publié le 21/11/2017

Sur les 9 premiers mois de l'exercice 2017, le groupe réalise un chiffre d'affaires de 51 ME

Publié le 21/11/2017

Au troisième trimestre, ESI Group a réalisé un chiffre d'affaires de 24,9 millions d'euros en baisse de 2,4% à taux de change constant. L'effet de change sur la période est négatif à hauteur de…

Publié le 21/11/2017

Kerlink, spécialiste des réseaux et solutions dédiés à l’Internet des Objets (Internet of Things – IoT), annonce un partenariat avec Spark, leader des services numériques en…

Publié le 21/11/2017

AB Science a annoncé la publication de résultats précliniques avec le masitinib mettant en évidence une propriété de cette molécule phare de la biotech dans la lutte contre la résistance à…

CONTENUS SPONSORISÉS