En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 552.34 PTS
+0.03 %
5 543.00
-0.12 %
SBF 120 PTS
4 380.30
+0.15 %
DAX PTS
12 260.07
+0.26 %
Dowjones PTS
27 154.20
-0.25 %
7 834.90
-0.88 %
1.122
+0.00 %

Trump n'aime pas les cryptomonnaies: ce n'est "pas de l'argent"

| AFP | 220 | 5 par 1 internautes
Des pièces de la cryptomonnaie bitcoin, le 20 novembre 2017 à Londres
Des pièces de la cryptomonnaie bitcoin, le 20 novembre 2017 à Londres ( Justin TALLIS / AFP/Archives )

Donald Trump a dit jeudi sa méfiance envers les cryptomonnaies --qui ne sont pas vraiment de l'argent à ses yeux-- et prévenu que ceux qui comme Facebook voulaient s'y lancer devraient se plier aux règles qui régissent les banques.

"Je ne suis pas un fan des cryptomonnaies, qui ne sont pas de l'argent et dont la valeur est très volatile et basée sur rien", a tweeté le président en milieu de soirée, insistant sur le fait que ces monnaies virtuelles générées électroniquement, qui garantissent une grande discrétion et sont quasiment intraçables, facilitaient les activités illégales.

Les cryptomonnaies ont fait florès depuis la sensation créée par le bitcoin et il en existe aujourd'hui quantité; mais c'est l'annonce le 18 juin par Facebook qu'il allait se lancer dans l'aventure avec la Libra qui a provoqué une onde de choc parmis les régulateurs financiers du monde entier.

Fort de ses plus de 2 milliards d'usagers, la monnaie électronique que le premier réseau social du monde veut lancer en 2020 avec bon nombre de partenaires pourrait bien bouleverser tout l'écosystème monétaire.

M. Trump lui n'y croit pas. Pour le président américain, la Libra aura "peu de standing et de fiabilité".

Mais il a mis en garde Facebook "et d'autres entreprises" que s'ils voulaient devenir des banques, ils devraient en respecter la règlementation aussi bien aux Etats-Unis qu'ailleurs dans le monde.

"Nous n'avons qu'une seule devise aux Etats-Unis (...) et elle s'appelle le dollar américain", a conclu le locataire de la Maison Blanche.

Signe des interrogations et même des inquiétudes, l'arrivée annoncée de la Libra et l'essor des cryptomonnaies plus généralement feront l'objet d'un rapport présenté aux pays du G7 lors d'une réunion la semaine prochaine.

"Plus nous investiguons ce projet, nous, la communauté des régulateurs, plus nous avons d'interrogations sérieuses et potentiellement de réserves", a mis en garde jeudi le gouverneur de la Banque de France François Villeroy de Galhaut. Son homologue de la Fed est lui aussi revenu sur le sujet mercredi et jeudi devant le Congrès.

"Je pense qu'il va falloir faire une évaluation prudente et minutieuse des risques" que comporte le projet de monnaie Libra qui, "vu la taille du réseau" Facebook, a le potentiel "très probable de devenir une devise d'importance systémique", a mis en garde Jerome Powell jeudi.

Cetains élus américains ont déjà demandé un gel pur et simple du projet Facebook.

Selon Facebook, Libra doit offrir à partir de courant 2020 un nouveau mode de paiement en dehors des circuits bancaires traditionnels: elle se veut la pierre angulaire d'un nouvel écosystème, affranchi de la barrière des différentes devises, un outil susceptible d'intéresser notamment les exclus du système bancaire, dans les pays émergents par exemple.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/07/2019

Le chiffre d'affaires de Nanobiotix au titre du second trimestre 2019 est de 31,9 KE...

Publié le 19/07/2019

Derichebourg a signé un contrat de prêt de 130 millions d’euros avec la Banque européenne d’investissement, destiné à contribuer au financement à long terme d’un programme pluriannuel…

Publié le 19/07/2019

Le chiffre d’affaires de Nanobiotix au titre du second trimestre 2019 est de 31 900 euros contre 77 300 un an plus tôt. Il provient de la refacturation des frais partagés liés à l’organisation…

Publié le 19/07/2019

Les investissements de ce programme pluriannuel concerneront principalement l'amélioration des taux de valorisation des matières traitées

Publié le 19/07/2019

Le mnémonique deviendra ALUNT