En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 331.95 PTS
+0.50 %
5 329.50
+0.47 %
SBF 120 PTS
4 275.41
+0.40 %
DAX PTS
12 189.46
+0.22 %
Dowjones PTS
25 436.59
+1.09 %
7 405.17
+0.69 %
1.139
+0.39 %

Au sommet du G7, sourires sur la forme, tensions sur le fond

| AFP | 2229 | 5 par 1 internautes
Photo de famille du G7 le 8 juin 2018 au Canada. De gauche à droite: le président du Conseil européen Donald Tusk, Theresa May, Angela Merkel, Donald Trump, Justin Trudeau, Emmanuel Macron, Shinzo Abe, Giuseppe Conte et le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker
Photo de famille du G7 le 8 juin 2018 au Canada. De gauche à droite: le président du Conseil européen Donald Tusk, Theresa May, Angela Merkel, Donald Trump, Justin Trudeau, Emmanuel Macron, Shinzo Abe, Giuseppe Conte et le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker ( SAUL LOEB / AFP )

Du commerce au retour de la Russie dans le club, Donald Trump a défié vendredi ses alliés du G7 au Canada mais, sourires et accolades à l'appui, tous ont voulu donner l'image d'une franche explication entre amis.

Les dirigeants passent vendredi et une partie de samedi dans un manoir de la petite ville de La Malbaie, au Québec, leur première confrontation à sept depuis l'imposition par Washington de tarifs douaniers sur l'acier et l'aluminium étrangers.

Le président américain a strictement respecté le protocole du sommet, même s'il le quittera samedi quelques heures avant les autres dirigeants pour rallier Singapour où se déroulera le 12 juin son sommet historique avec Kim Jong Un, sa priorité affichée depuis des semaines.

Il a participé avec le sourire à la traditionnelle photo de famille et on l'a vu bavarder avec les autres dirigeants, dont Angela Merkel, et le nouveau président du Conseil italien Giuseppe Conte, qu'il a félicité pour sa "grande victoire".

Aux côtés de Justin Trudeau, il a affirmé --contre toute évidence-- que la relation américano-canadienne n'avait "jamais été aussi bonne" et qu'il pensait que les sept se mettraient d'accord sur un communiqué conjoint, sans donner aucune indication spécifique sur un éventuel terrain d'entente.

Donald Trump et Emmanuel Macron juste avant leur bilatérale lors du G7 de La Malbaie
Donald Trump et Emmanuel Macron juste avant leur bilatérale lors du G7 de La Malbaie ( Ludovic MARIN / AFP )

Même ton positif et mêmes propos vagues lors du tête-à-tête avec Emmanuel Macron. "Les choses avancent dans ce G7", a affirmé le président français, se félicitant que le dialogue ne soit pas rompu.

"C'est mon ami", a dit Donald Trump, qui a là encore promis un mystérieux résultat "positif".

- Pas de G8 -

Les dirigeants du G7 lors d'une séance de travail sur le commerce au sommet de La Malbaie
Les dirigeants du G7 lors d'une séance de travail sur le commerce au sommet de La Malbaie ( Ludovic MARIN / POOL/AFP )

Le sujet de la Russie n'a pas été évoqué, selon lui, alors qu'il avait enflammé le début du sommet.

Donald Trump avait jeté un pavé dans la mare en proposant, le matin depuis Washington, de réintégrer la Russie à ce groupe dont elle avait été exclue en 2014 après l'annexion de la Crimée.

"Ils ont expulsé la Russie, ils devraient réintégrer la Russie. Parce que nous devrions avoir la Russie à la table des négociations", a déclaré M. Trump, fidèle à sa position selon laquelle Moscou ne peut être simplement ignoré dans les grands dossiers internationaux.

Mais rapidement, les Européens ont enterré l'idée. "Un retour de la Russie dans le format G7 n'est pas possible tant que nous ne verrons pas de progrès substantiels en relation avec le problème ukrainien", a déclaré Angela Merkel.

Même le chef du gouvernement populiste italien, favorable à un rapprochement avec la Russie, a approuvé cette position commune.

Un haut responsable de la Maison Blanche a finalement expliqué que la suggestion du président américain "n'était pas prévue"... et que les diplomates américains n'en faisaient pas un sujet de discussion avec leurs homologues.

- Compromis en vue ? -

Les questions de libre-échange sont bien, quant à elles, à l'ordre du jour, et représentent le vrai point d'achoppement du sommet.

La séance de travail collective sur le sujet s'est déroulée comme prévu. Donald Trump a retourné l'accusation de protectionnisme contre l'Union européenne et le Canada, sur les produits laitiers, l'agriculture ou les barrières non-tarifaires auxquels se heurteraient les produits américains, dénonçant à nouveau des échanges "inéquitables".

Selon l'Elysée et une autre source ayant suivi la séance, les six ont alors réfuté les chiffres de M. Trump, et donné des exemples de marchés américains où les Européens ne pouvaient pas librement entrer, comme les marchés publics.

Les six leaders veulent éviter une guerre commerciale et convaincre le locataire de la Maison Blanche que les tarifs nuiront in fine à l'économie des Etats-Unis et à la croissance mondiale.

Mais Donald Trump entend les forcer à importer plus de produits Made in America, comme il tente de le faire en ce moment individuellement avec la Chine, le Mexique et le Japon.

Angela Merkel et Donald Trump, immédiatement après la photo de famille du G7, vendredi 8 juin à La Malbaie
Angela Merkel et Donald Trump, immédiatement après la photo de famille du G7, vendredi 8 juin à La Malbaie ( IAN LANGSDON/POOL / POOL/AFP )

C'est sur un langage commun que négocieront les dirigeants jusqu'à samedi, et probablement lors de leur feu de camp et dîner vendredi soir. Il faudra composer avec le Japon, engagé avec Washington dans le dossier nord-coréen, l'Allemagne, plus exposée que ses voisins à d'éventuelles représailles contre le secteur automobile, et l'Italie, qui veut porter une "position modérée", a prévenu M. Conte.

Une issue, proposée selon l'Elysée par la chancelière allemande, consisterait à lancer un "dialogue" entre Etats-Unis et UE afin de résoudre le conflit sur l'acier et l'aluminium, et en éviter un dans d'autres secteurs comme l'automobile.

Selon un responsable américain, les négociations se poursuivront toute la nuit de vendredi à samedi.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/08/2018

L’Etat français, détenant 14,3% d’Air France-KLM, se prononcera en faveur de la nomination de Benjamin Smith à la tête du groupe. C’est ce qu’à déclaré Bruno Le Maire, selon les propos…

Publié le 16/08/2018

Lagardère Travel Retail se renforce en Amérique du Nord avec l'acquisition de Hojeij Branded Foods (HBF), un leader de la Restauration sur le marché...

Publié le 16/08/2018

Kingfisher (-3,78% à 277,5 pence) évolue à un nouveau plus bas pour cette année après avoir donné des indications préoccupantes sur l'évolution de ses résultats. A l'occasion de la…

Publié le 16/08/2018

La compagnie serait sur le point de se doter d'un patron non français et, de plus, non européen

Publié le 16/08/2018

Comme prévu, les salariés de Total travaillant sur trois des plateformes pétrolières et gazières de la compagnie française entameront une grève de 24...