En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 643.08 PTS
-0.40 %
5 638.00
-0.48 %
SBF 120 PTS
4 448.99
-0.34 %
DAX PTS
12 486.56
-0.20 %
Dowjones PTS
26 787.36
-0.11 %
7 842.33
-0.02 %
1.102
+0.02 %

Trump dit ne pas avoir besoin d'un accord avec Pékin avant l'élection

| AFP | 679 | 3 par 2 internautes
Le président américain Donald Trump lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche, le 20 septembre 2019
Le président américain Donald Trump lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche, le 20 septembre 2019 ( ALEX EDELMAN / AFP )

Le président des Etats-Unis Donald Trump a assuré vendredi ne pas avoir besoin d'aboutir à un accord commercial avec la Chine avant l'élection de 2020, insistant sur la bonne santé de l'économie américaine.

Le milliardaire républicain, qui avait affirmé début 2018 que les guerres commerciales étaient "bonnes et faciles à gagner", sait qu'il est très attendu sur ce dossier qui suscite la nervosité des marchés financiers et génère des inquiétudes sur la croissance américaine.

En quête d'un second mandat de quatre ans, l'ancien homme d'affaires de New York tente depuis plusieurs mois de rassurer les agriculteurs américains qui subissent de plein fouet les mesures de rétorsion chinoises.

"Je ne pense pas avoir besoin (d'un accord) avant l'élection", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse commune avec le Premier ministre australien Scott Morrison. "Les gens savent que nous faisons du bon boulot" a-t-il martelé, se disant convaincu que cela n'aurait pas d'impact sur le résultat du scrutin.

Engagées dans une guerre commerciale qui s'est traduite par des droits de douane réciproques sur des centaines de milliards de dollars de produits, les deux premières puissances économiques mondiales ont multiplié ces derniers jours les signes d'apaisement à l'approche d'une rencontre à haut niveau en octobre.

Des discussions menées jeudi et vendredi à Washington en amont de cette réunion entre négociateurs chinois et américains ont été "productives", ont assuré vendredi les services du bureau du représentant américain au Commerce (USTR).

Mais l'issue des tractations reste incertaine.

"Nous souhaitons un accord total, un accord partiel ne m'intéresse pas", a lancé M. Trump vendredi qui vante régulièrement ses talents de négociateur et dénonce la passivité de ses prédécesseurs, démocrates comme républicains, sur ce dossier épineux.

"Cela pourrait aller vite, mais ce ne serait pas le bon accord. Il faut bien faire les choses", a-t-il expliqué, insistant sur l'extrême complexité du dossier en particulier concernant la protection de la propriété intellectuelle.

"Notre économie est très forte"

Le président américain Donald Trump et son épouse Melania reçoivent le Premier ministre australien Scott Morrison et son épouse Jennifer, à la Maison Blanche, le 20 septembre 2019
Le président américain Donald Trump et son épouse Melania reçoivent le Premier ministre australien Scott Morrison et son épouse Jennifer, à la Maison Blanche, le 20 septembre 2019 ( SAUL LOEB / AFP )

Washington exige des autorités chinoises qu'elles mettent fin à des pratiques commerciales jugées "déloyales", en particulier le transfert forcé de technologies américaines, les subventions massives aux entreprises d'Etat chinoises ou encore le vol de la propriété intellectuelle.

Le locataire de la Maison Blanche a répété qu'il avait d'excellentes relations avec son homologue chinois Xi Jinping. "Mais pour le moment, nous avons une petite prise de bec", a-t-il ajouté, assurant que le temps jouait en sa faveur. "Notre économie est très forte. La Chine est très affectée, nous ne le sommes pas".

La croissance du PIB chinois s'est élevée à 6,2% sur un an au second trimestre, soit son niveau le plus bas depuis au moins 27 ans.

L'Australie subira-t-elle les dommages collatéraux de cette guerre commerciale lancée par M. Trump?

Debout aux côtés du président américain dans les salons de la Maison Blanche, M. Morrison a opté pour un ton particulièrement conciliant, se contentant de considérations très vagues sur la capacité de son pays à "s'adapter dans un monde changeant".

Fin juin, depuis Sydney, il avait adopté une posture autrement plus vindicative.

Un conteneur
Un conteneur "China Shipping" à Dortmund, en Allemagne, le 24 juin 2019 ( Ina FASSBENDER / AFP )

"Les tensions commerciales ont augmenté. Les dégâts collatéraux se répandent. Le système commercial mondial est sous pression. Les projections de croissance mondiale sont réévaluées", avait-il mis en garde.

"L'impact de toute nouvelle détérioration ne se limitera pas à ces deux puissances majeures", a-t-il ajouté.

La coalition conservatrice de M. Morrison a été réélue contre toute attente en mai, principalement sur la promesse d'entretenir le remarquable boom économique de l'Australie, qui en est à près de 28 années de croissance continue. Mais celle-ci est en train de s'essouffler.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
2 avis
Note moyenne : 3
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/10/2019

Mauna Kea Technologies annonce les résultats positifs sur l'endomicroscopie à aiguille dans le diagnostic et le management des lésions kystiques du pancréas...

Publié le 14/10/2019

La société Idsud confirme sa politique de soutien aux filiales détenues majoritairement...

Publié le 14/10/2019

Les résultats des banques américaines sont attendues en léger recul au 3e trimestre, sous le double effet du ralentissement conjoncturel et de la baisse des taux qui rabote les marges du secteur.

Publié le 14/10/2019

Compte tenu de la complexité de l'opération projetée, le Conseil d'administration a décidé de procéder à la désignation de cet expert indépendant sans attendre le dépôt formel du projet…

Publié le 14/10/2019

Andrea Rossi a décidé de quitter son poste de CEO d'AXA IM et deviendra conseiller stratégique de Gérald Harlin...