En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 068.05 PTS
-0.33 %
5 061.00
-0.40 %
SBF 120 PTS
4 060.39
-0.40 %
DAX PTS
11 530.95
-0.20 %
Dowjones PTS
25 354.96
-0.35 %
7 095.29
-0.17 %
1.147
-0.34 %

Trump attaque la Banque centrale américaine qu'il juge "trop agressive"

| AFP | 328 | 5 par 1 internautes
Jerome Powell, patron de la Réserve fédérale, le 26 octobre 2018 à Washington
Jerome Powell, patron de la Réserve fédérale, le 26 octobre 2018 à Washington ( SAUL LOEB / AFP/Archives )

La Banque centrale américaine est "trop agressive", "en roue libre" et fait "une grosse erreur" en remontant les taux d'intérêt. Donald Trump s'est livré à une critique en règle de la Fed, qu'il accuse d'être responsable de la chute de Wall Street.

Le président a été piqué au vif par la lourde chute de la Bourse survenue mercredi --qui s'est poursuivie jeudi--, d'autant plus qu'il a fait des records successifs battus par Wall Street depuis son élection, le baromètre du succès de sa politique économique.

En deux jours, le Dow Jones est redescendu à ses niveaux de fin juillet et le Nasdaq, qui concentre énormément de titres technologiques, à ceux de début mai.

Et à moins d'un mois des législatives de mi-mandat, une chute durable du prix des actions serait du plus mauvais effet pour le président et son parti républicain, qui ont fait de l'économie florissante leur principal argument de campagne.

Nombre d'Américains ont investi en Bourse, ne serait-ce que pour leur retraite, et toute chute des prix a un effet négatif sur le moral des ménages.

Contrairement à la tradition de réserve en public adoptée par la plupart de ses prédécesseurs, M. Trump n'hésite pas à tancer publiquement la Fed. "Ils resserrent tellement (les taux)! Je crois que la Fed est tombée sur la tête", a-t-il déploré mercredi soir.

Jeudi, il est revenu à la charge à plusieurs reprises. Tôt le matin lors de son émission matinale préférée, "Fox and Friends", il a souhaité "que la Fed soit moins agressive parce que je pense qu'ils font une grosse erreur".

Plus tard, c'est du cadre solennel du Bureau ovale, que le président est revenu à la charge.

"Je pense que la Fed est en roue libre. Je pense que ce qu'ils font est une erreur (...) elle est beaucoup trop stricte, c'est une erreur et ce n'est pas juste", a-t-il lancé aux journalistes.

Taux d'intérêts de la Fed depuis 2005
Taux d'intérêts de la Fed depuis 2005 ( Gal ROMA / AFP/Archives )

La Banque centrale américaine a commencé à remonter progressivement les taux depuis fin 2015 après avoir alimenté pendant près d'une décennie l'économie américaine en argent pas cher pour relancer la machine après la crise financière de 2008. Et cette politique a marché. La première économie du monde connaît pour le moment une économie à la "Boucle d'or": ni trop chaude, ni trop froide.

L'inflation est maîtrisée, la croissance est robuste et le chômage est au plus bas depuis près de 50 ans.

Mais l'institution présidée par Jerome Powell, nommé par Donald Trump, souhaite éviter la surchauffe tout en signalant très clairement ce qu'elle compte faire jusqu'à la fin de l'année prochaine pour n'effrayer personne: une hausse des taux en décembre et deux ou trois en 2019.

- Grisaille à Wall Street -

Ce resserrement monétaire a provoqué une poussée des taux d'intérêt sur le marché des obligations du Trésor américain qui a commencé à effrayer certains investisseurs en actions.

Les marchés boursiers américains d'abord, et ensuite dans le monde entier, ont affiché de fortes baisses mercredi et jeudi, les investisseurs craignant que la fin de la longue période d'argent facile ne pèse sur les coûts d'emprunt des entreprises et donc sur leurs résultats.

Carte des places boursières dans le monde le 11 octobre 2018
Carte des places boursières dans le monde le 11 octobre 2018 ( Sabrina BLANCHARD / AFP )

Les chocs potentiels de la guerre commerciale avec la Chine ont aussi eu leur part dans ce recul mais M. Trump, qui l'a déclenchée, n'en fait pas mention.

Toujours sensible au commerce et à tout ce qui peut y nuire, le milliardaire a également souligné que le dollar était "devenu très fort", ce qui "rend un peu difficile de faire des affaires".

"Un dollar fort n'est pas entièrement une bonne chose", a-t-il souligné. Il rend les produits américains à l'exportation plus chers et donc moins compétitifs et les importations sont plus attrayantes.

Le déficit commercial des Etats-Unis, que le président voit presque comme une attaque contre sa personne, risque de se creuser encore.

- Indépendance -

Le principal conseiller économique du président, Larry Kudlow est monté au créneau pour assurer que les sorties peu orthodoxes du président ne remettaient aucunement en cause l'indépendance sacro-sainte de la banque centrale.

"Nous savons que la Fed est indépendante", a souligné M. Kudlow sur la chaîne CNBC, affirmant que M. Trump "ne dicte pas sa politique à la Fed".

"Ce qui s'est passé hier (mercredi), de mon point de vue, est une correction normale dans un marché haussier", a-t-il ajouté, parce que "l'Amérique déchire".

Quant au président, interrogé sur le sort qu'il comptait réserver au président de la Fed: "Je ne vais pas le virer", a-t-il lâché. Une opération qui serait de toute façon difficile et politiquement très coûteuse.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

Trader sur le CAC40 avec du levier
Mardi 6 novembre de 12h15 à 13h15

Les Différents Types d'Ordre de Bourse
Mardi 20 novembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/10/2018

BepiColombo a été lancée avec succès...

Publié le 22/10/2018

Rallye (+4,05% à 10,40 euros) continue de faire les gros titres, avec comme sujet principal, la réduction de sa dette. Le groupe a annoncé ce matin que sa filiale Go Sport avait reçu une offre…

Publié le 22/10/2018

Manta Air, la nouvelle compagnie aérienne intérieure de la République des Maldives, a fait l’acquisition de ses deux premiers ATR 72-600 par l’intermédiaire de Nordic Aviation Capital (NAC).…

Publié le 22/10/2018

L'agence de notation AM Best a récemment attribué à Coface North America Insurance Company la note de solidité financière ‘A’ (Excellent). Celle-ci s’accompagne d’une perspective «…

Publié le 22/10/2018

Korian conclut un partenariat avec CAREIT et Primonial REIM dans le cadre du programmede reconfiguration de son parc immobilier, destiné à accélérer...