En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 347.88 PTS
+0.59 %
5 314.5
+0.87 %
SBF 120 PTS
4 224.23
+0.67 %
DAX PTS
12 100.09
+0.74 %
Dowjones PTS
25 585.69
+0.37 %
7 300.96
+0.00 %
1.119
-0.08 %

Trop peu consensuel, l'euro délaissé au sommet européen de Sibiu

| AFP | 415 | 1 par 1 internautes
La réforme de l'euro sera largement ignorée à Sibiu, en Roumanie, où les dirigeants de l'UE se réunissent pour discuter de l'avenir de l'Europe
La réforme de l'euro sera largement ignorée à Sibiu, en Roumanie, où les dirigeants de l'UE se réunissent pour discuter de l'avenir de l'Europe ( Daniel ROLAND / AFP/Archives )

Faute de consensus, la réforme de l'euro, pourtant l'un des acquis de la construction européenne, est largement ignorée jeudi à Sibiu, en Roumanie, où les dirigeants de l'UE se retrouvent pour discuter de l'avenir de l'Europe.

Après deux décennies de vie commune, l'union en grande pompe des pays qui ont adopté la monnaie unique --aujourd'hui 19-- ressemble à un vieux mariage sans amour, marqué par les divisions.

"Nous ne sommes pas dans une crise existentielle, mais il reste beaucoup de travail inachevé. Et je doute fort que Sibiu nous permette de beaucoup avancer", résume Fabian Zuleeg, directeur du European Policy Centre à Bruxelles, interrogé par l'AFP.

Les dirigeants de l'UE préfèrent éviter les sujets qui fâchent lors de cette rencontre, imaginée à l'origine comme un réengagement des 27 États membres en faveur de l'Europe après le départ du Royaume-Uni, qui aurait dû se produire le 29 mars.

"L'objectif de Sibiu, ce n'est pas de discuter vraiment des sujets, mais plutôt d'afficher une unité en se focalisant sur des thèmes consensuels", explique une source européenne. Surtout à deux semaines des élections européennes.

Or, si les Européens s'accordent sur la nécessité de réformer l'euro pour unifier des économies nationales encore très disparates, surtout après la récente crise de la dette, ils ne s'entendent pas sur la méthode.

Les Européens et l'euro
Les Européens et l'euro ( Thomas SAINT-CRICQ / AFP )

Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, attribue cette inaction à la méfiance des pays riches envers leurs partenaires plus pauvres. Sans hésiter à donner des noms.

"Il n'y a pas de progrès dans l'approfondissement de l'union monétaire parce que les Pays-Bas, l'Autriche et trop souvent l'Allemagne s'y opposent quand il s'agit de solidarité", a-t-il regretté vendredi dans le quotidien économique allemand Handelsblatt.

"Libido"

"Nous ne nous aimons plus les uns les autres", a-t-il insisté. "Nous avons perdu notre libido".

Lors de son entrée en fonction en 2017, le président français Emmanuel Macron avait pourtant tenté de redonner de l'appétit à la zone euro, notamment en proposant la création d'un large budget dédié et même la nomination d'un ministre des Finances européen.

Ses idées, encore soutenues à Sibiu par l'Espagne, ont depuis été soit largement édulcorées, soit carrément abandonnées.

A la même époque, Jean-Claude Juncker avait lui aussi présenté des propositions, espérant profiter d'une légère amélioration de l'économie européenne pour les faire avancer.

"Encore un an en arrière (...) beaucoup d'entre nous ont vu un alignement des planètes pour faire avancer la monnaie unique", explique à l'AFP Nicolas Véron, du think tank Bruegel, basé à Bruxelles.

"De toute évidence, ce n'est pas ce qui s'est passé (...) Au sein de l'Eurogroupe (les ministres des Finances de la zone euro, qui s'occupent des questions relatives à l'euro, ndlr), il est clair que rien d'important ne sera conclu dans un avenir proche", ajoute-t-il.

Les rêves de réforme se sont rapidement heurtés aux Pays-Bas, chef de file d'un groupe de plusieurs petits pays réticents --connu sous le nom de "Ligue hanséatique"-- mais aussi aux résistances allemandes, pas toujours affichées au grand jour.

"Certains Etats (...) dépensent plus d'argent qu'ils n'en ont à leur disposition", ce qui représente "un grand danger pour l'euro", a insisté à Sibiu le chancelier conservateur autrichien Sebastian Kurz.

"L'amère réalité est que nous avons une Union dans laquelle une partie de la population, principalement dans le nord-ouest de l'Europe, veut partir", a pour sa part déclaré mardi le ministre néerlandais des Finances, Wopke Hoekstra.

Cette opposition a fortement réduit l'ambition de projet de budget pour la zone euro, sur laquelle les Etats membres devraient finir par s'entendre, et rend encore hypothétique une autre réforme importante: un système européen de garantie des dépôts.

Dans ce contexte délicat, l'Elysée a amorcé un changement de méthode: plus question désormais de négliger les petits pays au profit du seul partenaire allemand.

"La France a longtemps eu du mal à jouer avec plusieurs acteurs. C'est un tort, une perte d'influence. Un changement d'attitude prendra un certain temps", convient un responsable français.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 1
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 30 juin 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 27/05/2019

Accord de partenariat avec l'Institut Pasteur

Publié le 27/05/2019

Les incertitudes liées aux tensions commerciales continuent d'inciter les investisseurs à la prudence, mais une hausse modeste semble...

Publié le 27/05/2019

Renault s'envole de 12% à 56 euros en début de séance à Paris, dopé par la projet de fusion à 50/50 soumis par Fiat Chrysler Automobiles (FCA)...

Publié le 27/05/2019

Après avoir obtenu les avis des instances représentatives du personnel des sociétés concernées, Lagardère et M6 ont signé le contrat de cession du pôle Télévision du groupe Lagardère (hors…

Publié le 27/05/2019

Suspendu depuis jeudi dernier, le titre Recylex gagne 0,46% à 4,35 euros pour se reprise de cotation. Dans un communiqué publié vendredi dernier au soir, le spécialiste du recyclage de métaux…