En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 853.70 PTS
-0.88 %
4 822.0
-1.37 %
SBF 120 PTS
3 857.72
-0.89 %
DAX PTS
10 865.77
-0.54 %
Dowjones PTS
24 100.51
-2.02 %
6 594.96
-2.56 %
1.130
-0.02 %

Travail saisonnier: dans plusieurs régions, les agriculteurs s'opposent à une mesure du budget

| AFP | 516 | Aucun vote sur cette news
Des agriculteurs ont renversé des remorques de fruits et mis le feu à des pneus, sur le rond point d'accès à la plateforme logistique de Saint-Charles de Perpignan, le 24 septembre 2018
Des agriculteurs ont renversé des remorques de fruits et mis le feu à des pneus, sur le rond point d'accès à la plateforme logistique de Saint-Charles de Perpignan, le 24 septembre 2018 ( RAYMOND ROIG / AFP )

Plusieurs centaines d'agriculteurs à Valence, Avignon ou Perpignan, ont manifesté lundi contre la suppression de l'exonération des charges pour les travailleurs saisonniers annoncée par le gouvernement dans le cadre du budget 2019.

Arboriculture, maraîchage, viticulture, horticulture ou production de semences, "c'est l'avenir de pans entiers de la production agricole française qui est en jeu" si l'exonération des charges pour les travailleurs saisonniers n'est pas rétablie, a averti le principal syndicat agricole, FNSEA lundi soir, à l'origine de la mobilisation.

A Valence, venus de la Drôme, de l'Isère et de l'Ardèche, les manifestants - 140, selon la police, 200 selon les organisateurs - ont accroché une banderole "mort à l'emploi agricole" devant la préfecture.

"On demande le maintien du TO/DE (travailleur occasionnel/demandeur d'emploi), afin de trouver des solutions équivalentes sur le long terme. Aujourd'hui, nous n'avons connaissance d'aucune mesure concrète. On attend que l'État se mette en marche", a déclaré à l'AFP Sébastien Richaud, président des Jeunes Agriculteurs de la Drôme.

Jeudi, le ministre de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire, s'est engagé à proposer aux exploitations agricoles touchées par la suppression de l'exonération des charges des "solutions concrètes" pour compenser la fin de ce dispositif et sauvegarder leur compétitivité.

"On a un gouvernement qui ne nous écoute pas", a néanmoins déploré Jérôme Volle, vice-président de la FNSEA et viticulteur en Ardèche. Les protestataires réclament "depuis longtemps" une rencontre avec le ministre de l'Agriculture, Stéphane Travert.

"Nous voulons lui expliquer pourquoi nous avons besoin du TO/DE sur l'ensemble des filières arbo-viti-maraîchage, sans oublier les semences, les pépinières et l'horticulture", a poursuivi M. Volle.

"Le coût de l'emploi, c'est le nerf de la guerre", souligne Rémy Nodin, vigneron à Saint-Péray (Ardèche). "À eux de voir s'ils veulent saigner l'agriculture de notre pays", dit-il.

- La FNSEA inquiète -

A Avignon, près de 200 agriculteurs de la FDSEA et des Jeunes agriculteurs (JA) ont rejoint, avec six tracteurs et une camionnette, la préfecture du Vaucluse.

Vendredi, des producteurs de pommes et de poires avaient arraché deux hectares de pommiers dans l'Hérault pour protester contre la suppression de ce dispositif.

Barrage filtrant au péage de l'autoroute A9 d'agriculteurs de la FNSEA, avec distribution de tracts et de produits locaux aux automobilistes, le 24 septembre 2018 à Perpignan
Barrage filtrant au péage de l'autoroute A9 d'agriculteurs de la FNSEA, avec distribution de tracts et de produits locaux aux automobilistes, le 24 septembre 2018 à Perpignan ( RAYMOND ROIG / AFP )

Dans les Pyrénées-Orientales, à Perpignan, une centaine d'agriculteurs ont installé un barrage filtrant au péage de l'autoroute A9, avec distribution de tracts et de produits locaux aux automobilistes.

Ils ont ensuite contrôlé des camions de fruits venant d'Espagne, renversé des remorques de fruits et mis le feu à des pneus sur le rond point d'accès à une plateforme logistique qui est l'un des principaux sites d'importations de fruits et légumes en France et en Europe.

Selon la FNSEA, la réforme va affecter 930.000 contrats de travail saisonnier en France, et augmenter de 189 euros le coût par salarié saisonnier et par mois.

"Si le gouvernement persiste dans cette voie, la perte pour la Ferme France s'élèvera à bien plus que les 144 millions d'euros que la fin de cette exonération est censée permettre d'économiser" a indiqué la FNSEA dans son communiqué.

"Si on supprime le TO/DE, beaucoup d'activités s'arrêteront", avait estimé récemment la présidente du syndicat, Christiane Lambert, en citant "les asperges, la vigne, les cerises".

Selon elle, "les coûts de production en France sont déjà 36% supérieurs à ceux de l'Italie, 27% à ceux de l'Allemagne et 21% à ceux de l'Espagne", ce qui met en danger les productions françaises par rapport à celles de ces pays.

La FNSEA a calculé que la France a déjà réduit de 56% ses surfaces d'asperges entre 1996 et 2016, alors que dans le même temps l'Allemagne les augmentait de 112%.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/12/2018

Vivendi invoque un "manque substantiel d'indépendance" de 5 administrateurs...

Publié le 14/12/2018

Carbios annonce la nomination de Ian Hudson au poste de Président du Conseil d’administration. Il succède à Jean Falgoux et prendra ses nouvelles fonctions le 1er Janvier 2019, après avoir été…

Publié le 14/12/2018

Le Conseil d'Administration de SoLocal Group, tenu ce jour, a pris acte de la démission d'Arnaud Marion, qui suite à la prise de ses nouvelles fonctions exécutives au sein de Smovengo, a souhaité…

Publié le 14/12/2018

Dans la continuité de la politique de distribution de dividendes des derniers exercices, le Conseil d’administration de Kering a décidé, lors de sa réunion du 14 décembre 2018, le versement…

Publié le 14/12/2018

Compte tenu des bons résultats de 2CRSi en 2018, une prime a été décidée pour tous les salariés du groupe en France...