5 379.54 PTS
-
5 384.00
+0.19 %
SBF 120 PTS
4 281.93
-
DAX PTS
13 008.55
-
Dowjones PTS
23 526.18
-0.27 %
6 386.12
+0.00 %
Nikkei PTS
22 550.85
+0.12 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Travail détaché: un dispositif européen au cœur d'une délicate réforme

| AFP | 84 | Aucun vote sur cette news
En 2014, il y avait 1,9 million de travailleurs détachés dans l’UE
En 2014, il y avait 1,9 million de travailleurs détachés dans l’UE ( PATRICK HERTZOG / AFP/Archives )

Le détachement des travailleurs, qui permet à des Européens de travailler dans un autre pays de l'UE que le leur, en cotisant au système de sécurité sociale de leur pays d'origine, est au cœur d'une délicate réforme.

- Qu'est-ce qu'un travailleur détaché? -

Il s'agit d'un ressortissant de l'Union européenne envoyé par son entreprise dans un autre État membre pour y fournir un service à titre temporaire.

Selon la directive européenne de 1996, que la Commission européenne a proposé de réformer en mars 2016, le travailleur doit au moins être payé au salaire minimum du pays d'accueil, mais continue de payer les cotisations sociales dans son pays d'origine.

Le nombre de travailleurs détachés a augmenté de près de 45% entre 2010 et 2014, selon les statistiques de l’UE les plus récentes. On dénombrait 1,9 million de détachements dans l'Union en 2014, contre 1,7 million en 2013 et 1,3 million en 2010. Un détachement dure en moyenne quatre mois.

Au total, les travailleurs détachés ne représentent que 0,7% du nombre total d'emplois dans l’Union.

- Où travaillent-ils? -

Certains secteurs et certains États membres présentent une plus forte concentration de détachements que d'autres.

Le secteur de la construction regroupe à lui seul 43,7% du nombre total de détachements, bien que le recours au détachement soit également important dans l’industrie manufacturière (21,8%), les services liés à l’éducation, à la santé et à l’action sociale (13,5%) et les services aux entreprises (10,3%), selon des chiffres de la Commission européenne.

Travailleurs détachés reçus et envoyés par l'Allemagne, la France et la Pologne (infographie)
Travailleurs détachés reçus et envoyés par l'Allemagne, la France et la Pologne (infographie) ( Camille ROMANO / AFP )

L'Allemagne, la France et la Belgique sont les trois États membres qui attirent le plus de travailleurs détachés, puisqu’ils reçoivent à eux trois environ 50% de l’ensemble des travailleurs accueillis dans le cadre d’un détachement. Parallèlement, la Pologne, l'Allemagne et la France sont les trois États membres qui détachent le plus de travailleurs.

- Quels problèmes pose ce statut? -

Depuis la directive de 1996, la conjoncture économique et la situation du marché du travail ont nettement changé. Avec l'élargissement de l'UE en 2004, où dix nouveaux pays, principalement de l'Est, sont entrés dans l'Union, suivis par la Roumanie et la Bulgarie en 2007, le marché unique s'est élargi et les écarts salariaux se sont creusés, ce qui a incité les entreprises à recourir au détachement pour tirer profit de ces écarts.

En outre, étant donné qu'avec la directive de 1996, les entreprises détachant des travailleurs ne sont tenues de respecter que les taux de salaire minimum en vigueur dans le pays d'accueil, il existe souvent d'énormes écarts entre le salaire des travailleurs détachés et celui des travailleurs locaux, surtout dans les États membres où les salaires sont relativement élevés.

Dans certains secteurs et dans certains États membres, les travailleurs détachés percevraient un salaire jusqu'à 50% inférieur à celui des travailleurs locaux.

L'existence d'écarts salariaux importants fausse la concurrence entre les entreprises, ce qui nuit au bon fonctionnement du marché unique.

De plus, le détachement fait l'objet de nombreux détournements: non-déclaration, rémunérations inférieures au salaire minimum, dépassement des durées maximales de travail, hébergement indigne, etc.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 30 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 24/11/2017

Laurent-Perrier a vu son bénéfice net part du groupe chuter de 23,9% au premier semestre, clos fin septembre, pour atteindre 7,9 millions d'euros. Il est fortement impacté par une charge…

Publié le 24/11/2017

SCBSM dévoile au titre de son premier trimestre 2017-2018 des revenus locatifs des actifs stabilisés de 3,9 millions d'euros, en hausse de de +5,1%...

Publié le 24/11/2017

Paragon ID (ASK), spécialiste de identification dédié aux marchés de l'e.ID, du Transport & Smart Cities, a enregistré un chiffre d'affaires consolidé de 27,4 millions d'euros au premier…

Publié le 24/11/2017

Paref fait part de la nomination de Julien Renaud-Perret en qualité de Directeur du Développement et d'Antoine Onfray en qualité de Directeur...

Publié le 24/11/2017

Ask (Paragon ID) annonce, au titre de son premier trimestre 2017-2018, un chiffre d'affaires consolidé de 27,4 ME, en progression de +145%...

CONTENUS SPONSORISÉS