En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 409.43 PTS
-0.36 %
5 416.00
-0.24 %
SBF 120 PTS
4 333.74
-0.30 %
DAX PTS
12 561.02
+0.16 %
Dowjones PTS
25 064.36
+0.18 %
7 357.90
-0.24 %
Nikkei PTS
22 597.35
-

Travail détaché: eurodéputés et pays membres prêts à négocier

| AFP | 311 | Aucun vote sur cette news
Les négociations communes sur la réforme de la directive du travail détaché entre les 28 pays de l'UE, la Commission et les eurodéputés devraient débuter en novembre
Les négociations communes sur la réforme de la directive du travail détaché entre les 28 pays de l'UE, la Commission et les eurodéputés devraient débuter en novembre ( PATRICK HERTZOG / AFP/Archives )

Les négociations communes sur la réforme de la directive du travail détaché entre les 28 pays de l'UE, la Commission et les eurodéputés devraient débuter en novembre, a annoncé mercredi le Parlement européen.

Appelées "trilogue" dans le jargon européen, ces négociations doivent aboutir à un compromis entre les positions des institutions.

Les discussions peuvent se conclure en quelques semaines quand les positions sont proches, ou se poursuivre pendant des mois, voire un ou deux ans, si elles sont trop éloignées.

La Parlement a donné mercredi son feu vert définitif pour la refonte de cette directive de 1996, sans passer par le vote en plénière initialement envisagé pour jeudi.

Les 28 ministres du Travail de l'UE --le Conseil-- s'étaient eux entendus lundi sur une position commune, malgré l'opposition de la Pologne, la Hongrie, la Lituanie et la Lettonie, un dossier dans lequel le président français Emmanuel Macron s'était beaucoup engagé.

Selon cette réforme, présentée en mars 2016 par la Commission européenne, un détaché doit recevoir la même rémunération qu'un travailleur local: non seulement le salaire minimum du pays d'accueil (comme c'était le cas dans la directive de 1996), mais aussi tous les bonus prévus dans ce pays (comme prime de froid, de pénibilité, d'ancienneté, treizième mois, etc).

Lors des négociations à venir, deux points risquent de poser problème entre les eurodéputés et le Conseil.

Premièrement, la durée maximale du détachement: le Parlement s'est entendu sur 24 mois --comme l'avait proposé la Commission-- le Conseil sur 12 mois (ce que réclamait M. Macron), éventuellement prolongeable de 6 mois si le pays d'accueil accepte une demande de l'entreprise.

Deuxièmement: le transport routier. Pour les eurodéputés, la directive réformée doit s'appliquer aux chauffeurs, le temps qu'une autre législation spécifique au secteur routier, présentée en mai dernier par la Commission, entre en vigueur.

A l'inverse, le Conseil veut que l'ancienne directive du travail détaché de 1996 (et non la nouvelle révisée) s'applique aux chauffeurs routiers jusqu'à ce que la directive qui leur est spécifique entre en oeuvre.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/07/2018

L'étude permettait d'étudier la faisabilité et la facilité d'utilisation et la satisfaction des patientes utilisant eCO...

Publié le 16/07/2018

Myrian 2.4 intègre de nouveaux outils de diagnostic exclusifs...

Publié le 16/07/2018

Résultats trimestriels...

Publié le 16/07/2018

Retour d'assemblée générale...

Publié le 16/07/2018

"Ces partenariats sont construits en conformité avec les règles du droit de la concurrence", assure Carrefour...