En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 116.79 PTS
-0.55 %
5 124.50
-0.38 %
SBF 120 PTS
4 108.96
-0.35 %
DAX PTS
11 610.50
-0.89 %
Dowjones PTS
25 550.31
-0.61 %
7 182.27
-1.32 %
1.150
+0.04 %

Travail détaché: colère des entreprises allemandes contre la bureaucratie française

| AFP | 354 | Aucun vote sur cette news
Les entreprises allemandes s'agacent des exigences imposées par l'administration française aux employeurs étrangers qui détachent leurs salariés en France
Les entreprises allemandes s'agacent des exigences imposées par l'administration française aux employeurs étrangers qui détachent leurs salariés en France ( FRANCK FIFE / AFP/Archives )

"Une usine à gaz", une "paperasserie" complexe et chronophage: de nombreuses entreprises allemandes s'agacent des exigences imposées par l'administration française aux employeurs étrangers qui "détachent" leurs salariés en France, au point de crier parfois au "retour des frontières" en Europe.

L'agacement risquait même de se transformer en indignation le 1er janvier 2018, car ces formalités étaient censées devenir payantes, avec l'instauration d'un "droit de timbre" de 40 euros par mission de détachement.

La nouvelle taxe n'entrera cependant pas en vigueur: quelques jours avant Noël, le ministère français du Travail a annoncé qu'il y renonçait en raison notamment des doutes émis par la Commission européenne sur la légalité d'une telle mesure.

Reste que certaines des entreprises concernées, notamment celles implantées près de la frontière et qui veulent effectuer une prestation de service à quelques kilomètres, en France, voient une forme de "protectionnisme déguisé" dans ces mesures imposées depuis 2015.

Un marchand de meubles veut envoyer un technicien pour installer une cuisine chez un client français? Une PME veut missionner un de ses représentants dans un salon de recrutement en Alsace? Sous peine d'amende, les employeurs concernés doivent en faire la déclaration préalable auprès de l'administration française, via un portail internet dédié. Ces règles visent à faciliter le contrôle des travailleurs détachés pour mieux lutter contre le dumping social.

- 'Reconstruire des frontières' -

Des passants marchent devant le ministère du Travail à Paris, le 29 juillet 2010
Des passants marchent devant le ministère du Travail à Paris, le 29 juillet 2010 ( MIGUEL MEDINA / AFP/Archives )

Mais pour de nombreuses entreprises visées, les formalités sont trop complexes et fastidieuses, au point de décourager les employeurs - y compris les entreprises "honnêtes" qui respectent la réglementation sur les salaries et les charges sociales - de venir effectuer des prestations en France.

"Tout ça nous prend beaucoup de temps, et ne nous permet pas de réagir rapidement aux demandes de nos clients", explique à l'AFP Maik Förster, patron de la société allemande Stage Concept, qui vend des prestations de sonorisation et d'éclairage. "Si un client nous sollicite deux jours avant un événement, nous n'avons pas le temps de faire les déclarations nécessaires", déplore M. Förster, qui dit "ne pas comprendre qu'on puisse ainsi reconstruire des frontières en Europe".

L'obligation de déclarer au préalable le détachement d'un salarié découle de la directive européenne sur les travailleurs détachés - dans sa version de 1996, toujours en vigueur, même si elle fait actuellement l'objet d'une renégociation - et plus exactement d'une loi de 2015 qui a modifié certains effets de cette directive dans le droit français.

Le seul fait d'omettre la déclaration préalable est désormais passible d'une amende administrative de 2.000 euros par mission concernée.

"Nous avons eu le cas d'un cuisiniste qui a dû payer 8.000 euros d'amende! A cause de ces contrôles, les entreprises ont peur", témoigne Pascale Mollet-Piffert, en charge de ces questions à la chambre de commerce et d'industrie (IHK) de Lahr et Fribourg (sud-ouest de l'Allemagne).

- Un 'correspondant français' -

"Un vendeur d'électroménager ne peut même plus livrer une machine à laver à un client français sans être soumis à cette obligation. Et il faut recommencer la procédure à zéro pour chaque mission", déplore-t-elle.

Selon un sondage en ligne mené l'été dernier par l'IHK de Lahr, 30% des entreprises concernées indiquent avoir réduit leur activité en France du fait de ces procédures. Et quasiment la moitié dénonce "un obstacle bureaucratique".

Affichage dans un centre d'impôts à Balma, près de Toulouse, le 13 novembre 2017
Affichage dans un centre d'impôts à Balma, près de Toulouse, le 13 novembre 2017 ( REMY GABALDA / AFP/Archives )

Parmi les pesanteurs dénoncées, le fait que le portail internet ne soit disponible qu'en français et en anglais, mais aussi l'obligation pour les employeurs de désigner un "correspondant" maîtrisant un minimum le français, chargé de les représenter dans leurs démarches auprès de l'administration.

"Nous n'avons pas forcément des agents germanophones", se défend Philippe Sold, de la direction régionale du Travail à Strasbourg. "Nous assumons d'être rigoureux" sur l'obligation de déclarer le détachement au préalable, "car sinon, comment nos agents sauraient-ils où mener des contrôles?", explique-t-il à l'AFP.

Seule éclaircie en vue pour les entreprises concernées: le ministère français du Travail vient d'indiquer qu'il pourrait simplifier la procédure début 2018, notamment en faisant en sorte que la déclaration préalable soit valable pour une année entière.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

Trader sur le CAC40 avec du levier
Mardi 6 novembre de 12h15 à 13h15

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/10/2018

REMY COINTREAULe groupe de spiritueux publiera son chiffre d'affaires du deuxième trimestre.ICADELe groupe immobilier publiera (avant Bourse) son chiffre d'affaires du troisième trimestre.source :…

Publié le 18/10/2018

16h00 aux Etats-UnisVentes de logements anciens de septembresource : AOF

Publié le 18/10/2018

Travelers recule de 0,58% à 125,71 dollars, évoluant globalement en ligne avec le Dow Jones malgré des bénéfices meilleurs que prévu au troisième trimestre. Le groupe a enregistré un bond de…

Publié le 18/10/2018

Casino se reprend après avoir été malmené depuis la mi-journée, suite à des informations circulant dans la presse : Rallye, la maison mère du groupe aurait manipulé les comptes. C’est en…

Publié le 18/10/2018

Par courrier reçu le 18 octobre 2018 par l'AMF, la société FIL Limited (Pembroke, Iles des Bermudes) a déclaré à l'Autorité française des marchés...