5 317.37 PTS
-
5 334.5
+0.52 %
SBF 120 PTS
4 256.95
-
DAX PTS
12 483.79
+0.18 %
Dowjones PTS
25 309.99
+1.39 %
6 896.60
+1.99 %
Nikkei PTS
22 189.80
+1.36 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Transports: début des études sur l'avenir des grands projets suspendus

| AFP | 171 | Aucun vote sur cette news
La ministre des Transports Elisabeth Borne quitte l'Elysée le 22 septembre 2017
La ministre des Transports Elisabeth Borne quitte l'Elysée le 22 septembre 2017 ( PHILIPPE LOPEZ / AFP/Archives )

Le gouvernement, qui a suspendu début juillet une vingtaine de projets d'infrastructures de transports, a annoncé mardi qu'il débute les études afin de déterminer l'avenir de ces projets, en vue d'un arbitrage d'ici au début 2018.

La pause dans les projets d'infrastructures de transports annoncée le 1er juillet par Emmanuel Macron "était une première étape", a affirmé mardi la ministre des Transports Elisabeth Borne, assurant que le gouvernement prépare "désormais la sortie de la pause".

"Il ne faudrait pas confondre pause et remise en cause des projets", a-t-elle souligné mardi lors de l'inauguration des Rencontres nationales du transport public à Marseille.

L'objectif est désormais d'étudier les besoins, les solutions alternatives et moins coûteuses, ou encore d'étaler certains projets en plusieurs phases.

Selon un calendrier déjà connu, un projet de loi de programmation des infrastructures doit ensuite être présenté début 2018, "dans lequel on repart sur des projets équilibrés", a précisé Elisabeth Borne lors d'un point presse.

Le gouvernement s'appuiera sur les travaux du Conseil d'orientation des infrastructures, mis en place dans le cadre des Assises de la mobilité et présidé par Philippe Duron,ex-député (PS) du Calvados, qui devra, notamment "regarder l'état d'avancement et des réflexions en cours" sur ces projets, selon la ministre.

Ces projets de LGV, autoroutes, canal, qui avaient été mis entre parenthèses, ne verront pas tous le jour, du moins sous leur forme initialement prévue.

"Le sens de cette pause, c'était de nous inviter collectivement à penser la mobilité et nos infrastructures autrement, à procéder à un nouveau départ", a plaidé la ministre, constatant que "les uns et les autres sont amenés à se réinterroger sur le bien-fondé de chaque projet, sur son financement, sur sa gouvernance, sur son calendrier".

"Certains projets ne sont déjà plus les mêmes aujourd'hui que lorsque nous sommes arrivés aux responsabilités", a-t-elle salué.

Elisabeth Borne a par ailleurs affirmé que "l'ouverture à la concurrence ne doit pas attendre 2023".

"Je pense que la bonne façon d'avancer, ce n'est pas d'attendre la dernière minute, mais c'est d'avancer progressivement, intelligemment, (...) avec l'ensemble des acteurs", a-t-elle ajouté.

Les services ferroviaires gérés par les régions, les TER, pourront être ouverts à la concurrence à partir de 2019 et au plus tard en 2023, selon les textes européens, dont l'application en France nécessite une modification législative.

L'ancien PDG d'Air France-KLM, Jean-Cyril Spinetta, chargé par le gouvernement de mener une réflexion sur l'avenir du ferroviaire, "rendra ses propositions en janvier", selon Mme Borne.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/02/2018

Paris, France, le 23 février 2018 : EURO Ressources S.A. (« EURO » ou la « Société ») (Paris : EUR) a publié aujourd'hui ses résultats financiers audités,…

Publié le 23/02/2018

Cette transaction est soumise à l'approbation des autorités de la concurrence néerlandaises...

Publié le 23/02/2018

543.556 actions nouvelles émises dans le cadre de cette seconde tranche, au prix de 3,83 E par action...

Publié le 23/02/2018

La période de souscription est ouverte du lundi 26 février au vendredi 16 mars 2018 inclus....

Publié le 23/02/2018

Les cédants viennent d'engager des discussions avec FFC sur les conséquences de cette ordonnance...

CONTENUS SPONSORISÉS