En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 518.45 PTS
-
5 522.0
+0.25 %
SBF 120 PTS
4 352.83
+0.17 %
DAX PTS
12 308.53
-0.19 %
Dowjones PTS
26 504.00
+0.15 %
7 667.74
+0.42 %
1.123
+0.07 %

"Toy Story", marqueur de l'évolution technologique des studios Pixar

| AFP | 196 | 5 par 1 internautes
L'entrée des studios Pixar, le 29 novembre 2016 à Emeryville, en Californie
L'entrée des studios Pixar, le 29 novembre 2016 à Emeryville, en Californie ( Frankie TAGGART / AFP/Archives )

Avant de se lancer dans l'aventure de "Toy Story" en 1995, Pixar n'avait jamais réalisé un film de plus de cinq minutes et ne comptait ni directeur artistique ni scénariste parmi sa petite vingtaine d'employés.

Aujourd'hui, la firme d'Emeryville, près de San Francisco (Californie), est devenue le plus grand studio d'animation du monde, et ses progrès se mesurent à l'aune des succès remportés par les jouets de son emblématique saga, dont le quatrième opus sort fin juin.

Pixar compte à présent plus de 1.200 salariés et a modernisé son logiciel d'animation, baptisé RenderMan, avant chaque nouveau film pour donner encore plus de vie et de réalisme à ses personnages.

Au tout début, "le plastique était notre ami, c'était le seul matériau que notre programme manipulait bien", reconnaît le directeur technique Bill Reeves, chez Pixar depuis sa création en 1986. "C'est sans doute l'une des raisons pour lesquelles nous avons choisi ces jouets comme personnages pour notre premier long métrage", explique-t-il à l'AFP lors d'une visite de Pixar.

Bob Polly, chef décorateur, se souvient lui aussi à quel point l'animation des "humains" dans les deux premiers épisodes de la série était laborieuse.

"Au fil des ans, on s'est améliorés. Les outils sont meilleurs. Et je pense qu'on a atteint un stade où les humains sont bien plus séduisants et n'ont plus l'air étrange", estime-t-il.

Pour s'en rendre compte, il suffit de suivre l'évolution d'Andy, le petit garçon propriétaire de tous ces jouets, qui au gré des épisodes de "Toy Story" a gagné quelques cheveux et un grand nombre d'expressions faciales qui le rendent plus humain.

Un ballon géant représentant le personnage de Buzz l'Eclair, le 14 août 2015 à Anaheim, en Californie
Un ballon géant représentant le personnage de Buzz l'Eclair, le 14 août 2015 à Anaheim, en Californie ( Mark RALSTON / AFP/Archives )

Bret Parker a rejoint Pixar en 1996 et a travaillé sur l'animation des principaux héros de "Toy Story", comme Woody le cowboy ou Buzz l'Eclair. "J'aime les premiers films mais parfois je les regarde et je me dis: +bon sang, si seulement nous avions eu un peu de la technologie que nous utilisons maintenant, j'aurais fait quelque chose de bien plus riche et abouti+", lance-t-elle.

Logiciel "primitif"

L'idée d'un long métrage d'animation entièrement fabriqué à l'aide d'ordinateurs remonte au début des années 1980, lorsque Pixar a cessé d'être seulement le département informatique de Lucasfilm ("Star Wars", "Indiana Jones", etc.) pour devenir un studio à part entière.

Mais les équipes ont dû travailler sur la technologie ad hoc jusqu'en 1991, avec quelques courts-métrages et publicités dans l'intervalle, pour pouvoir proposer à Disney un film mettant en scène des jouets.

"Une partie de notre présentation était une démo avec une marionnette de ventriloque et un bonhomme de l'espace qui s'appelait Lunar Larry", se souvient Bill Reeves. "Ils ont dit oui, ont accepté de financer le film, et on s'est demandé: +Qu'est-ce qu'on fait maintenant?+"

Ces pantins (créés par John Lasseter, qui a quitté Disney l'an dernier en raison de multiples accusations de harcèlement sexuel) ont rapidement évolué pour devenir les Woody et Buzz l'Eclair que nous connaissons aujourd'hui.

Mais concevoir 81 minutes de film était une autre paire de manches, avec un logiciel "très primitif" capable seulement de réaliser des dessins et des animations. "L'éclairage, les ombres, la texture... tout ça était fait par écrit dans un programme, il n'y avait pas de retour visuel sur ce que nous faisions", raconte Bill Reeves.

"Tout ce qu'on pouvait faire, c'était rentrer des commandes, puis espérer et prier pour qu'on obtienne ce qu'on voulait quand arrivait enfin l'image", poursuit-il.

Un quart de siècle, vingt films et neuf Oscars du meilleur film d'animation plus tard pour le studio, "Toy Story 4" peut s'enorgueillir d'un niveau de détails inégalé. Désormais une équipe est même chargée de prendre en compte la disposition du gravier sur une allée ou le rendu des centaines d'objets exposés dans une boutique d'antiquités. Ce travail de titan peut prendre des années, même avec les technologies dernier cri.

A l'avenir, Pixar évoluera sans "Toy Story" et ses jouets: le studio a promis que le quatrième épisode serait aussi le dernier.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE DE BOURSE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 08 juillet 2019

CODE OFFRE : EVASION19

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : EVASION19 lors de votre ouverture de compte.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/06/2019

Le sous-groupe allemand a demandé un report au 31 juillet de la date d'échéance du financement-relais accordé par Glencore International AG jusqu'au 30 juin...

Publié le 19/06/2019

Safran Electronics & Defense, Hensoldt Optronics et Mades ont signé des accords de coopération pour développer ensemble l'Euroflir 610...

Publié le 19/06/2019

A nouveau, le Conseil d'administration de la société soumettra prochainement au vote des actionnaires réunis en assemblée générale ordinaire et extraordinaire, deux résolutions...

Publié le 19/06/2019

Pour accompagner la transformation digitale du secteur aérien

Publié le 19/06/2019

Capgemini signe avec Airbus le « Skywise Partners » Programme Agreement. Objectif : développer et proposer les services data de la plateforme Skywise aux compagnies aériennes. Aujourd'hui, plus de…