En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 425.90 PTS
+0.24 %
5 414.50
+0.39 %
SBF 120 PTS
4 299.02
+0.31 %
DAX PTS
11 789.78
+1.14 %
Dowjones PTS
26 063.86
+0.58 %
7 380.51
+0.74 %
1.135
+0.16 %

Top départ pour l'index d'égalité hommes-femmes dans les grandes entreprises

| AFP | 666 | 4 par 2 internautes
Les grandes entreprises françaises ont commencé à publier leur index de l'égalité hommes-femmes, visant à réduire les inégalités professionnelles
Les grandes entreprises françaises ont commencé à publier leur index de l'égalité hommes-femmes, visant à réduire les inégalités professionnelles ( JOHN THYS / AFP/Archives )

Les grandes entreprises françaises ont commencé vendredi à publier leur index de l'égalité hommes-femmes, visant à réduire les inégalités professionnelles, un nouveau thermomètre accompagné de pénalités financières.

Les entreprises de plus de 1.000 salariés -- environ 1.400 sont concernées -- ont jusqu'à minuit pour publier leur "index", une note globale sur 100 décomposée en cinq critères.

Si l'entreprise passe sous la barre des 75 points, elle aura trois ans pour améliorer la situation, faute de quoi elle passera à la caisse. Il est prévu que la sanction puisse aller juqu'à 1% de la masse salariale.

En France, les femmes sont payées en moyenne, tous postes confondus, 25% de moins que les hommes. A poste et âge égaux, l'écart est de 9% alors que le principe "à travail égal, salaire égal" est gravé dans la loi depuis 45 ans.

Entre les temps partiels subis, le plafond de verre pour les postes à responsabilité, la faible mixité de certains emplois ou encore la mise au placard au retour du congé maternité, la situation des femmes au travail n'est pas toujours rose.

La loi "avenir professionnel" adoptée à l'été 2018 assigne aux employeurs l'objectif de "suppression des écarts de rémunération entre les femmes et les hommes" et une obligation de transparence.

Le décret mettant en place l'index a été publié début janvier.

Les entreprises ont désormais "une obligation de résultats", aime à répéter la ministre du Travail Muriel Pénicaud.

Les cinq critères composant l'index sont: l'écart de rémunération femmes-hommes (noté sur 40 points), l'écart dans les augmentations annuelles (20 points), l'écart dans les promotions (15 points), les augmentations au retour de congé maternité (15 points) et enfin la présence de femmes parmi les plus gros salaires de l'entreprise (10 points).

Quadruplement des contrôles

Depuis jeudi, plusieurs entreprises ont communiqué.

Comme le géant du luxe LVMH, dont la note globale est de 90/100, le constructeur ferroviaire Alstom 95/100 ou encore La Poste qui pointe à 94/100. Le sidérurgiste Arcelor-Mittal a publié la note pour trois de ses entités: 89/100 pour Atlantique et Lorraine, 83/100 pour Méditerranée et 73/100 pour la filiale ArcelorMittal Industeel.

Les entreprises ont l'obligation de publier la note globale, pas l'ensemble des critères. Certaines ont néanmoins choisi de publier le détail.

La CGT estime que les modalités retenues dans le détail pour le calcul de l'index "permettant de dissimuler des écarts de rémunération", s'étonne de "premières notes publiées excellentes" alors "que la situation des femmes de ces entreprises l'est beaucoup moins!".

Au sein des entreprises, les comités d'entreprises (CE) ou les nouveaux comités sociaux et économiques (CSE) qui les remplacent, peuvent demander le détail de la note.

La ministre du Travail, aux côtés de Marlène Schiappa, secrétaire d'État à l'Égalité entre les femmes et les hommes, a prévu de donner quelques résultats consolidés mardi.

Selon une simulation du ministère du Travail, ce nouvel index couvrira plus de 80% des salariés.

Les entreprises de moins de 1.000 salariés vont bénéficier de plus de temps pour calculer leur note. Celles de 250 salariés et plus ont jusqu'au 1er septembre 2019 et les entreprises entre 50 et 250 salariés jusqu'au 1er mars 2020 pour la publier.

Au sein du Conseil supérieur de l'égalité professionnelle, "un groupe de travail" sera chargé d'élaborer "un calculateur" pour les entreprises, ainsi qu'un "guide méthodologique", afin d'aider en particulier les plus petites entreprises.

Celles de moins de 250 salariés appliqueront un index avec quatre critères (fusionnant les deux critères sur les chances d'augmentation et de promotion).

Pour faire respecter ces nouvelles obligations destinées à lutter contre l'inégalité salariale homme-femme, l'exécutif prévoit le quadruplement des contrôles de l'inspection du travail.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
2 avis
Note moyenne : 4
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 15 avril 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/03/2019

La Cour d'appel de Versailles a rejeté le 12 mars la demande d'EDF tendant à mettre en cause directement Engie dans des faits allégués de démarchages...

Publié le 19/03/2019

La division Industrie de Spie Industrie & Tertiaire et Prediktas viennent de signer un partenariat pour la commercialisation et l'exploitation d'une...

Publié le 19/03/2019

Fox Corp fait ses débuts sur le Nasdaq ce mardi, scindé de la 21st Century Fox, dont les actifs cinématographiques et télévisuels sont repris par Walt...

Publié le 19/03/2019

Par courrier reçu le 19 mars 2019 par l'AMF, la société Harris Associates L...

Publié le 19/03/2019

Les spéculations ont repris de plus belle concernant un possible rapprochement entre Fiat Chrysler Automobiles (+4,47% à 15,18 dollars) et PSA (+2,24% à 22,78 euros). Tout a découlé d’une…