En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 680.50 PTS
+0.38 %
5 679.00
+0.34 %
SBF 120 PTS
4 477.75
+0.29 %
DAX PTS
12 464.98
+0.06 %
Dowjones PTS
27 094.79
-0.19 %
7 901.79
+0.00 %
1.103
-0.12 %

Tokyo clôt son sommet africain par un coup de griffe à la Chine

| AFP | 237 | Aucun vote sur cette news
Le Premier ministre japonais Shinzo Abe répond aux questions des journalistes lors de la Conférence internationale sur le développement de l'Afrique, le 30 août à Yokohama, dans le centre de l'archipel nippon
Le Premier ministre japonais Shinzo Abe répond aux questions des journalistes lors de la Conférence internationale sur le développement de l'Afrique, le 30 août à Yokohama, dans le centre de l'archipel nippon ( Toshifumi KITAMURA / AFP )

Les investisseurs étrangers en Afrique devraient veiller à ne pas surendetter les pays hôtes, a lancé vendredi le Premier ministre japonais en guise de point d'orgue à un sommet sur l'Afrique, une allusion à peine voilée aux gigantesques projets chinois.

"En apportant une assistance à l'Afrique, nous devons tenir compte du fardeau de la dette du pays qui reçoit cette aide et faire en sorte que ce fardeau ne devienne pas excessif", a déclaré M. Abe au cours de la conférence de presse clôturant la Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l'Afrique (Ticad) qui a réuni plus de 50 pays du continent à Yokohama, dans la banlieue de la capitale nippone.

Dans une déclaration finale publiée plus tôt, les participants de ce sommet co-organisé avec l'ONU, la Banque mondiale et l'Union africaine avaient souligné l'importance d'investissements "abordables" et "de qualité".

La Chine, qui a emboîté le pas au Japon avec sa propre conférence sur le développement en Afrique, le dépasse à présent largement par les sommes qu'elle engage: 60 milliards de dollars en nouveaux financements promis au cours du sommet Chine-Afrique de l'an dernier, le double exactement des engagements de la précédente Ticad, en 2016.

Formation d'experts

Le projet d'infrastructures des "Nouvelles routes de la soie", lancé en 2013 par Pékin pour relier l'Asie, l'Europe et l'Afrique à la Chine, a été accusé de favoriser les entreprises et ouvriers chinois au détriment des économies locales, d'enferrer les pays hôtes dans la dette et de ne pas tenir compte des droits humains et de l'environnement.

"Si des pays partenaires sont profondément endettés, cela gêne les efforts de tout le monde pour entrer sur le marché", avait déjà déclaré jeudi M. Abe devant des dirigeants africains.

Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Geng Shuang n'avait pas tardé à réagir vivement, qualifiant depuis Pékin ces propos de "spéculations déraisonnables".

M. Abe en avait profité pour faire la promotion de dispositifs de financement et d'assurance d'institutions japonaises soutenues par le gouvernement, lesquelles privilégient selon lui des investissements "de qualité".

Dans les trois prochaines années le Japon prévoit aussi de former dans 30 pays africains des experts à la gestion des risques financiers et de la dette publique, avait ajouté M. Abe.

Un nouveau chiffre du total des investissements japonais à venir en Afrique n'avait pas été divulgué vendredi.

"Trop d'insécurité"

Les analystes ne s'attendaient pas dans les jours ayant précédé ce sommet à voir le Japon faire la course au chiffre.

Tokyo choisit de se différencier en affichant une volonté d'accompagner ses investissements d'un "développement des ressources humaines", selon les termes employés par un diplomate chargé de la Ticad qui n'avait lui pas hésité à citer nommément la Chine en comparaison.

Depuis la création de la Ticad en 1993, le Japon "n'a cessé de soutenir un développement centré sur les êtres humains tout en respectant l'initiative africaine. L'idée que les ressources humaines sont au centre du développement, c'est l'expérience des Japonais", a vanté vendredi M. Abe, en réponse à une question sur la particularité des investisseurs nippons par rapport à ceux de la Chine, d'Europe ou des Etats-Unis.

La septième édition de la Ticad, qui s'est tenue sur trois jours, a mis l'accent sur les investissements du secteur privé plutôt que des financements publics au développement.

Un accord préliminaire a par exemple été signé jeudi entre le gouvernement ivoirien et le géant automobile nippon Toyota pour implanter à terme une usine de montage de véhicules en Côte d'Ivoire, mais ce projet n'a pas été davantage détaillé.

La déclaration finale salue aussi les efforts internationaux pour réduire les risques des investissements privés.

Lors d'un panel jeudi sur la gestion des forêts, un sujet qui préoccupe la planète entière depuis les feux en Amazonie - un haut responsable de République démocratique du Congo a été plus direct.

"Dans mon pays, il y a l'insécurité et dans beaucoup de pays africains il y a trop d'insécurité", a déclaré Benjamin Toirambe, secrétaire général du ministère congolais de l'Environnement et du Développement durable.

"Un investisseur ne peut pas amener de l'argent dans un pays où aujourd'hui on dit qu'on a tué ceci, qu'on a pillé cela (...). Or c'est grâce en premier lieu aux investisseurs privés qu'on peut bien gérer les ressources forestières", a-t-il ajouté.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE DE BOURSE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 23 septembre 2019

CODE OFFRE : RENTREE19

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE19 lors de votre ouverture de compte.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/09/2019

Par courrier reçu le 20 septembre 2019 par l'AMF, la société Yacktman Asset Management LP (Austin, Texas), agissant pour le compte de clients et de...

Publié le 20/09/2019

Le Comité des médicaments à usage humain - CHMP - de l'Agence européenne des médicaments a rendu un avis favorable à une troisième indication de...

Publié le 20/09/2019

un PE de 10 sur les attentes 2019

Publié le 20/09/2019

Alten (+6,29% à 110 euros) est solidement installé en tête de l’indice SBF 120, le relèvement de recommandation de Société Générale amplifiant l’impact positif d’une performance…

Publié le 20/09/2019

Au premier semestre, clos fin juillet, ESI Group a essuyé une perte nette de 7,1 millions d'euros contre une perte de 7,9 millions d'euros, un an plus tôt. La perte opérationnelle courante a suivi…