5 366.15 PTS
-
5 364.00
-
SBF 120 PTS
4 270.60
-
DAX PTS
13 167.54
+0.83 %
Dowjones PTS
23 590.83
+0.69 %
6 378.63
+1.11 %
Nikkei PTS
22 646.08
+1.02 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Tillerson: Pékin doit utiliser le pétrole comme levier sur Pyongyang

| AFP | 172 | Aucun vote sur cette news
Le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson, le 14 septembre 2017 à Londres
Le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson, le 14 septembre 2017 à Londres ( HANNAH MCKAY / POOL/AFP )

La Chine doit utiliser le levier de ses exportations de pétrole vers la Corée du Nord pour faire pression sur le régime de Pyongyang en vue d'une résolution diplomatique de la crise nucléaire nord-coréenne, a déclaré jeudi le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson.

Le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté lundi à l'unanimité de nouvelles sanctions contre la Corée du Nord après le dernier essai nucléaire nord-coréen.

Mais le projet d'embargo pétrolier total initialement présenté par les Etats-Unis a été revu nettement à la baisse pour obtenir l'aval de la Pékin, qui fournit à Pyongyang l'essentiel de son pétrole et dispose d'un droit de veto.

"Il est clair qu'un embargo pétrolier total sera très difficile à obtenir de la part du Conseil de sécurité, car il viserait uniquement la Chine", a reconnu Rex Tillerson lors d'une conférence de presse avec son homologue britannique Boris Johnson, au terme d'une visite de 24 heures à Londres.

Mais "j'espère que la Chine" pourra "décider d'elle-même (...) d'avoir recours au levier très puissant de la fourniture de pétrole pour convaincre la Corée du Nord de revoir" son "approche vers le dialogue et des négociations à l'avenir", a ajouté le chef de la diplomatie américaine.

Boris Johnson a également dit vouloir "maximiser la pression sur la Corée du Nord pour parvenir à une solution diplomatique" et, avec le concours de la Chine, à "une dénucléarisation totale et irréversible" de la péninsule coréenne.

La Corée du Nord a été au coeur des réunions de Rex Tillerson dans la capitale britannique.

Il a également évoqué avec la Première ministre britannique l'accord sur le nucléaire iranien de 2015, dont Theresa May "a souligné l'importance pour éviter que l'Iran se dote d'armes nucléaires", selon un porte-parole britannique.

Le président américain Donald Trump doit décider mi-octobre s'il "certifie" devant le Congrès américain que Téhéran respecte l'accord, ou s'il remet en cause ce texte cher aux Européens. La décision n'est pas prise, a assuré Rex Tillerson, tout en réaffirmant que l'Iran ne respecte pas l'esprit de l'accord car il continue aux yeux des Etats-Unis de déstabiliser la région.

Entretemps, les Etats-Unis ont annoncé jeudi de nouvelles sanctions contre l'Iran visant 11 entités et personnes soutenant les Gardiens de la Révolution en Iran ou engagés dans des actions de cyber-attaque contre le système financier américain.

Les ministres américain et britannique, ainsi qu'un responsable français, sont par ailleurs convenus de poursuivre leur coopération dans l'aide à apporter aux Caraïbes après le passage de l'ouragan Irma aux Caraïbes.

Boris Johnson et Rex Tillerson ont enfin apporté leur soutien aux efforts de l'émissaire de l'ONU pour la Libye Ghassan Salamé, qui leur a exposé la situation dans ce riche pays pétrolier livré au chaos depuis la chute de Mouammar Kadhafi en 2011. Des représentants français, italien, égyptien et des Emirats arabes unis ont participé à cette réunion sur la Libye.

"La Libye est en première ligne de notre lutte commune" contre le terrorisme, a souligné Boris Johnson. Il a souhaité des élections le plus vite possible, en 2018 si possible, tout en reconnaissant qu'il ne fallait pas les organiser "trop rapidement".

Le chef du fragile gouvernement d'union nationale reconnu par la communauté internationale, Fayez al-Sarraj, et l'homme fort de l'Est libyen, le maréchal Khalifa Haftar, ont accepté cet été une feuille de route sur un cessez-le-feu et l'organisation d'élections rapides.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 30 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/11/2017

Lors de la conférence annuelle de la RSNA 2017La toute dernière technologie offre de nouvelles modalités d'imagerie avec des vitesses et des...

Publié le 21/11/2017

L'Iran a mis en garde Total contre la perte de son investissement s'il se désengageait du champ gazier géant South Pars.

Publié le 21/11/2017

Le chiffre d'affaires du 3e trimestre de l'exercice 2017 d'ESI s'établit à 24,9 ME, en recul de 2,4% à taux constants par rapport à la même période...

Publié le 21/11/2017

Sur les 9 premiers mois de l'exercice 2017, le groupe réalise un chiffre d'affaires de 51 ME

Publié le 21/11/2017

Au troisième trimestre, ESI Group a réalisé un chiffre d'affaires de 24,9 millions d'euros en baisse de 2,4% à taux de change constant. L'effet de change sur la période est négatif à hauteur de…

CONTENUS SPONSORISÉS