En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 788.00 PTS
+0.96 %
4 767.0
+0.69 %
SBF 120 PTS
3 793.44
+0.63 %
DAX PTS
10 696.51
+0.70 %
Dowjones PTS
24 423.26
+0.14 %
6 682.74
+0.00 %
1.138
+0.25 %

Theresa May balaie les contre-propositions de ses rivaux sur le Brexit

| AFP | 279 | Aucun vote sur cette news
Theresa May, la Première Ministre britannique, quitte le 10, Downing Street à Londres, le 16 novembre 2018
Theresa May, la Première Ministre britannique, quitte le 10, Downing Street à Londres, le 16 novembre 2018 ( Daniel LEAL-OLIVAS / AFP )

La Première ministre britannique Theresa May a balayé samedi les contre-positions à son projet d'accord négocié avec l'Union européenne sur le Brexit, affirmant qu'elles ne feraient pas disparaître les problèmes.

La cheffe du gouvernement a décroché mercredi un projet d'accord avec l'UE sur le Brexit, mais celui-ci a provoqué quatre départs de son gouvernement, motivés notamment par le sort particulier réservé à la province britannique d'Irlande du Nord après la sortie de l'UE prévue le 29 mars 2019.

Elle est en outre menacée d'un vote de défiance et, au sein même de son gouvernement, un groupe de cinq ministres eurosceptiques tente de la persuader de modifier son projet d'accord sur le Brexit, rapportent plusieurs médias samedi.

Theresa May
Theresa May ( / AFP )

"Les gens disent: +Si vous pouviez simplement faire quelque chose de légèrement différent, avoir un accord de type norvégien ou canadien+, ce problème du backstop (filet de sécurité, solution pour éviter le retour d'une frontière terrestre entre l'Irlande du Nord et la République d'Irlande après le Brexit, ndlr) disparaîtrait ".

"Ce ne serait pas le cas. Ce problème sera toujours là", a déclaré Theresa May dans une interview au Daily Mail samedi.

Theresa May a eu un moment de répit vendredi, évitant une seconde vague de démissions et obtenant le soutien de deux poids lourds europhobes de son gouvernement, le ministre de l'Environnement, Michael Gove et celui du Commerce international, Liam Fox. Elle a aussi trouvé des remplaçants aux ministres démissionnaires et a nommé Stephen Barclay, avocat eurosceptique de 46 ans, ministre chargé du Brexit.

Toutefois la partie est loin d'être gagnée. Selon le Daily Telegraph, cinq ministres pro-Brexit, dont Michael Gove, comptent faire pression sur Theresa May pour qu'elle retourne à Bruxelles négocier la possibilité pour le Royaume-Uni de se retirer unilatéralement de l'arrangement conclu pour l'Irlande du Nord après le Brexit.

La route vers le Brexit
La route vers le Brexit ( Gillian HANDYSIDE / AFP )

Outre Michael Gove, ce groupe est composé de la ministre des Relations avec le Parlement Andrea Leadsom, du ministre du Commerce international Liam Fox, de la ministre du Développement international Penny Mordaunt et du secrétaire d'Etat au Transports Chris Grayling, selon la BBC et le Telegraph.

La semaine prochaine, un vote de défiance pour renverser pourrait en outre être déclenché, s'il est demandé par 15% du groupe tory au Parlement - soit 48 députés. Une vingtaine de députés conservateurs se sont déjà exprimé en ce sens.

"J'ai eu deux jours assez difficiles", a confié Theresa May au Daily Mail, après une fin de semaine tumultueuse. Elle a rendu hommage à son mari depuis 38 ans, son "roc".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 11/12/2018

Plus de 21 millions de téléspectateurs...

Publié le 11/12/2018

Sodexo a annoncé l'acquisition d'Alliance in Partnership (AiP), spécialiste de la restauration dans le secteur de l'éducation au Royaume-Uni,...

Publié le 11/12/2018

METabolic EXplorer grimpe de 5,8% désormais à 1,724 euro dans un volume épais représentant 0,2% du tour de table...

Publié le 11/12/2018

Dégonflement de la spéculation...

Publié le 11/12/2018

Altran, spécialiste des services d'ingénierie et de RD, a annoncé la nomination de Stéphanie Bia au poste de Directrice de la Communication et des Relations Investisseurs : cette nomination est…