5 267.29 PTS
+0.49 %
5 263.50
+0.14 %
SBF 120 PTS
4 208.23
+0.38 %
DAX PTS
12 600.03
+0.25 %
Dowjones PTS
22 359.23
-0.24 %
5 934.91
-0.65 %
Nikkei PTS
20 347.48
+0.00 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Theresa May au Japon pour tenter de rassurer sur le Brexit

| AFP | 195 | Aucun vote sur cette news
La Première ministre britannique Theresa May et son homologue japonais Shinzo Abe à Kyoto, au Japon, le 30 août 2017
La Première ministre britannique Theresa May et son homologue japonais Shinzo Abe à Kyoto, au Japon, le 30 août 2017 ( KIM KYUNG-HOON / POOL/AFP )

La Première ministre britannique, Theresa May, est arrivée mercredi au Japon pour une visite à forte coloration économique, destinée à rassurer les entreprises sur le Brexit et à plaider pour un accord bilatéral de libre-échange.

Elle est arrivée en début d'après-midi à Osaka (ouest), avant de rejoindre son homologue japonais Shinzo Abe dans l'ancienne ville impériale de Kyoto pour une cérémonie de thé, suivie d'un dîner informel.

Les discussions se poursuivront jeudi à Tokyo, avec en toile de fond les négociations entre les Britanniques et l'Union européenne (UE) sur les modalités du divorce des deux parties.

Les pourparlers patinent. Or le temps presse pour les 1.000 sociétés japonaises présentes au Royaume-Uni (dont le conglomérat industriel Hitachi et les groupes automobiles Toyota, Nissan et Honda) où elles emploient quelque 140.000 personnes. Elles utilisent souvent le royaume pour fournir leurs clients européens ou superviser leurs activités dans l'UE.

La Première ministre britannique Theresa May participe à une cérémonie du thé avec le Premier ministre japonais Shinzo Abe à Kyoto, au Japon, le 30 août 2017
La Première ministre britannique Theresa May participe à une cérémonie du thé avec le Premier ministre japonais Shinzo Abe à Kyoto, au Japon, le 30 août 2017 ( STR / POOL/AFP )

"Nous allons demander transparence et visibilité pour minimiser l'impact sur nos entreprises", a expliqué un responsable japonais chargé des Affaires européennes.

Le ministre britannique des Affaires étrangères, Boris Johnson, a eu beau se vanter, à l'occasion d'une visite à Tokyo en juillet, du maintien des investissements japonais un an après le choc du Brexit, il n'a pas dissipé les inquiétudes de la "Japan Inc".

Face à l'incertitude actuelle, plusieurs firmes nippones basées à Londres réfléchissent à d'autres options, en particulier les grands établissements bancaires que le Brexit pourrait priver des "passeports financiers" européens.

- 'Période de transition' -

Les constructeurs d'automobiles, qui ne peuvent pas fermer leurs usines du jour au lendemain, ont pour l'heure maintenu leurs engagements, mais ils espèrent eux aussi des garanties solides du gouvernement britannique. Theresa May doit notamment rencontrer au cours de son séjour le président du conseil d'administration de Toyota, Takeshi Uchiyamada.

Takeshi Uchiyamada, président du conseil d'administration du groupe automobile Toyota, le 16 janvier 2016
Takeshi Uchiyamada, président du conseil d'administration du groupe automobile Toyota, le 16 janvier 2016 ( FRANCK FIFE / AFP/Archives )

"Le meilleur scénario pour nous serait que le Royaume-Uni décide d'annuler le Brexit", confie Ichiro Hara, à la tête du bureau des Affaires internationales au sein de la fédération patronale Keidanren.

"Mais si ce n'est pas une option, alors il nous faut une période de transition pour atténuer les conséquences négatives", a-t-il dit à l'AFP.

La chef du gouvernement britannique, qui vient accompagnée d'une délégation d'entrepreneurs, devrait aussi aborder la question d'un éventuel traité commercial entre les deux pays, bien que des négociations concrètes ne puissent pas pour le moment être engagées.

Le Japon veut en premier lieu mettre la touche finale à un ambitieux pacte de libre-échange avec l'UE annoncé début juillet et surtout "il n'est pas possible d'entamer des discussions officielles tant que le Brexit n'est pas effectif", souligne Osamu Tanaka, économiste à l'institut de recherche Daiichi Life.

"Il faut d'abord répondre à nos préoccupations actuelles avant de discuter de nos relations futures", confirme le responsable du Keidanren. En début de semaine, l'UE avait adressé aux Britanniques un message similaire, les appelant à négocier "sérieusement" les termes de leur divorce plutôt que d'imaginer de futurs accords commerciaux.

Au programme enfin de ce premier déplacement de Theresa May au Japon, la coopération des deux nations en matière de défense et de sécurité au moment même où les tensions s'exacerbent sur le dossier nord-coréen.

La dirigeante britannique s'est dite mardi "scandalisée" par le tir de missile nord-coréen au-dessus de l'archipel nippon. "De notre point de vue, nous sommes prêts à continuer de travailler avec nos partenaires internationaux pour maintenir la pression sur la Corée du Nord", a-t-elle assuré.

Sa visite s'achèvera vendredi par une rencontre avec l'empereur Akihito, dont l'abdication est attendue pour fin 2018 ou courant 2019.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 15 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/09/2017

Txcell réduit cependant sa perte nette de 1,8 ME...

Publié le 21/09/2017

La plateforme Invir.IO de Transgene s'appuie sur des années d'expertise en virologie moléculaire...

Publié le 21/09/2017

"Nous espérons que les joueurs au Japon et en Corée apprécieront également le jeu lorsqu'il sortira en janvier prochain"...

Publié le 21/09/2017

I.Ceram a consacré 745 kE à ses efforts de R&D...

Publié le 21/09/2017

Le résultat opérationnel s'établit à 3,4 ME, soit +0,3 ME (+6,2%)...

CONTENUS SPONSORISÉS