5 493.99 PTS
-0.36 %
5 510.5
-0.05 %
SBF 120 PTS
4 394.22
-0.27 %
DAX PTS
13 183.96
-0.47 %
Dowjones PTS
26 115.65
+1.25 %
6 810.28
+1.09 %
Nikkei PTS
24 047.46
+0.75 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Teva résiste aux pressions de Netanyahu et maintient ses plans de fermeture

| AFP | 111 | Aucun vote sur cette news
Des employés israéliens de Teva, numéro un mondial des médicaments génériques, manifestent le 19 décembre 2017 devant le bureau du Premier ministre Benjamin Netanyahu à Jérusalem contre la suppression de 14.000 emplois dans le monde
Des employés israéliens de Teva, numéro un mondial des médicaments génériques, manifestent le 19 décembre 2017 devant le bureau du Premier ministre Benjamin Netanyahu à Jérusalem contre la suppression de 14.000 emplois dans le monde ( / AFP )

Teva, numéro un mondial des médicaments génériques, a refusé mardi de revenir sur sa décision de fermer son usine de Jérusalem malgré les pressions du Premier ministre Benjamin Netanyahu, ont indiqué le gouvernement et le groupe israéliens.

Le Premier ministre avait annoncé dimanche se fixer trois objectifs avant de rencontrer le PDG du groupe, Kare Schultz: "Réduire les dégâts pour les salariés, faire tout ce qui est possible pour éviter la fermeture de l'usine de Jérusalem et s'assurer que Teva restera une société israélienne".

Confronté à de sérieuses difficultés financières, Teva a annoncé la semaine dernière la suppression de 14.000 emplois dans le monde au cours des deux prochaines années, soit 25% de ses effectifs.

Le plan de la direction prévoit des licenciements de 1.750 salariés en Israël, et la fermeture du site de Jérusalem, avec 850 licenciements.

Durant une rencontre avec le PDG du groupe mardi, le gouvernement a demandé le maintien du site de Jérusalem, "mais le PDG de Teva a refusé", a indiqué le bureau de M. Netanyahu dans un communiqué.

"Il a accepté de chercher avec le gouvernement des solutions pour les employés qui seront licenciés", ajoute-t-il.

De son côté, M. Schultz a déclaré que "Teva ne peut pas accéder à la demande du Premier ministre", selon un communiqué du groupe.

"Afin que Teva reste une compagnie israélienne et puisse continuer à contribuer de manière significative à l'économie israélienne, nous devons en premier lieu sauver la compagnie", a-t-il dit.

Des milliers d'employés de Teva et leurs supporteurs manifestaient durant la rencontre face au bureau du Premier ministre, a constaté un photographe de l'AFP.

Israël représente un peu moins de 7.000 salariés sur les 57.000 dans le monde, principalement en Europe et aux Etats-Unis.

M. Schultz s'est engagé a conserver en Israël le siège de la compagnie, remerciant M. Netanyahu pour "le soutien que Teva a reçu du gouvernement israélien".

Teva a bénéficié de 6,2 milliards de dollars d'allègements fiscaux depuis 2006, selon la centrale syndicale Histadrout.

La Histadrout a indiqué dans un communiqué qu'elle "continuera de se battre pour limiter le nombre de licenciements".

Le chef du parti travailliste (opposition) Avi Gabbay a critiqué le chef du gouvernement, affirmant que "Kare Schultz a appris que Netanyahu ne vient que pour la photo (...) il peut continuer de licencier les employés de Teva".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/01/2018

La trésorerie du Groupe au 31 décembre 2017 s'établit à 23,2 ME...

Publié le 17/01/2018

L'opération reste soumise à l'approbation de l'Autorité de la Concurrence...

Publié le 17/01/2018

Apple a annoncé qu'il paierait 38 Mds$ de taxes de rapatriement, ce qui implique que le groupe va ramener aux Etats-Unis la très grande majorité des 253 Mds$ détenu à l'étranger.

Publié le 17/01/2018

T101 est destiné pour une immunothérapie intégrant la technologie de TG1050 de Transgene contre l'hépatite B chronique...

Publié le 17/01/2018

Ce produit est en effet susceptible de générer dans certaines circonstances un risque d'inflammation...

CONTENUS SPONSORISÉS