En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 408.42 PTS
+0.53 %
5 398.5
+0.40 %
SBF 120 PTS
4 334.59
+0.38 %
DAX PTS
12 382.85
+0.42 %
Dowjones PTS
25 758.69
+0.35 %
7 371.42
+0.00 %
1.152
+0.26 %

Tests controversés: le patron de Volkswagen promet des "conséquences"

| AFP | 393 | 4.50 par 4 internautes
Le patron du groupe Volkswagen, Matthias Mueller, lors d'un forum sur l'automobile, à Sindelfingen, dans le sud-ouest de l'Allemagne, le 25 octobre 2017
Le patron du groupe Volkswagen, Matthias Mueller, lors d'un forum sur l'automobile, à Sindelfingen, dans le sud-ouest de l'Allemagne, le 25 octobre 2017 ( THOMAS KIENZLE / AFP/Archives )

La direction de Volkswagen a promis des "conséquences" internes à ceux qui ont permis de tester des émissions polluantes sur des singes ou des humains, dernier scandale en date visant le géant allemand de l'au

Le patron du groupe, Matthias Müller, a ainsi dit lundi soir à Bruxelles, selon le magazine allemand der Spiegel, que les tests sur les singes en 2014 révélés par le New York Times n'étaient "pas éthiques et étaient repoussants".

"Il y a des choses qui ne se font tout simplement pas (...) toutes les conséquences nécessaires (devront être) tirées", a-t-il dit.

Dans le quotidien Bild, Thomas Steg, responsable du groupe allemand pour les relations publiques et avec les autorités, a admis avoir été informé des essais destinés à étudier les effets de la pollution des moteurs diesel Volkswagen, truqués à l'époque pour paraître moins polluants.

Mais il a insisté avoir empêché que ces tests soient réalisés sur des humains, via l'EUGT, un organisme de recherche financé par Volkswagen, ses concurrents Daimler, BMW et l’équipementier Bosch.

"Les chercheurs américains voulaient faire leurs tests sur des volontaires humains", a-t-il expliqué, "j'ai répondu alors que je ne pouvais autoriser cela" et il a été décidé "de mener l’étude sur des singes".

"Avec le recul, cette étude n'aurait jamais dû avoir lieu, qu'il s'agisse d'hommes ou de singes. Ce qui s'est passé n'aurait jamais dû arriver, je le regrette vraiment", a encore souligné M. Steg, qui fut porte-parole du chancelier Gerhard Schröder.

Quant à l'étude scientifique menée par un institut hospitalier à Aix-la-Chapelle et pour laquelle 25 personnes en bonne santé ont inhalé en 2013 et 2014 du dioxyde d'azote (NO2), Thomas Steg a voulu en justifier la logique, en assurant que les volontaires avaient été exposés à des "niveaux bien plus faibles que ceux constatés sur de nombreux lieux de travail". Aucune de ces personnes "n'a eu de dommages", a-t-il dit.

Fin 2015, le groupe Volkswagen avait reconnu avoir équipé 11 millions de ses voitures diesel d'un logiciel faussant le résultat des tests anti-pollution et dissimulant des émissions d'oxyde d'azote dépassant jusqu'à 40 fois les normes autorisées.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
4 avis
Note moyenne : 4.50
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/08/2018

Ramsay Générale de Santé, leader de l'hospitalisation privée en France avec 121 établissements de santé répartis dans l'Hexagone, annonce...

Publié le 21/08/2018

Année de transition

Publié le 21/08/2018

Adocia (+5,45% à 17,80 euros) affiche la plus forte progression du marché SRD après avoir remporté une première manche dans une procédure engagée à l’encontre d’Eli Lilly & Company. Le…

Publié le 21/08/2018

Genkyotex a annoncé avoir obtenu un financement d’un montant nominal pouvant atteindre 7,5 millions d'euros par émission d’obligations convertibles en actions assorties de bons de souscription…

Publié le 21/08/2018

La Banque centrale européenne (BCE) a infligé une sanction pécuniaire administrative d'un montant de 4,3 millions d’euros à Crédit Agricole S.A.. La sanction a été imposée à la banque pour…