5 372.38 PTS
+0.08 %
5 371.00
+0.10 %
SBF 120 PTS
4 288.39
+0.13 %
DAX PTS
12 991.28
+0.01 %
Dowjones PTS
23 328.63
+0.71 %
6 108.82
+0.27 %
Nikkei PTS
21 457.64
-
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Tesco sur de meilleurs rails après des années difficiles

| AFP | 70 | Aucun vote sur cette news
Des clients devant un supermarché Tesco à Londres, le 27 janvier 2017
Des clients devant un supermarché Tesco à Londres, le 27 janvier 2017 ( Daniel LEAL-OLIVAS / AFP/Archives )

Bénéfices retrouvés, ventes solides, versement d'un dividende: le géant britannique de la distribution Tesco semble de retour en grâce après une traversée du désert et en dépit d'un contexte inflationniste délicat pour les consommateurs britanniques.

Le numéro un britannique des supermarchés est en passe de tourner la page d'années difficiles entre des résultats exécrables et un retentissant scandale comptable qui lui a coûté cher en termes financiers et d'image.

Il commence à récolter les fruits d'un vaste plan de restructuration lancé par son directeur général Dave Lewis, arrivé en septembre 2014 avec pour mission de remettre le navire à flot et renouer avec le succès sur le marché britannique.

Le groupe a dévoilé mercredi un retour dans le vert au premier semestre achevé fin août avec un bénéfice net de 637 millions de livres (719 millions d'euros) contre une perte de 91 millions de livres un an plus tôt.

Cette meilleure forme est due d'abord à la bonne tenue de son chiffre d'affaires, qui a progressé de 3,7% à 28,3 milliards de livres (32 milliards d'euros).

Ses ventes à données comparables (à périmètre constant) se sont élevées de 2,2% au Royaume-Uni, son principal marché, signe que le groupe ne souffre pas trop de la compression du pouvoir d'achat des Britanniques sous l'effet d'une poussée de l'inflation.

La hausse des prix est nourrie par la faiblesse de la livre depuis le vote pour le Brexit qui a pour effet de renchérir considérablement le coût des biens importés.

"C'est une énorme performance au moment où les consommateurs britanniques font face à l'infortune du Brexit et à un pouvoir d'achat comprimé par la force de l'inflation", relève Naeem Aslam, analyste chez Think Markets.

Tesco explique avoir enregistré une hausse des volumes vendus et avoir dans le même temps moins augmenté ses prix des biens alimentaires que ses concurrents.

- Retour du dividende -

Le directeur général de Tesco, Dave Lewis, à Londres le 20juillet 2017
Le directeur général de Tesco, Dave Lewis, à Londres le 20juillet 2017 ( Tolga Akmen / AFP/Archives )

Le numéro un britannique des supermarchés est confronté, comme les autres chaînes traditionnelles, à la vive concurrence des enseignes de maxidiscomptes allemandes Lidl et Aldi, ce qui a conduit ces dernières années à une véritable "guerre des prix" qui comprime les marges des distributeurs.

"Nous continuons de faire de solides progrès (...) Notre offre est plus intéressante et davantage de consommateurs viennent chez Tesco", s'est félicité Dave Lewis.

Pour Jasper Lawler, analyste chez London Capital Group, "il y a déjà des signes selon lesquels Tesco peut attirer plus de clients en utilisant sa position dominante sur le marché pour convaincre les fournisseurs de maintenir des prix plus faibles que la concurrence".

Tesco est en passe de se renforcer encore, avec le rachat du plus important grossiste du pays, Booker. L'opération fait toutefois l'objet d'une enquête approfondie de l'Autorité de la concurrence britannique.

Outre la hausse du chiffre d'affaires, la chaîne de supermarchés a profité d'une maîtrise de ses coûts, avec un programme d'économies en cours qui atteindra un total cumulé de 1,5 milliard de livres d'ici à 2019-2020, accompagnée d'une baisse de la dette.

Tesco a également engrangé des bénéfices dans ses activités non-stratégiques, lesquelles avaient plombé ses comptes au premier semestre 2016. Au premier semestre 2017, le groupe a intégré en effet dans ses résultats un gain de 340 millions de livres lié à de moindres impôts que prévu sur la vente de ses activités en Corée du Sud. Dans le même temps toutefois, la cession de ses opérations turques lui a encore coûté 129 millions de livres.

Fort de ces résultats encourageants, le groupe a annoncé la reprise du versement d'un dividende à ses actionnaires, lequel avait été suspendu depuis 2014-2015 en raison de graves difficultés financières qui avaient vu le groupe déclarer une perte nette abyssale de 5,7 milliards de livres, la pire de son histoire quasi centenaire.

Ces difficultés avaient coïncidé avec la révélation d'un scandale comptable, quand l'entreprise avait surestimé ses bénéfices. Trois anciens dirigeants du groupe comparaissent devant un tribunal londonien depuis quelques jours pour ces faits remontant à 2014.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 15 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/10/2017

Communiqué de Presse    Montrouge, France, le 20 Octobre; 10:35 pm CET DBV Technologies annonce les résultats de l'étude clinique de phase III chez les…

Publié le 20/10/2017

Le gestionnaire d'actifs Amundi, filiale du Crédit Agricole, prévoit de supprimer 134 postes en France, selon des sources citées vendredi par le site de 'L'Agefi'.

Publié le 20/10/2017

Le titre General Electric a connu une journée de montagnes russes vendredi à Wall Street, avec un écart de 7% en cours de séance.

Publié le 20/10/2017

La politique de dividende reste fondée sur l'évolution du Cash-flow net courant par action.

Publié le 20/10/2017

Retour d'Assemblée générale...

CONTENUS SPONSORISÉS