En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 499.93 PTS
-0.18 %
5 501.0
-0.13 %
SBF 120 PTS
4 339.99
-0.12 %
DAX PTS
12 318.77
-0.11 %
Dowjones PTS
26 465.54
+1.35 %
7 635.40
+0.00 %
1.120
+0.07 %

Broyée par le Brexit, Theresa May démissionne

| AFP | 1089 | 3 par 2 internautes
Theresa May le 24 mai 2019 à Londres
Theresa May le 24 mai 2019 à Londres ( Tolga AKMEN / AFP )

Usée par l'interminable saga d'un Brexit qu'elle a échoué à mettre en oeuvre, la Première ministre britannique Theresa May, au bord des larmes, a annoncé vendredi sa démission, renforçant l'hypothèse d'un départ du Royaume-Uni de l'UE sans accord.

Mme May a précisé qu'elle démissionnerait de ses fonctions de cheffe du Parti conservateur -- et donc de cheffe du gouvernement -- le 7 juin, dans une allocution prononcée devant le 10, Downing Street, exprimant "un profond regret de ne pas avoir été capable de mettre en oeuvre le Brexit".

"Ce fut l'honneur de ma vie d'être la deuxième femme à occuper le poste de Premier ministre" après Margaret Thatcher, a-t-elle ajouté. Sa voix s'est cassée au moment de terminer sa brève déclaration en proclamant son "amour" pour son pays, la dirigeante masquant l'émotion qui la submergeait en faisant volte-face pour se diriger vers ses bureaux.

Les dates clés de Theresa May depuis le vote des Britanniques pour la sortie de l'UE
Les dates clés de Theresa May depuis le vote des Britanniques pour la sortie de l'UE ( Valentina BRESCHI / AFP )

Theresa May avait pris la tête de l'exécutif en juillet 2016, le mois suivant le vote de 52% des Britanniques en faveur d'une sortie de l'UE, succédant à David Cameron.

Mais cette fille de pasteur de 62 ans, ancienne ministre de l'Intérieur, n'est pas parvenue à rallier derrière sa vision du Brexit une classe politique profondément divisée sur la question, y compris son propre parti.

En témoigne l'accord de divorce qu'elle a conclu avec Bruxelles, rejeté à trois reprises par les députés britanniques.

Combinaison d'images de Theresa May à son arrivée à Downing street, avec son mari Philip, le 13 juillet 2016, et après l'annonce de sa démission le 24 mai 2019.
Combinaison d'images de Theresa May à son arrivée à Downing street, avec son mari Philip, le 13 juillet 2016, et après l'annonce de sa démission le 24 mai 2019. ( OLI SCARFF, Tolga AKMEN / AFP )

Elle a "politiquement mal évalué l'humeur de son pays et de son parti", a taclé sur Twitter le sulfureux europhobe Nigel Farage, patron du Parti du Brexit.

Le président américain Donald Trump, qui doit prochainement rencontrer Theresa May lors d'une visite d'Etat au Royaume-Uni du 3 au 5 juin, s'est dit "désolé" pour elle et a même trouvé quelques mots louangeurs inhabituels à son égard, la disant "très solide".

"Incapable de gouverner"

Le mandat de Theresa May, aux allures de chemin de croix tant elle a rencontré d'obstacles, de critiques voire de complots au sein de son propre parti, restera comme l'un des plus courts de l'histoire des Premiers ministres britanniques depuis la Deuxième Guerre mondiale.

Boris Johnson, photographié le 13 juillet 2016 lors de sa nomination comme ministre des Affaires étrangères, pourrait succéder à Theresa May au poste de Premier ministre
Boris Johnson, photographié le 13 juillet 2016 lors de sa nomination comme ministre des Affaires étrangères, pourrait succéder à Theresa May au poste de Premier ministre ( OLI SCARFF / AFP/Archives )

Son successeur sera nommé par le parti conservateur d'ici le 20 juillet, avec pour grand favori l'ex ministre des Affaires étrangères Boris Johnson, champion des Brexiters.

Son arrivée au pouvoir, ou celle d'un autre partisan d'une coupure nette avec l'UE, rapprocherait le pays d'un Brexit sans accord, synonyme d'un retour des formalités douanières, un scénario redouté par les milieux économiques et par l'Irlande à cause du risque du retour d'une frontière entre le Sud, membre de l'UE, et la province britannique du Nord.

Le Premier ministre irlandais Leo Varadkar a ainsi relevé que le départ de Mme May ouvrait pour le Brexit "une phase qui pourrait être très dangereuse pour l'Irlande".

Brexit: Les scénarios possibles
Brexit: Les scénarios possibles ( Gillian HANDYSIDE / AFP )

La porte-parole du gouvernement espagnol Isabel Celaa a estimé qu'un "Brexit dur" paraissait désormais "une réalité quasi impossible à arrêter".

La Commission européenne a souligné que ce départ ne changeait "rien" à la position des 27 sur l'accord de sortie, le Premier ministre néerlandais Mark Rutte allant jusqu'à affirmer que "l'accord de retrait n'est pas ouvert à la renégociation".

Mais cette affirmation a été tempérée par la chancelière allemande Angela Merkel, qui a promis d'oeuvrer à un "Brexit ordonné", le président français Emmanuel Macron appelant lui à "une clarification rapide".

"La façon d'obtenir un bon accord est de se préparer à une situation de non accord", a déclaré pour sa part Boris Johnson lors d'une conférence en Suisse, à Interlaken, selon l'agence Bloomberg.

En bout de course

Le rejet de l'accord de divorce par les députés a contraint l'exécutif britannique à repousser au 31 octobre au plus tard le Brexit, alors qu'il était initialement prévu le 29 mars, et à organiser les élections européennes en catastrophe

.Le scrutin, qui s'est tenu jeudi au Royaume-Uni, s'annonce calamiteux pour les tories, qui termineraient à une humiliante cinquième place (7%), 30 points derrière le Parti du Brexit, selon un sondage YouGov.

Mardi, Theresa May avait présenté un plan de la "dernière chance" pour tenter de faire passer sa vision du Brexit. En vain: le texte a suscité un déluge de critiques tant de l'opposition travailliste que des eurosceptiques de son propre parti, entraînant la démission mercredi soir de la ministre chargée des relations avec le Parlement, Andrea Leadsom, dernier clou dans le cercueil de la dirigeante.

Reste que la tâche de détricoter plus de 40 ans de liens avec l'UE n'avait rien de facile, souligne Simon Usherwood, politologue de l'Université de Surrey, interrogé par l'AFP. "Quiconque dans sa position aurait rencontré de grandes difficultés", ajoute-t-il. "L'Histoire ne retiendra pas d'elle une image favorable", juge-t-il malgré tout.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
2 avis
Note moyenne : 3
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE DE BOURSE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 08 juillet 2019

CODE OFFRE : EVASION19

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : EVASION19 lors de votre ouverture de compte.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/06/2019

Retour sous les 8 Euros...

Publié le 19/06/2019

Par courrier reçu le 18 juin 2019 par l'AMF, la société First Eagle Investment Management, LLC (New York), agissant pour le compte de fonds dont elle...

Publié le 19/06/2019

Sous les 20% du capital et des 10% des droits de vote...

Publié le 19/06/2019

Airbus, le géant européen de l'industrie aéronautique, dit constater une accélération de ses commandes après un début d'année timoré...

Publié le 19/06/2019

Assystem, représenté par Stéphane Aubarbier, son Directeur général opérations, a signé à Tachkent avec le Ministère de l'Energie de la République...