5 420.58 PTS
+1.33 %
5 413.0
+1.33 %
SBF 120 PTS
4 324.40
+1.35 %
DAX PTS
13 312.30
+1.59 %
Dowjones PTS
24 792.63
+0.57 %
6 519.14
+0.82 %
Nikkei PTS
22 901.77
+1.55 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Tensions avec Vivendie: le patron de Telecom Italia sur le départ

| AFP | 237 | Aucun vote sur cette news
Telecom Italia (Tim) s'apprête à changer de patron
Telecom Italia (Tim) s'apprête à changer de patron ( GIUSEPPE CACACE / AFP/Archives )

Telecom Italia (Tim) s'apprête à changer de patron: après deux semaines de spéculations, l'opérateur réunira ses instances dirigeantes lundi pour examiner le départ de Flavio Cattaneo, dont les rapports se sont récemment tendus avec le principal actionnaire du groupe, Vivendi.

"Tim informe qu'une réunion du comité des nominations et rémunérations a été convoquée, puis une réunion du conseil d'administration avec l'ordre du jour suivant: examen d'une proposition de fin consensuelle de la relation entre la compagnie et M. Flavio Cattaneo", a indiqué l'opérateur dans un communiqué. "Il est prévu que les réunions se tiennent lundi prochain 24 juillet", a-t-il ajouté.

D'après le contrat qu'il a négocié, M. Cattaneo peut encaisser jusqu'à quelque 50 millions d'euros en cas de départ non volontaire, mais la presse a fait état de négociations pour réduire cette somme.

Si ce chiffre était versé, il s'agirait du parachute doré le plus important versé en Italie depuis 1998. Cesare Romiti avait alors touché 101 millions d'euros lors de son départ de Fiat.

L'hypothèse privilégiée est la mise en place d'un trio de dirigeants à sa place. Il s'agirait d'Amos Genish, responsable de la convergence chez Vivendi, de Giuseppe Recchi, l'actuel vice-président, et d'Arnaud de Puyfontaine, actuel président de l'opérateur.

Contacté par l'AFP, Vivendi s'est refusé à tout commentaire.

Depuis deux semaines, les spéculations sur un possible départ de M. Cattaneo, 54 ans, s'étaient multipliées en raison de tensions entre ce dernier et le groupe de médias français Vivendi, qui détient 23,9% de Telecom Italia.

Une source proche du dossier avait expliqué à l'AFP que le ton que M. Cattaneo avait récemment utilisé vis-à-vis du gouvernement italien avait déplu à Vivendi.

Fin juin, le ton était monté entre M. Cattaneo et Rome au sujet du déploiement de réseaux haut débit dans les zones blanches. Le patron de Telecom Italia avait accusé le gouvernement de faire des appels d'offres conçus "ad hoc", des propos vivement condamnés par Rome.

- Amélioration de la performance -

"La situation est très tendue", avait souligné la source, en ajoutant que les déclarations de M. Cattaneo le 11 juillet, lorsqu'il avait démenti toute tension avec Vivendi de même que son possible départ, n'avait également pas plu au groupe français.

"Je suis bien chez Tim et je n'ai aucune tension avec les actionnaires, le conseil d'administration ou le président" de Puyfontaine, qui est aussi président du directoire de Vivendi, avait affirmé M. Cattaneo.

Le PDG de Telecom Italia, Flavio Cattaneo, sur le départ, à Rozzano (au sud de Milan), le 4 mai 2017
Le PDG de Telecom Italia, Flavio Cattaneo, sur le départ, à Rozzano (au sud de Milan), le 4 mai 2017 ( MIGUEL MEDINA / AFP/Archives )

Les rumeurs sur mon départ "sont toutes fausses", avait-il dit, soulignant: "j'ai un contrat qui se termine en mai 2020 et mon intention est de le respecter jusqu'au dernier jour".

Nommé en mars 2016 avec le soutien de Vivendi --qui avait poussé vers le départ son précédesseur Marco Patuano en raison de divergences stratégiques notamment sur la réduction des coûts-- M. Cattaneo a réalisé un travail de redressement des comptes de Telecom Italia, salué par les analystes. Mais le titre a perdu 18,6% depuis un an.

"Nous évaluerions comme un élément négatif le départ de Cattaneo parce que durant les quatre premiers trimestres sous sa gestion, Tim a clairement amélioré (sa) performance de tout point de vue; un divorce prématuré serait une indication qui minerait la confiance sur la pleine exécution du plan jusqu'à 2019", ont récemment jugé les analystes d'Equita Sim.

Vivendi a resserré au printemps son emprise sur l'opérateur, en prenant le contrôle des deux tiers des sièges du conseil d'administration et en nommant M. de Puyfontaine à sa présidence exécutive.

Ces tensions ont ouvert un deuxième front pour Vivendi en Italie, où il est déjà à couteaux tirés avec le groupe de télévision Mediaset, dont il est le deuxième actionnaire derrière la famille Berlusconi.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/12/2017

  CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL ALPES…

Publié le 18/12/2017

Theraclion, société spécialisée dans l'équipement médical innovant dédié à l'échothérapie, annonce que Theraclion China recevra ses 5 premiers systèmes Echopulse en décembre. Theraclion…

Publié le 18/12/2017

"La signature de ces 3 contrats témoigne de l'expertise de New Areva"...

Publié le 18/12/2017

Oncodesign, groupe biopharmaceutique spécialisé en médecine de précision, et la société Cyclopharma, en collaboration avec le Centre Georges François Leclerc (CGFL), centre de lutte contre le…

Publié le 18/12/2017

Sur l'exercice 2016/2017, clos le 30 septembre 2017, Plastivaloire a réalisé un résultat net en hausse de 20,1% à 42,5 millions d'euros. L'Ebitda a augmenté de 11,3% à 79,9 millions d'euros. La…

CONTENUS SPONSORISÉS